Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Exploitation des gaz de schiste, et projet gaziers, la Commission Européenne ouvre grande la porte !

Le coup est terrible, alors qu'il faudrait au contraire suspendre, ou pour le moins réduire drastiquement les subventions aux produits fossiles, et à leurs extractions et exploitations, voilà que cette Commission préconise de les subventionner, en les classant dans une catégorie, niant les conséquences dévastatrices de ces exploitations.

Voilà que les projets gaziers seraient source d'énergie faible en carbonne, quelle honte !

Voilà là, encore une fois, la preuve que la focalisation sur la seule production de CO2, est en train de créer des effets d'une telle perversité, que cela en devient dangereux.

Le pire c'est que l'argument est en plus grandement contestable, retour sur un billet précédent ici, où la sois-disant faible production de CO2 de l'exploitation des gaz de schiste, est contredite. 

a look

http://www.zegreenweb.com/sinformer/la-commission-europeenne-parait-preferer-le-gaz-aux-energies-renouvelables%2c55719

Extrait :

Inapproprié. Inconséquent. Indécent. Les écologistes l’ont saumâtre depuis que la Commission européenne, dont certains lobbies peuvent manifestement toujours dicter la conduite, a décidé qu’une partie des fonds du programme énergétique continental Horizon 2020 prévus pour les technologies vertes, àsavoir trente milliards d’euros, sera réorientée au profit de projets gaziers.

L’argument brandi par Bruxelles selon lequel le gaz est une source d’énergie faible en carbone ne les convainc pas. Les plus virulents diront même qu’il se situe à la limite de la faute de goût.

Ancienne porte-parole de campagne d’Eva Joly, eurodéputée EELV (Europe Écologie-Les Verts) et vice-présidente du groupe parlementaires des Verts-ALE, Michèle Rivasi n’a pas fait mystère de son mécontentement. Dans un communiqué, elle a ainsi rappelé que « depuis le début des années 2000 et la stratégie de Lisbonne, la Commission prétend miser sur l’innovation pour maintenir la compétitivité européenne ». « En temps de crise, ce n’est plus une nécessité, mais un devoir, et cette innovation doit aider l’Europe à réduire sa facture énergétique annuelle dans un contexte d’épuisement des énergies fossiles, tout en luttant contre le changement climatique. Pourtant, la Commission tient un double-discours et laisse la part belle au lobby gazier et aux États dont l’ambition climatique est biensecondaire, la Grande-Bretagne en tête. C’est scandaleux », a-t-elle estimé.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article