Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En voulant bien faire pour la planète, je participe involontairement au réchauffement climatique, que faudrait-il donc faire ?

Je chauffe ma maison au bois, une cheminée équipée d'un foyer fermé, les convecteurs électriques ne sont quasiment jamais allumés, sauf dans de très rares exeptions, c'est un choix, pas toujours simple d'ailleurs, le bois c'est du boulot, c'est salissant, ça génère plein de poussière, mais je pense que c'est le moyen de chauffage le moins nuisible, enfin je pensais !

J'avais déjà bien sûr découvert depuis quelques temps les noirs effets des particules fines, j'avais compris que la combustion du bois n'était pas si anodine que je le croyais, mais ce que je viens de lire me laisse dépourvu et déconfit.

Si ce chauffer au bois n'est pas non plus une solution tenable et extensible, que vat-il falloir faire pour passer l'hiver au chaud ?

La géothermie, si j'ai bien compris il faudrait installer cela avant même les fondations d'une maisons pour que ce soit vraiment optimum, le solaire j'ai fais venir des techniciens l'orientation de ma maison ne permet pas un bon rendement, l'éolien domestique n'est vraiment pas la solution, pompe à chaleur, lourd investissement !

Alors quoi ?

a look

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/01/16/la-suie-contribue-deux-fois-plus-au-rechauffement-qu-estime_1817534_3244.html

Extrait :

La suie reste dans l'atmosphère entre une semaine et dix jours, ce qui permettrait d'avoir rapidement un impact sur le réchauffement en réduisant les quantités émises – contrairement au CO2, qui peut persister pendant des décennies dans l'atmosphère.

"L'atténuation des émissions des véhicules à moteur diesel semble offrir les meilleures chances de réduction de l'influence climatique humaine à court terme",écrivent ainsi les auteurs. Outre sur le diesel, agir sur les autres sources anthropiques de production de suie – fours à bois, chauffages domestiques, etc. – pourrait également produire des effets rapides.

Certaines sources de suie, comme les feux de forêt, ne peuvent par contre pas être taries facilement. Elles iront même grandissant avec la multiplication des canicules et des sécheresses, qui favorisent les incendies, selon l'étude.

La suie est déjà la cible d'une initiative internationale défendue par les Etats-Unis, "the Climate and Clean Air Coalition", qui vise à en réduire les émissions pourlutter contre le réchauffement et la pollution de l'air. La France doit de son côtéeffectuer cette année des relevés de suie, sous la direction du Centreinterprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article