Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gaz de schiste, un filon surévalué.

Cela devient pour plusieurs pays la nouvelle ruée vers l'or, le rêve de ressources immenses, mais même si la science à fait des progrès, elle n'est pas infaillible, surtout si en plus on l'aide à obtenir des conclusions encourageante.

Après les États-Unis, le Canada, la Pologne, c'est maintenant l'Algérie qui se prend à rêver, je suis de ceux qui craignent que cela ne se termine en cauchemar, mais ce n'est bien sur qu'un avis, une conviction personnelle.

Je ne commenterais pas ici la dernière déclaration du Président-candidat Français, car je ne me fie à aucun engagement de campagne, c'est après les élections que les vrais décisions seront à prendre.

Alors qu'au States, le prix est devenu un argument choc, et imparable au niveau de l'opinion publique, il n'en va pas de même partout, pour preuve :

http://www.lemaghrebdz.com/lire.php?id=43121

Extrait :

Selon le chef de département d'analyse des bassins du groupe Sonatrach, M. Mohamed Kassed, les coûts de réalisation d'un forage pour l'exploitation de gaz de schiste en Algérie varient entre 10 et 15 millions de dollars. 
Ces coûts sont considérés "élevés" à l'heure actuelle, en comparaison avec certains pays dont les Etats-unis d'Amérique, qui activent dans ce domaine à un coût moindre, a indiqué le même responsable, en marge de la deuxième journée du workshop international sur le gaz de schiste, organisé à Oran par l'Association algérienne de l'industrie du gaz.

Les coût d'exploitations ne seront donc pas toujours favorables à cette industrie, alors que c'est encore un des premiers arguments accompagné de la sirène indépendance énergétique, mais que dire de la situation en terme de GES, sinon que plus les études sont diffusées, et plus il est établie, que l'exploitation est au mieux autant génératrice de GES que le charbon, et que dans certaines conditions elles pourraient même être pire.

a look

http://www.mediaterre.org/canada-nouveau-brunswick/actu,20120228202017.html

Cela ne suffit pas encore !

Alors voilà un autre aspect de la question qui s'ajoute à liste, les réserves exploitables de gaz non conventionnels ne sont sans doute pas aussi importantes qu'annoncées ou espérées, cette affirmation n'est pas nouvelle, mais elle est maintenant portée au plus au niveau au États-Unis, voyons donc ce qui commence à se révéler :

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/environnement-securite-energie-thematique_191/gaz-de-schiste-ce-que-revele-l-enquete-du-new-york-times-1-3-article_70671/

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/environnement-securite-energie-thematique_191/gaz-de-schiste-ce-que-revele-l-enquete-du-new-york-times-2-3-article_70672/

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/environnement-securite-energie-thematique_191/gaz-de-schiste-ce-que-revele-l-enquete-du-new-york-times-3-3-article_70745/

Une phrase clé extraite :

Mais tout le monde, à l’Agence d'Information sur l'Energie (EIA) des Etats-Unis n’accepte pas cette thèse telle quelle. Dans des dizaines de courriels internes et de documents, des fonctionnaires de cette institution font part de leur scepticisme sur l’avenir de l'industrie du gaz de schiste aux Etats-Unis.
Un fonctionnaire affirme par exemple que l'industrie des gaz de schiste est peut être vouée délibérément à l’échec : « Il est fort probable que beaucoup de ces entreprises vont faire faillite », prédit quant à lui un haut conseiller de l'EIA. Même de source officielle, plusieurs échos soulevés par la naissance des « bulles »  précédentes, celles du logement et des valeurs technologiques par exemple, et qui se sont terminées en fiascos financiers, n'entraînent pas à un optimisme démesuré.

Ces trois articles expriment l'inquiétude qu'il y a à vouloir à tout prix faire de cette filière, une filière dite d'avenir, alors qu'elle n'a d'avenir qu'au mieux une cinquantaine d'année, deux génération, et sans doute moins, à peine deux générations pour tout saccager,.....Et après ?


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article