Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Exploitation des gaz de schiste, faut-il le voir pour le croire ?

Depuis plusieurs mois déjà je fait le parallèle à ce sujet ou disons plutôt que je prend en exemple et en référence ce qui ce passe au Québec, et plus on avance, et plus je suis persuadé de l'exemplarité de ce qui est vécu, là bas.

On trouve plus difficilement des articles et des témoignages nous arrivant directement des États-Unis, là ou l'exploitation a déjà essaimé ses ravages, mais alors que ce n'était pas du tout prémédité le lien est les témoignages, ce sont les Québécois, qui vont les chercher pour nous.

Après un premier voyage, que j'avais déjà relaté par plusieurs billets, un second à eu lieu récemment, ils étaient 56 citoyens, pour certains Maires de communes, pour d'autres citoyens lambda, certains déjà convaincu, d'autres sans doute encore à convaincre. L'aspect dont ils ont voulu se rendre compte, et comprendre, était de faire le constat de ce que l'exploitation des gaz de schiste provoquait comme impact direct et indirect sur l'agriculture locale et les agriculteurs.

Ils ont vu, ils ont senti, ils ont écouté, ils peuvent en témoigner, ce ne sont pas des a priori, ce ne sont pas suppositions, ce ne sont pas des supputations, c'est le témoignage du vécu de citoyens commes vous et moi, au travers de quelques articles, je vais juste ressortir quelques phrases qui pour moi en disent plus long que de grand discours et de grandes théories, et puis j'évoquerais ensuite brièvement deux autres infos importante d'actualité.

a look

http://www.enbeauce.com/detail-actualite.asp?ID=26169

Extrait :

« Le constat : une véritable invasion barbare de l’industrie gazière en milieu agricole. Le territoire du comté, jusqu’alors occupé à 90 % par de petites entreprises agricoles et forestières, est aujourd’hui déstructuré par l’occupation de l’industrie gazière, où se succèdent, à proximité des résidences et des fermes, les tours de forage, conteneurs de produits chimiques et eaux usées, pipelines, torchères, camions, stations de compression et carrières, rendant quasi impraticable l’agriculture pour certains», rapportait la Coalition dans un communiqué de presse.

http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/environnement/201203/27/01-4509701-gaz-de-schiste-on-a-vu-des-choses-qui-bouleversent.php

Extraits :

M. Guilbert était des 56 participants provenant de tout le Québec, dont près de la moitié était composée d'agriculteurs et de vétérinaires. «On a vu des choses qui bouleversent», assure ce dernier, encore sous le choc. J'ai vu ce qui risque de nous arriver si on n'y prend garde et je veux absolument en témoigner.» (...) M. Guilbert répond que c'est une illusion de progrès. «Les gens de Pennsylvanie subissent beaucoup plus de méfaits sur le plan santé et environnemental, même si des hommes ont un job à conduire des camions. Ces emplois vont disparaître avec la compagnie. Mais c'est sûr qu'en ce moment, les restaurants sont pleins de clients, les routes sont pleines de camions et c'est les gens de la place qui brassent les produits chimiques. Mais l'argent s'en va dans des holdings financiers.»

http://www.radio-canada.ca/regions/estrie/2012/03/26/003-retour-pennsylvanie-gaz-schiste.shtml

Extrait :

« Les gazoducs que nous avons vus en Pennsylvanie sont en surface de terrain. C'est très perturbant. Je suis parti avec des inquiétudes. Je suis revenu avec des certitudes que si ça se passe comme ça, on ne veut pas ça chez nous », soutient le maire de Saint-Marcel-de-Richelieu, Yvon Pesant.

 

«Il y a des réductions de production pouvant atteindre jusqu'à 50 pour cent chez les agriculteurs qui possèdent des fermes laitières. Je ne pensais pas que les études étaient aussi avancées», a-t-elle dit.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/201203/26/01-4509552-schiste-une-delegation-sinquiete-apres-un-voyage-en-pennsylvanie.php

Extraits :

 

Mme Ouellet a rappelé qu'en plus de contaminer l'eau potable, les produits chimiques issus de la fracturation hydraulique polluent l'air et engendrent une augmentation du smog, des problèmes de santé et de gestation, notamment. (...) Claude Roger, maire de La Présentation, en Montérégie, municipalité où se trouve un puits de gaz de schiste qui fuit, selon lui, est également préoccupé depuis qu'il est revenu des États-Unis.

Il estime que les citoyens aux prises avec des problèmes reliés aux gaz de schiste sont «démunis, sans ressources financières, et semblent complètement abandonnés» par leurs gouvernements.

«C'est effrayant tout ce que j'ai vu là-bas, a dit le maire de la municipalité de 2500 habitants. Il faut le voir pour le croire.»

http://www.fm1033.ca/environnement/-/pub/Had2/content/1420579-gaz-de-schiste-la-deputee-ouellet-parle-de-cauchemar?redirect=%2Fenvironnement

Extrait :

Tout comme le maire de La Présentation, Martine Ouellet dit avoir vu des puits d’eau potable contaminés par le méthane et avoir côtoyer des gens désespérés par leur situation.

 

      http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/troisrivieres/archives/2012/03/20120326-164742.html

Je ne parviens pas à extraire de cet article, aussi je vous invite à le lire, car plusieurs paersonnes s'expriment.

Je crois qu'il y a là vraiment matière à réfléchir !

Voici donc brèvement deux autres aspect, le premier, en guise d'exemple également, car à l'instar des États-Unis, où les ressources ont été revus à la baisse, un autre exemple plus proche, celui de la Pologne qui veut donc exploiter ces réverves, seulement voilà, ce qui était annoncé comme un des grand réservoirs de gaz et huile de schiste, s'avère être de bien moindre importance, au point qu'on peut même lire ça et là, que certaine grosse sociétés, pourraient bien faire marche arrière :

http://www.journaldelenvironnement.net/article/pologne-les-gaz-de-schiste-polonais-se-sont-evapores,28258

Extrait :

Jusqu’à la semaine passée, la Pologne se voyait comme un Emirat européen, tant ses réserves de gaz de schiste semblaient importantes, lui promettant un avenir énergétique radieux. Las, les mauvaises fées se sont penchées sur le berceau de l’industrie gazière polonaise, laquelle doit maintenant déchanter. En se basant sur les résultats de forages, réalisés entre les années 1950 et 1980, l'institut national de géologie (PIG) estime que les ressources potentielles de gaz de schiste s’élèvent à 1.000 milliards de mètres cubes, soit 5 fois moins que ce qu’avançait une étude du service des statistiques du département américain à l’énergie. Varsovie n’est donc pas prête de se libérer de la tutelle gazière russe

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/03/26/20002-20120326ARTFIG00683-la-pologne-dechante-sur-ses-reserves-en-gaz-de-schiste.php

Extrait :

 

D'après une étude officielle, les gisements polonais sont plus de deux fois moins prometteurs que prévu.

Après le «rêve américain», la désillusion. Le dernier (et premier) rapport officiel sur le potentiel du pays en gaz de schiste met fin au rêve d'une Pologne aspirant à devenir une «deuxième Norvège» et un nouvel eldorado énergétique grâce à de gigantesques gisements. Ceux-ci représenteraient au maximum 2.000 milliards de mètres cubes, selon l'étude officielle établie par l'Institut national de géologie (PIG) en coopération avec des experts américains, publiée la semaine dernière. C'est peu, comparé aux 5.300 milliards de mètres cubes évalués l'année dernière par l'agence américaine EIA, qui avait fait miroiter la perspective d'une indépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et d'une sortie du tout-charbon.

Les ressources réelles représentent plus probablement entre 350 et 770 milliards de mètres cubes. «Nous étions tous conscients que les estimations américaines étaient surévaluées, mais personne ne s'attendait à ce qu'il y ait si peu de gaz de schiste», déclare Andrzej Szczesniak, expert énergétique indépendant. De quoi décourager la quarantaine d'entreprises polonaises et de géants internationaux, parmi lesquels Chevron et Total, qui ont obtenu plus d'une centaine de licences pour exploiter les gisements polonais, les plus importants d'Europe après ceux de la Norvège et des Pays-Bas.

Serait-ce le même constat en France ?

Et pour finir, j'apprend qu'un nouveau film fait son apparition à ce sujet, je n'ai pas eu le temps de le visionner, mais en voici la présentation :

http://www.cyberpresse.ca/environnement/dossiers/gaz-de-schiste/201203/30/01-4510832-les-voisins-du-gaz-de-schiste.php

Extrait :

 

Le film présente une dizaine de personnes ou familles ayant côtoyé l'industrie d'assez près pour conclure qu'elles ne voulaient pas qu'elle prenne de l'expansion.

 

«Quand ça a commencé, on avait juste hâte que ça finisse, selon ce que déclare un des témoins. C'est comme être à côté d'un quartier industriel qui marche 24 heures sur 24. On a dû dormir dans le sous-sol.»

 

«On aura tous les inconvénients sans aucune compensation», déclare un fermier.

 

Luce Cloutier espère que le film trouvera son chemin jusqu'au petit écran, mais en attendant, il sera distribué aux dizaines de comités de citoyens opposés à l'exploitation du gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent.

 

Avant d'être prêt pour une diffusion, le film devra toutefois être débarrassé de ses maladresses, dont une musique souvent inutile, le manque d'information sur les lieux et les personnes interviewées et la répétition de certains extraits.

a look

http://depeches.ameriquebec.net/2012/03/30-gaz-de-schiste-documentaire-20000-puits-sous-les-terres-2.qc

Le film 

 


 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article