Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il faut toujours avoir des bacteries chez soi.

Après celles qui dévorent le pétrole, voilà celle qui résiste à la radioactivité.

Pour celles qui dévorent le pétrole, le golf du Mexique en aurait bénéficié recemment, et les a remise sur le devant de la scène, si je puis dire.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/201008/24/01-4309379-une-nouvelle-bacterie-devore-le-petrole-dans-le-golfe-du-mexique.php

Extrait :

"Les scientifiques ont découvert cette nouvelle bactérie - qui appartient à l'ordre des Oceanospirillales - après avoir effectué quelque 200 prélèvements sur 17 sites différents. Cette bactérie préfère l'eau froide, la température des zones profondes touchant 5°C.

M. Hazen croit que cette bactérie s'est peut-être adaptée au fil du temps, en raison d'écoulements périodiques de pétrole dans le golfe."

 

http://www.enerzine.com/10/10232+des-bacteries-a-fort-potentiel-de-digestion-du-petrole+.html

Extrait :

Des bactéries à fort potentiel de digestion du pétrole

Des bactéries à fort potentiel de digestion du pétroleUn panache profond de pétrole libéré par le puits Deepwater Horizon contient un taux plus élevé que la normale de bactéries qui digèrent les hydrocarbures selon une étude.

Ces micro-organismes dégradent le pétrole à un rythme qui pourrait en faire des acteurs majeurs pour éliminer la marée noire qui s'est répandue dans les profondeurs du Golfe du Mexique.

En se basant sur des échantillons d'eau prélevés du 25 mai au 2 juin 2010 à partir de bateaux près de la tête du puits Deepwater Horizon, Terry Hazen et ses collègues du Laboratoire national de Lawrence Berkeley (Californie), ont repéré un panache d'hydrocarbures à environ 1100 mètres de profondeur, probablement le même que celui qui a été étudié par d'autres chercheurs.

L'eau prélevée était enrichie de plusieurs variétés de protéobactéries gamma. Pratiquement toutes ces variétés dégradent les hydrocarbures ou sont stimulées par leur présence dans les milieux froids. La séquence des gènes présents dans ces échantillons a révélé que ces microbes appartenaient d'abord à l'ordre des Oceanospirillales.

Les chercheurs ont aussi détecté des acides gras et des gènes marquant la biodégradation du pétrole. Contrairement à nombre d'autres bactéries digérant le pétrole, ces protéobactéries gamma du froid n'utilisent pas l'oxygène de la colonne d'eau, ce qui fait que les méthodes classiques d'estimation de biodégradation fondées sur le taux d'oxygène ont pu les négliger

 

Mais cette possibilité, n'est pas si nouvelle en fait  en 2006 déjà :

http://www.roc.asso.fr/communiques-ligue-roc/2006/bacterie-mangeuse-petrole.html

Extrait :

"Des chercheurs européens ant décodé le génome d'une bactérie susceptible d'intervenir dans dégradation du pétrole, l'Alcanivorax borkumensis. qui, avec d'autres organismes, se plaît dans un environnement huileux. Ces résultats de la recherche scientifique plaident en faveur de crédits en sa faveur. Il est de première importance de découvrir les moyens de remédier aux pollutions par hydrocarbures. La marée noire du Liban (voir notre communiqué du 7 août 2006) en montre, une fois encore, l'extrême urgence."

 

Plus étonnant encore, ce qui était annoncé là :

 http://www.invention-europe.com/Article569.htm

Extrait :

"En 1972, la société General Electric a présenté à l'Office des brevets et des marques des États Unis une demande de brevet pour protéger une invention consistant en une bactérie type «Pseudomonas», génétiquement modifiée, qui avait la capacité de dégrader les composants du pétrole brut."

Oui vous avez bien lù, génétiquement modifié, oui ça aussi !!!

 

Eh bien voilà qu'on nous annonce une "super bacterie" anti radiation :

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/une-protection-anti-radiations-apportee-par-une-super-bacterie_25076/

Extrait :

"De nouveaux travaux confirment que la résistance aux radiations de la bactérie Deinococcus radiodurans est due à un mécanisme de protection de ses protéines et non pas de son ADN. Grosse surprise : ce mécanisme peut être transposé aux cellules humaines pour améliorer leur propre résistance.

Deinococcus radiodurans n'a même pas dû se rendre compte de l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl. En effet, cette bactérie à l'allure banale résiste à des radiations équivalant à mille fois la dose qui tuerait un homme. Et ce n’est pas son seul atout : ce micro-organisme supporte des conditions extrêmes telles que le froid, la sécheresse, le vide ou l’acidité. Ses propriétés ont fait d’elle une énigme depuis 1956, l’année de sa découverte dans des boîtes de conserve de bœuf irradiées de rayons gamma. Mais peu à peu, elle livre ses secrets."

 

Est-ce qu'on va bientôt nous dire que c'est la solution contre les déchets nucléaires, je ne serais pas surpris que certains essaient !.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 17/12/2010 02:39




Bonjour,
      


Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page:L'ESPRIT SCIENTIFIQUE-CANCER-BACTERIA.


THÉOREME BACTERIA.
BACTÉRIES DANS LE CORPS HUMAIN !


(fermaton.over-blog.com)


Cordialement


Clovis Simard