Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gestion des déchets, presque tout est à jeter !

Le rapport de la Cour des compte, est jonché de remarques négatives.

En voici une synthèse :

http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/Syntheses/Synthese_rapport_public_thematique_collectivites_locales_et_dechets_menagers.pdf

Les constats sont jugés alarmant par le CNIID :

http://www.cniid.org/Rapport-de-la-Cour-des-Comptes-sur-la%2c314

Extrait :

« Pas de véritable transparence de gestion », « pas d’information objective des citoyens », un pilotage « défaillant » et « imparfait », « faiblesse de la prospective », « des coûts à la hausse et insuffisamment maîtrisés  », « une maîtrise difficile par les collectivités de leurs relations avec les prestataires privés  »… Le tableau 2011 de la gestion des déchets dressé par la Cour des Comptes est alarmant : il conforte plus que jamais nos demandes en matière de contrôle, de transparence ou d’information des citoyens.

L’explosion des coûts soulignée par le rapport (+6 % par an et augmentation de la taxe d’enlèvement de +60 % entre 2001 et 2008) est en partie liée aux évolutions réglementaires de ces dernières années notamment en matière d’incinération (près d’un milliard d’euros pour la mise aux normes de 2005). Ce que ne dit pas le rapport, c’est que cette fuite en avant perpétuelle dans les mises aux normes (et donc l’augmentation des coûts) n’est pas prête de s’arrêter : les nouveaux contrôles sur les dioxines vont entraîner des augmentations de 2 à 6 euros/tonne et la nouvelle réglementation sur les mâchefers pourrait augmenter de 15 % le prix de l’incinération dans certaines installations. C’est cher payer une dépollution que l’on pourrait éviter en travaillant sur l’amont du problème : la réduction des déchets et le développement des alternatives permettant de limiter le recours à l’incinération et au stockage.

Alors qu'il est de plus en plus évident, que les déchets de tout ordres sont devenus un enjeu majeur, leur gestion n'est pas encore vraiment prise au sérieux, en tout cas pas le sérieux nécessaire, recemment plusieurs articles pointaient une autre réalité, les incinérateurs incite plutôt a la production de déchets alors qu'il faudrait évidemment plutôt les réduirent, et la aussi la cour des comptes en a fait le constat, on est en plein paradoxe.

http://www.fne.asso.fr/fr/quand-la-rentabilite-des-incinerateurs-freine-la-prevention-des-dechets.html?cmp_id=33&news_id=12486

Extrait :

Des infrastructures surdimensionnées…

Un rapport de la Cour de Comptes1, publié le 13 septembre, présente plusieurs cas où le gisement de déchets a été nettement surévalué. Pour ne citer qu’un exemple2 , le plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés de Savoie prévoyait que l’incinérateur de Chambéry Métropole augmente sa capacité de 92 000 à 136 000 tonnes. La communauté d’agglomération s’est contentée d’une augmentation de la capacité à 115 000 tonnes... Capacité encore trop élevée au regard des besoins du territoire concerné. L’évaluation du gisement, question cruciale qui conditionne la politique territoriale de gestion des déchets pour plusieurs dizaines d’années, est basée sur des calculs sujets à caution et les associations de protection de l’environnement ont rarement les moyens de réaliser des contre-expertises.

…qui fonctionnent comme des aspirateurs à déchets

Ces grosses unités de traitement ont un coût d'investissement important et des frais fixes tels qu'on cherche à les faire fonctionner au maximum. Pour ce faire, les collectivités se tournent vers de nouveaux gisements : déchets des activités économiques, départements limitrophes... FNE dénonce ce phénomène d'aspirateur à déchets qui va à l'encontre de la prévention.

Selon Penelope Vincent-Sweet, pilote du réseau Déchets de FNE, « De nombreux cas similaires à ceux relevés par la Cour des Comptes existent en France. Comme les incinérateurs peinent à remplir leurs fours, les collectivités hésitent à appuyer fortement la prévention par peur de manquer de déchets et de mettre en péril la viabilité financière de leur équipement. »

Si on ajoute à ces constats le peu d'effort qui est encore mis en oeuvre pour la récupération et le retraitement de certains produits et matériaux qui le mériterait pourtant, on est encore vraiment loin du compte,..........en train de jouer dans la cour !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article