Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gaz de schiste : L'Etat n'a-t'il pas déjà choisi son camp ?

Alors qu'une première bataille semblait gagné, on s'appercevait qu'en fait tous les opposants avaient été trompés.

Seule la fracturation hydraulique à été interdite, alors que ce qui avait été demandé était tout autre.

La Volonté d'indépendance énergétique, va servir d'argument majeur, pour trouver les astuces et artifices pour autoriser finalement l'exploitations des "gaz non conventionnels" dont le gaz de schiste, ne soyons pas dupe !

Ce qui est qualifié de "fracturation hydraulique", va-être légèrement remanié, reverdi, "mieux-communiqué", rebaptisé, je ne me fait guère d'illusion.

Les recherches faites actuellement pour décidé ce qu'il adviendra, sont menées par ceux là même qui avaient accordés les premiers permis, rien que cela suffit à avoir un doute très sérieux.

Et pourtant, la situation météorologique actuelle, n'est-elle pas à elle seule une illustration irréfutable, de la faute grave qui consisterait à utiliser des quantités d'eau gargantuesque, alors même que l'on sait déjà, que l'eau se raréfie, quelle insupportable bêtise, qualifiable selon moi de crime contre la vie.

http://www.actu-environnement.com/ae/news/toreador-tribunal-recours-doue-12600.php4#xtor=ES-6

Extrait :

Selon l'ordonnance, dont l'agence de presse a obtenu une copie, "il n'apparaît pas, en l'état du dossier, [...] que l'urgence justifie la suspension de l'exécution de l'arrêté de 12 octobre 2010, par lequel le préfet de Seine-et-Marne a donné acte à la société Toreador de sa déclaration de travaux miniers portant sur la réalisation à Doue d'un forage de recherche."

Le tribunal justife sa décision par le fait qu'à ce stade "[les] opérations [de prospection] ne seront pas menées en recourant à la technique de fracturation hydraulique."

L'avocat de Toreador, maître Frédéric Scanvic, se félicitant de la décision, a annoncé à l'AFP que l'entreprise va "pouvoir procéder aux opérations de carottage à 2.500 mètres sous terre avec des prélèvements" qui seront étudiés "afin de savoir si il y a un intérêt à exploiter." 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article