Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La lutte contre la fraude fiscale commence à payer.

Bien que je ne fasse pas souvent allusion à cet aspect des choses, si ce n'est en les dénonçant, en partageant avec vous les diverses actions menées en vue de lutter contres les diverses fraudes fiscales et les paradis fiscaux, il va sans dire que je porte intérêt à ce qui en résulte, car l'évasion fiscale par quelque moyen que ce soit coûte énormément à tous les contribuables; directement dans la mesure ou ces sommes qui ne rentrent pas là doivent bien être prélevées ailleurs !

Deux choses m'ont ammené à cet article, la première dont je le concède le lien est ténu, mais j'avais envi de partager avec vous cette citation que j'ai découverte ce jour, et qui m'a interpellé :

"je ne fais jamais confiance à des chiffres que je n’ai pas falsifié moi-même." citation attribuée à Sir Winston Churchill,

il ne s'agit pas là du banquier de quartier, et ça dit bien ce que je pense moi aussi bien souvent des chiffres,

pour peu qu'on associe cette citation à l'adage qui dit qu'on peut faire dire au chiffres ce que l'on veut,

et nous voilà d'en de beaux draps,

à quoi se fier ?

 La seconde, à vue son origine dans cet article de"lefigaro.fr" :

http://www.lefigaro.fr/impots/2011/11/22/05003-20111122ARTFIG00391-l-impot-sur-la-fortune-devrait-rapporter-plus-que-prevu.php

Extrait :

L'ISF devrait permettre de collecter 4,2 milliards d'euros. Dans Les Echos, le rapporteur du budget à l'Assemblée nationale, Gilles Carrez, estime que l'Etat sous-évalue souvent les recettes de cet impôt.

Le montant des recettes de l'impôt sur la fortune (ISF) a été sous-estimé. Selon le projet de loi de finance rectificative, cet impôt devrait rapporter cette année 4,2 milliards d'euros. Après une première révision au mois d'octobre (+306 millions d'euros), Bercy vient en effet de procéder à un deuxième relèvement, de 120 millions. C'est 10% de plus qu'attendu suite à la réforme qui a allégé l'ISF au mois de juin dernier. Cette réforme a supprimé la première tranche du barème dès 2011 et libéré 300.000 contribuables de l'impôt sur la fortune.

Pourquoi donc l'Etat sous-évaluerait les recettes liés à l'ISF, ne serait-ce pas pour se donner un argument pour ne pas les percevoir vraiment ?

Cet article m'a ammené à un dossier que je vous invite à consulter sur les paradis fiscaux :

a look

http://www.lefigaro.fr/dossier-paradis-fiscaux/index.php 

La lutte contre les paradis fiscaux est donc en marche, elle n'est certainement pas à la hauteur de ce que j'en espère, et ne va pas encore assez loin, à mon avis, mais c'est un début.

Une "affaire" est déjà en train de jetter un pavé dans la mare, je n'entrerais pas dans le détail, ce dossier ci-dessus en fait largement part, part contre je reviendrais, sur ce qu'on y apprend par ailleurs, et dont je suis heureux ayant participé peut-être par pétition à ce résultat :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/11/15/04016-20111115ARTFIG00747-la-defiscalisation-des-dons-aux-associations-reste-intacte.php

Extrait :

L'amendement destiné à réduire la déductibilité fiscale des dons aux associations et fondations a été retiré par son auteur, Gilles Carrez.

Rapporteur général du budget à l'Assemblée, Gilles Carrez (UMP) a retiré, mardi soir, son texte qui visait à soumettre cette niche fiscale au plafond global de 18.000 euros plus 6% du revenu, et à lui faire subir un coup de «rabot» de 15% l'an prochain, comme la plupart des autres niches.

Il est possible de déduire 66% du montant des dons effectués de son impôt sur le revenu, dans la limite de 20% du revenu imposable. En vertu de l'amendement «Coluche», le taux de réduction monte même à 75% du don, dans la limite de 513 euros pour les organismes d'aide aux personnes en difficulté.

On aura au moins sauvé cela !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article