Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fukushima, après 6 mois de tentative d'occultation, un état des lieux gravissime.

Le Japon n'en a pas fini avec les retombés de cette triple catastrophe.

Si les conséquences humaines, sanitaires, et environnementales des dégats provoqués par le seïsme puis le tsunami sont sans doute en voie de nette régression, (entendont nous bien, je ne veux pas dire par là que c'est fini, loin de là, car j'ai conscience de l'horreur que vivent encore tous ces gens, tous les jours), il n'en est pas de même pour les conséquences des dégats provoqués par les retombées radioactives de Fukushima, au contraire, car lorsque le voile se lève, c'est chaque fois pour nous apprendre, ou disons plutôt pour nous confirmer, que la réalité est bien plus grave que ce que les autorités Japonaises veulent bien accepter de faire savoir.

Voici un aperçu loin d'être exaustif malheureusement, et pourtant si terrible déjà sur la situation là bas, je commencerais par ce témoignage, qui déjà en dit long sur l'atmosphère, visionez donc cette vidéo sur le site :

http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/La-question-environnement/Sons/Fukushima-6-mois-apres-710959/

Autre témoignage d'un ingénieur en physique nucléaire Bruno Chareyron responsable du laboratoire de la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité), qui s'est rendu au Japon fin mai début juin :

http://www.lepoint.fr/monde/il-y-a-de-la-retention-d-informations-a-fukushima-08-09-2011-1371210_24.php

Extrait :

Le Point.fr : Vous vous êtes rendu au Japon fin mai-début juin, qu'est-ce qui vous a le plus frappé ?

Bruno Chareyron : La situation de contamination. Dans la ville de Fukushima, qui se trouve à près de 65 kilomètres de la centrale, on mesurait encore des taux de radiation dix à vingt fois supérieurs à la normale ! Les atomes radioactifs sont retombés au sol et ils sont toujours là au moment où nous parlons. Leur rayonnement est tellement puissant qu'il traverse les murs et irradie les gens même à l'intérieur des bâtiments, y compris au quatrième étage des buildings !

Comment qualifier l'ampleur de la catastrophe de Fukushima par rapport à celle de Tchernobyl ?

Nous ne disposons toujours pas de données scientifiques suffisantes - ni concernant les rejets, ni la contamination à l'échelle du territoire japonais - pour faire la comparaison. En revanche, sur la base des mesures que nous avons faites, je peux dire que même à 100 kilomètres au sud de la centrale, il y a des terrains sur lesquels la radiation était telle que, dans les 12 mois qui viennent, les habitants dépasseront la dose admissible de 1 millisievert par an. Y compris jusqu'à Tokyo, 250 kilomètres au sud, nous avons constaté une radioactivité anormalement élevée. Nous avons demandé que les autorités japonaises publient une carte à l'échelle du pays donnant les retombées en césium radioactif et, du coup, les taux de radiation subis par les personnes évoluant sur ces sols. À ma connaissance, cela n'a toujours pas été fait.

Ensuite cette annonce qui rend compte de la quantité minimisée des rejets d'eaux polluées :

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/Fukushima-les-rejets-en-mer-trois-fois-plus-importants-qu-estime?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%253A+Goodplanetinfo+%2528Les+D%25C3%25A9p%25C3%25AAches+GoodPlanet.info+%2529

Extrait :

 TOKYO - (AFP) - Le cumul des substances radioactives rejetées en mer par la centrale nucléaire accidentée de Fukushima serait environ trois fois plus important que ne le pensait l'opérateur du site, a affirmé vendredi la presse nippone.

Des chercheurs japonais évaluent à présent à 15.000 térabecquerels la quantité d'éléments radioactifs dispersés dans l'océan Pacifique entre mars et avril, à la suite des explosions d'hydrogène et autres avaries survenues à Fukushima Daiichi, complexe atomique endommagé par le séisme et le tsunami du 11 mars dans le nord-est de l'archipel.

L'opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tecpo), avait estimé auparavant à 4.700 térabecquerels le total d'iode et césium radioactifs rejetés dans la mer, en fonction de prélèvements effectués début avril.

Qu'est-ce que j'aimerais pouvoir m'arrêter là, mais ce n'est pas tout, horrible ! :

 

 

Un autre aspect bien occulté également, terrifiant :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fukushima-les-travailleurs-se-100341

Extraits :

Fukushima : Les travailleurs se cachent pour mourir.

Enfin, pas tous, un homme mystérieux en tenue de radioprotection a tenté de percer le blocus 

en restant planté 15mn devant une des caméras filmant en direct les ruines des réacteurs.(...)

La situation des travailleurs est donc bien similaire à celle des "liquidateurs" de "Tchernobyl"(...)

Dans une interview à Fox News, la mère d'un des travailleurs relate l’état de résignation dans lequel travaillent son fils et ses cinquante camarades : 

« Il m'a dit qu'ils avaient accepté le fait qu'ils allaient probablement mourir à court terme de la maladie des radiations ou de cancer à plus long terme. »

Elle ajoute : « Ils ont discuté entre eux et ont convenu de se sacrifier si cela était nécessaire pour assurer la sauvegarde de la nation. »

Pour finir je vous invite à prendre connaissance de ce dossier du réseau "Sortir du Nucléaire" :

http://groupes.sortirdunucleaire.org/Lire-en-ligne-la-suite-du-dossier


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article