Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'eau bien commun pour tous, un grand combat.

L'eau est l'un des éléments basique pour la vie, qui se poserait la question au sujet de l'air ?

http://www.goodplanet.info/Contenu/Points-de-vues/L-eau-n-est-pas-une-marchandise-c-est-le-bien-commun-de-l-Humanite-et-du-Vivant?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Goodplanetinfo+%28Les+D%C3%A9p%C3%AAches+GoodPlanet.info+%29

Extrait :

PROPOSITIONS

1. Nous nous engageons à développer la veille et le contrôle social, le renforcement de capacité et la protection des acteurs engagés de la société civile visant à la défense et la promotion du droit à l’eau et à l’assainissement pour garantir l’application effective de la résolution des nations unies pour l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous.

2. Nous appelons à la mise en place de mécanismes juridiques internationaux indépendants qui puisse garantir le droit à l’eau et à l’assainissement et soit en capacité de juger les crimes contre le droit à l’eau.

3. Nous exigeons que le droit à l’eau et à l’assainissement pour tous soit effectivement opposable partout, dans tous les tribunaux ou tout autre mécanisme juridique pertinent.

4. Nous exigeons la création d’un cadre permettant l’élaboration d’une politique mondiale de l’eau, le Conseil Mondial de l’Eau n’ayant pas la légitimité pour le faire. Ce cadre devra interdire la marchandisation et la financiarisation de l’eau.

5. Nous exigeons que les Etats élaborent et mettent en oeuvre des plans d’actions et mobilisent toutes les ressources financières publiques nécessaires pour la concrétisation du droit à l’eau et à l’assainissement incluant la solidarité internationale.

6. Nous demandons que le coût du service de l’eau pour la vie soit pris en charge par la société dans le cadre d’une gestion publique et démocratique. En cas de tarification, celle-ci doit être progressive pour s’adapter à la diversité des usages et pour éviter l’exclusion sociale d’accès à l’eau et le gaspillage de la ressource.

7. Nous demandons l’application de technologies préventives appropriées si possible appuyées sur des connaissances coutumières et traditionnelles, adaptées aux contextes, à cout abordable et fondées sur des processus naturels d’épuration, plutôt que de faire appel à des solutions techniques curatives onéreuses.

8. Toutes les technologies liées à l’eau doivent être d’accès public et libre de droits de propriété intellectuelle.

9. Nous appelons les Etats à faire le bilan des 20 ans de la politique internationale de la gestion de l’eau lors de la conférence de RIO+ 20 afin d’évaluer les impacts à long terme de sa gestion économique et de mettre en avant la nécessité d’une gestion démocratique et intégrée.

10. Nous appelons à soutenir les propositions de reconnaissance de droits de la nature.

11. Nous exigeons la mise en place d’une gestion intégrée de l’eau, soucieuse de réduire les impacts des activités humaines sur les écosystèmes, tout en assurant le droit effectif à l’eau pour tous.

12. Nous demandons la transparence de l’information quant aux usages de l'eau dans les industries extractives afin d’éviter les conséquences néfastes de ces pratiques sur l'eau, l'environnement, la santé et la sécurité publique, le tout incluant un contrôle social. Nous exigeons des sanctions contre les acteurs responsables de dommages et la mise en place d’un fond de réhabilitation.

13. Nous appelons arrêt immédiat et interdiction de l’exploitation des gaz et huiles de schiste. Cette activité entraîne la destruction programmée de nos écosystèmes et n’est cohérente ni avec la défense du droit humain à l’eau ni avec nos responsabilités envers les générations futures.

14. Nous exigeons l’adoption par les organisations internationales d’un moratoire sur le financement des grands barrages tant et aussi longtemps d’elles n’ont pas adoptées concrètement et de façon contraignante les recommandations de la commission mondiale des barrages.

15. Nous demandons que les solutions locales et soutenables de production d'énergie soient favorisées.

16. Nous encourageons les initiatives d’éducation à l’eau formelles et informelles à tous les niveaux de la société.

17. Nous demandons de donner la priorité à l’agriculture paysanne et familiale avec de nouveaux modèles de production agro écologique s’appuyant sur des techniques adaptées et intelligentes d’utilisation d’eau, adaptées aux capacités locales, à la protection de l’eau et faisant face aux changements climatiques.

Parce que des solutions concrètes et participatives existent pour sortir d’un modèle de développement dont le potentiel destructeur est avéré et que le changement est avant tout une question de volonté politique et d’engagement des peuples, nous souhaitons partager les propositions issues de la rencontre « Eau, Planète et Peuples » pour avancer vers une mise en oeuvre effective du droit à l’eau et à l’assainissement dans un souci de démocratie, de respect des écosystèmes et de viabilité.

L’eau n’est pas une marchandise, c’est le bien commun de l’Humanité et du Vivant.
Déclaration finale des Journées internationales de débat citoyen sur les enjeux locaux et mondiaux de l’eau "Eau, Planète et Peuples"
10 mars 2012

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article