Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Français, le nucléaire sera votre linceul !

La "Commission Energie 2050", qui évalue, et statue d'un point de vue "uniquement" financier, vient de sortir un rapport sur l'énergie nucléaire qui va donner du fil à retordre aux opposant au nucléaire dont je fais partie, car, en effet, contrairement à ce que j'espérais, et je ne dois pas être le seul dans ce cas là, tire des conclusions inverses à ce que je m'attendais, ......qui est dans l'erreur ?

Le plus terrible dans cette état de fait, réside dans le fait que le nucléaire coûte en vérité tellement cher, (et encore, on n'a pas pu estimer vraiment ce que vont coûter les démentellement et les stockages de déchets à très long termes.), que pour qu'il soit rentabilisable, il n'y a qu'une option, le faire durer le plus longtemps possible !

On gagne sur deux tableaux :

1- Si on peut le faire durer plus longtemps sans accidents, on dilue son coût.

2- Si on repousse les questions de démentellement, pour lesquels les réponses apportées pour le moment, sont tellement insuffisantes, on se donne l'espérence de trouver une hypothétique solution !

http://www.actu-environnement.com/ae/news/commission-besson-energie-nucleaire-france-14804.php4#xtor=ES-6

Extrait :

A l'instar des économistes de l'ADEME récemment, la Commission a comparé différents scénarios énergétiques développés par des associations (Negawatt), des industriels (UFE) ou des institutionnels (Enerdata). La Commission semble d'avis que les scenarios les plus avantageux en matière coût de l'électricité, d'emploi et de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont ceux où la part du nucléaire reste très élevée. L'option de prolongation des centrales "s'avère de loin la moins coûteuse en termes d'investissements jusqu'à 2035-2040, quel que soit le scénario alternatif où il y aurait remplacement de réacteurs par un quelconque autre moyen de production", peut-on lire dans le rapport.

Selon le journal, sur l'emploi, les auteurs considèrent que, quel que soit le mix énergétique, les emplois créés et détruits ne seraient que de quelques dizaines de milliers. En revanche, la hausse des prix de l'électricité se traduira en 2030 par une perte de PIB de 0,6 % si 50 % d'électricité est d'origine nucléaire, et de 0,9 % s'il n'est plus que de 20 %.

Il va falloir composer avec cela, pas simple, mais tellement vital, qu'il va falloir soulever les arguments efficaces !

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article