Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Gaz de schiste, de 4 à 9% de méthane dans l'atmosphère, on aura plus besoin de chauffage !

Je reconnais d'entrée que ce titre est un brin racoleur et surtout simpliste et caricutural, je ne trouvais pas d'autre accroche, et symboliquement je voulais par là orienter le lecteur vers l'idée de réchauffement climatique.

La possibilité que les gaz de schiste soient exploités dans un nombre croissant de pays est là, elle n'est pas encore aussi irrévocable que certains média lobbystes veulent nous le faire croire, elle n'est surtout pas aussi spectaculaire qu'on le laisse entendre parfois, et même aux États-Unis paradis des gaziers s'il en est, de grandes craintes sont déjà à l'ordre du jour tant sur le plan environnemental, que sur le plan financier, il suffit pour s'en convaincre de sortir un peu des grands titres des médias, et de lire certains articles qui pullulent et rendent compte de la bulle financière que les industriels ont mis en place qui pourrait bien leur exploser à la figure à moyen terme.

Ce qui explose déjà par contre ce sont les chiffres qui se rapportent aux fuites de méthane lors de l'extraction, certaines études avaient déjà pointés les faiblesses des chiffres précédemment annoncés, leurs alertes aussi vite etteintent qu'on y oppose et qu'on focalise sur les chiffres de la baisse artificialisée du prix du gaz aux States.

Mais cette vérité ne pourra pas être cachée encore longtemps, car ces études sont maintenant disponibles aux décideurs et au public, ni les uns ni les autres ne pourront dirent qu'ils ne savaient pas :

a look

http://www.journaldelenvironnement.net/article/le-bilan-climatique-des-gaz-de-schiste-encore-et-toujours-plus-conteste,32424

Extrait :

Une de plus. Au début du mois de décembre dernier, nous rappelle Nature dans sa dernière édition, l’union géophysique américaine (AGU) tenait son colloque annuel à San Francisco. L’occasion pour des chercheurs de présenter leur dernière évaluation des taux de fuite des puits de gaz de schiste. Réalisée par des physiciens des universités de Boulder (Colorado) et de Californie, et de l’administration de l’océan et de l’atmosphère (Noaa), cette étude a stupéfait les auditeurs.

En combinant des relevés de la composition de l’atmosphère réalisés par Lidar à des mesures aéroportées de CO2 et de méthane des champs gaziers du bassin d’Uintah (Utah), les scientifiques sont parvenus à déterminer les taux de fuite des puits surveillés. Selon leurs résultats préliminaires, ceux-ci pourraient s’élever à 9%. Ce qui dépasse de loin les estimations les plus pessimistes déjà publiées dans des revues à comité de lecture.

Dans un article publié en mars 2011 dans Climatic Change, Robert Howarth (université Cornell, à New York) estimait, d’après calcul, le taux de fuite moyen entre 3,6 et 7,9%. Ce qui avait fait hurler le secteur gazier. Et pour cause. Le haut de la fourchette du chercheur new-yorkais signifie simplement que le bilan climatique de l’exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique est plus lourd que la combustion du charbon dans des centrales thermiques. On comprend l’émotion des compagnies gazières.

A partir de mesures de la qualité de l’air effectuées à proximité des champs gaziers situés dans le nord-est du Colorado, la chercheure Gabrielle Pétron (Noaa) estimait, dans un article publié dans leJournal of Geophysical Research, le taux de fuite des puits à 4%: presque le double de ce qu’indique le dernier inventaire de l’EPA. L’agence fédérale de protection de l’environnement a d’ailleurs doublé ses estimations de fuite de méthane par rapport à la version précédente de son inventaire des rejets de gaz à effet de serre.

Un résultat comparable a été trouvé quelques mois plus tard par des universitaires australiens. En utilisant des moyens différents (la chromatographie) et en travaillant sur un terrain neuf (les champs de Tara dans le Queensland australien) Damien Maher et Isaac Santos (université South Cross, Nouvelle Galle du Sud, Australie) ont évalué à 4% le taux de fuite: près de 40 fois les taux admis par les… gaziers australiens [JDLE].

Cette succession de résultats convergents (et d’autres sont sous presse) discrédite le principal argument climatique des partisans de l’exploitation des gaz de schiste. Ce gaz –qui n’est autre que du méthane- possède un pouvoir de réchauffement global 25 fois supérieur, sur un siècle, à celui du gaz carbonique. Mais sa combustion rejette, en gros, deux fois moins de dioxyde de carbone que celle d’un charbon vapeur. Personne ne conteste cette équation, tant que l’on ne prend pas en compte l’aval du cycle, c’est-à-dire l’extraction et le transport du gaz, sources de fuites. Dans un article, publié en avril dernier dans les Annales de l’académie des sciences américaine (PNAS), Stephen Pacala (université Princeton) et 4 co-auteurs ont tenté d’estimer la limite au-delà que laquelle le taux de fuite de gaz rend moins intéressante pour le climat la gazéification de l’économie. Verdict: passés les 3,2%, l’empreinte carbone du système énergétique s’alourdit.  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article