Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Energie solaire, la décentralisation rendu possible, produire ensemble.

La production d'énergie va être l'un des enjeux majeurs du XXIem siecle, nos habitudes vont devoir évoluer, l'orientation discutable vers le tout électrique en France, tant dans le batiment, que dans le déplacement maintenant, pensé pour assoier et justifier l'énergie nucléaire, nous à mis dans une situation épineuse.

Je l'ai déjà exprimé, et le redis ici, je crains que ce soit une erreur de favoriser le tout électrique, surtout pour la voiture, mais aussi dans le chauffage des batiments, à moins qu'à terme, la production devienne de plus en plus locale, autonome, à condition, quelle soit aussi, "moins sale", permettant l'indépendance énergétique, , si ce n'est individuellement, au moins territorialement, mais ce n'est pas du tout la voie que les états veulent favoriser.

Permettre et favoriser notre indépendance énergétique, n'est surement pas dans leurs projet, c'est pourtant ce chemin qui serait le plus citoyen.

J'avais déjà évoqué ici l'éolien que certains citoyens ont mis en oeuvre pour produire une partie de l'énergie qu'ils consomment, c'est aujourd'hui le solaire qui s'organise aussi, et je veux encourager ces initiatives :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/centrale-photovoltaique-projet-village-parc-developpement-14548.php4#xtor=EPR-1

Extrait :

Actu Environnement : Qu'est-ce que le projet baptisé Centrales villageoises photovoltaïques ?

Noémie Poize : Débuté il y a un an et demi, ce projet d'expérimentation, monté par Rhônalpénergie-Environnement (RAEE) en partenariat avec les Parcs naturels régionaux (PNR), a pour but de construire un modèle de centrale villageoise photovoltaïque qui implique de près les populations concernées. Son intérêt est de parvenir à un développement économique local en territoire rural sur la base des énergies renouvelables (EnR), et notamment du photovoltaïque. Adapté au contexte des PNR, ce modèle d'installation photovoltaïque doit respecter un certain nombre de critères en termes d'évolution du  patrimoine architectural ou paysager dans les huit territoires pilotes situés dans cinq parcs naturels de la région Rhône-Alpes. Le projet est financièrement soutenu par la Région Rhône-Alpes et l'Europe.

AE : Pourquoi avoir choisi un tel nom ?

NP : Le terme centrale villageoise a été retenu car dans ce type de projet, la participation de la population rurale est très importante et conditionne la réussite de ces opérations. Des réunions publiques ont été organisées dans les huit territoires afin de sensibiliser les habitants à la forme de développement des EnR et de les associer à la construction ainsi qu'au financement du projet. Pour les associer à cet investissement, des sociétés locales seront créées et proposeront aux citoyens et aux entreprises locales de prendre des parts et donc de toucher des dividendes issus de la vente de l'électricité produite. Ces sociétés locales loueront le toit des propriétaires soit en leur versant un loyer, soit en participant financièrement à des travaux comme la réfection de toiture, la reprise de l'isolation ou encore l'installation de panneaux solaires thermiques.

AE : Où en est-on des différents projets ?

NP : L'organisation de nombreuses réunions publiques et la réalisation d'études paysagères par des acteurs locaux ont permis, fin novembre, de déterminer un site d'implantation d'une première centrale villageoise photovoltaïque (d'environ 1000 m2 répartis sur 10 ou 20 toitures en moyenne) dans chacun des huit territoires. Par contre, ces sites qui ont ainsi fait l'objet d'un consensus des élus et de la population, n'ont pas tous été définis avec le même niveau de précision. Dans certains cas, les propriétaires des toits accueillant les futurs panneaux ont déjà été identifiés, et dans d'autres cas, une phase d'affinement du périmètre est encore nécessaire pour s'assurer de la volonté de la population concernée d'aller plus loin.

AE : Comment jugez-vous l'engouement des habitants pour ce type de projet ?

NP : Les huit territoires ainsi que leurs populations étant extrêmement différents, le comportement des habitants n'est pas le même. Pour certains sites, les gens se sont eux-mêmes portés volontaires pour mettre à disposition leurs toits et commencer rapidement les études de faisabilité technique. Il y a, par exemple, la formation de noyaux durs de propriétaires qui portent le projet localement et qui cherchent à mobiliser davantage de propriétaires. Pour d'autres territoires, le projet est davantage soutenu par les élus car l'approche avec la population est plus difficile. Les acteurs locaux ont donc préféré identifier des lots de bâtiments publics autour desquels pourront se raccrocher des propriétaires......

Parvenir à un développement économique local en territoire rural sur la base des énergies renouvelables
Noémie Poize

Chargée de mission énergie solaire à RAEE signe cet article. 

Tout n'est pas rose, ni vert bien sur, ni dans l'éolien, ni dans le solaire, pas plus que dans l'hydraulique, ou aucune forme de production énergétique, mais je suis persuadé, qu'il vaut tout de même mieux promouvoir les ENR, à condition bien sur d'y bien réfléchir, plutôt que de perdurer dans les énergies fossiles, et le nucléaire, dont on sait maintenant les horreurs qu'ils génèrent déjà, et surtout considérant, que les impacts négatifs environnementaux déjà désastreux ne peuvent aller qu'en s'empirant, du fait des difficultés grandissantes à produires ces énergies fossiles.

L'un des mes voeux pour cette année et les suivantes, serait donc que soit favoriser l'émergence d'une vision autre de la production et de la consommation énergétique, travailler à l'autosuffisance, permettrait de gagner en liberté, mais çà !!!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article