Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faudra-t'il bientôt payer son air, pollué qui plus est ?

terre 002

Plus encore que notre air, ce sont certains cerveaux qui sont pollués, embrumés, aveuglés, pervertis, l'argent n'a qu'un seul rève : l'argent !

Pollution de l'air (et de l'eau) exemple :

http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article903

Extrait :

Des scientifiques américains ont mené une large étude pour connaître les niveaux d’exposition au Roundup dans l’environnement. Produit phare de la firme Monsanto, l’herbicide a été détecté à des concentrations significatives dans l’air et dans tous les cours d’eau du Mississipi et de l’Iowa selon un communiqué publié par l’agence Reuters le 31 août dernier.

« Il est partout à des niveaux significatifs. Il est constamment là », déclare Paul Capel, chimiste environnemental au bureau de recherche géologique américain (USGS, selon l’acronyme en anglais). « Mais nous avons besoin de mener des tests complémentaires pour définir la toxicité pour l’homme et l’animal de ce produit chimique ».

Pollution des cerveaux exemple :

http://www.actualites-news-environnement.com/27079-banques-se-ruent-forets-carbone.html

Extrait :

Le secteur banquier, avec en tête BNP Paribas, a décidé de lancé une offensive pour réclamer l'intégration des forêts dans le marché du carbone, et ce, a quelques mois des négociations sur le climat qui auront lieu en fin d'année à Durban (Afrique du Sud), et en pleine tourmente financière.

Le 13 Septembre, le Programme des Nations unies pour l'environnement(PNUE) et le secteur bancaire publient un nouveau rapport, avec une série de recommandations, pour que les négociations sur la lutte contre la déforestation et le réchauffement climatique « s'ouvre efficacement aux flux de la finance privée ».

Pour les Amis de la Terre, les banques sont à la recherche de nouveaux placements présentés comme beaucoup plus sûrs et plus rentables

Les banques espèrent pouvoir accéder à un marché potentiel de plusieurs dizaines de milliards d'euros par an avec la création de crédits-carbone forestiers REDD qui pourraient être achetés par les entreprises et les États ne respectant pas leurs obligations de réduction des émissions de gaz à effet de serre, peut on lire dans un communiqué de presse.

« La compensation carbone est une imposture scientifique. Il n'est pas possible de compenser la libération de carbone d'origine fossile (pétrole, charbon...), qui s'est formé pendant plusieurs millions d'années, par un stockage très temporaire dans les forêts. Les grands incendies en Amazonie, en Russie ou en Asie du Sud-Est, qui se multiplient chaque année, nous le rappellent de façon évidente », explique Sylvain Angerand, chargé de campagne pour les Amis de la Terre et ingénieur forestier.

« Si BNP Paribas, et les autres banques qui ont co-signé ce rapport, voulaient vraiment s'engager pour le climat  elles arrêteraient de financer d'une part des secteurs qui contribuent à la déforestation comme les monocultures de palmiers à huile ou de soja et d'autre part des projets extrêmement controversés de centrales à charbon ou d'extraction de pétrole à partir de sables bitumineux », déclare pour sa part, Yann Louvel, référent de la campagne Responsabilité des acteurs financiers pour les Amis de la Terre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article