Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Emission de CO2, la baisse n'est encore qu'une hypothèse.

Alors que qu'il est pourtant acquis, acté par des engagements politiques, malheureusement non contraignant, qu'il est impératif de diminuer les émissions de CO2, pour ne parler que de celle-çi, force est de constater que ce n'est pas le cas dans la réalité, au contraire, partout dans la monde les émissions continu de croître, et contrairement à ce qui avait été annoncé il y a quelques temps, l'Europe non plus n'y parvient pas :

http://www.zegreenweb.com/sinformer/les-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-en-augmentation-dans-lue%2c55466

Extrait :

Les négociations climatiques pataugent depuis plusieurs années. À Copenhague (Danemark), Cancun (Mexique) puis Durban (Afrique du Sud), et même si les écologistes ont estimé qu’elle s’est jusqu’ici montrée trop frileuse, rapport à son refus de viser les 30 % de réduction de ses rejets carbone à l’horizon 2020, l’Union Européenne (UE) a cependant fait montre d’un volontarisme qui a tranché avec l’inflexibilité de certains de ses partenaires.

 

Seulement voilà : aussi pétrie de bonnes intentions soit-elle, ses émissions de gaz à effet de serre (GES) ont augmenté de 2,4 % en 2010. Une hausse d’autant plus surprenante que la dégradation de la conjoncture économique a entraîné une récession industrielle qu’on aurait pu croire durablement bénéfique pour l’environnement.

La hausse perpétuelle des rejets de CO2 serait-elle au bout du compte une fatalité ? Le corollaire incontournable de l’accroissement démographique ? Les objectifs continentaux de réduction desdits rejets paraissent en tout cas bien compromis. Dans le même temps, fatalement, les prophéties des experts les plus pessimistes selon lesquels le seuil fatidique des deux degrés celsius sera franchi dès l’entame de la prochaine décennie n’ont sans doute jamais paru aussi crédibles.

Il est alors évident, que les solutions de stockages vont prendre une part très importante dans le débat, et que cette situation va être un argument très favorables à ceux qui le préconisent. Personnellement cette solution ne me semble pas du tout une bonne idée, car je crains fort que ce CO2 finira bien par remonter en surface au fil du temps, et des aléas climatiques et ou sismiques, ou tout simplement des évolutions naturelles des sous-sols, sans qu'aucune maîtrise ne puisse être garantie.

Et que dire du "marché carbone" que cela engendre, n'allons nous pas finir par créer du carbone juste pour alimenter un marché à qui certains souhaite donner une valeur de plus en plus grande ?

http://www.actu-environnement.com/ae/news/captage-stockage-CO2-sequestration-stockage-dioxyde-carbone-forum-CO2GeoNet-chercheur-BRGM-15632.php4

Extrait :

Actu Environnement : Où en sommes nous concernant le captage-stockage de CO2 (CSC ou séquestration-stockage du dioxyde de carbone SSC) ?

Isabelle Czernichowski-Lauriol : Après 20 ans de recherche, nous sommes dans une période charnière : nous devons désormais testersur le terrain les différents outils et méthodologies développés afin de viser un déploiement de la technologie à partir de 2020 etcontribuer ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique.

La volonté en Europe, c'est d'avoir une douzaine de démonstrateurs à partir de 2015 qui puissent fonctionner sur la période 2016-2020.

AE : Cet objectif pourra être tenu ?

ICL : Un problème financier se pose : le prix de la tonne de CO2reste faible. Le plan de relance économique européen - qui a sélectionné six projets de démonstration en 2009 - doit être complété par une aide apportée par le marché des quotas d'émission de CO2. Une réserve de 300 millions de quotas sera ainsi utilisée pour financer des projets de captage et stockage de CO2, mais aussi des techniques innovantes pour les énergies renouvelables.

Pour cela, un appel à projet européen appelé NER300 a été lancé en 2010. La sélection finale des projets retenus se déroulera en fin d'année 2012. Cependant le prix de la tonne de CO2 sur le marché est bien moindre que celui espéré il y a deux ans : les financements seront moins élevés et le nombre de projets sélectionnés certainement inférieur aux prévisions.

Et puis voilà qu'une autre crainte se fait jour, ce CO2 capté en profondeur, quel impact pourra-t-il avoir sur la nature des couches géologiques à long terme, notamment sur la qualité des eaux en profondeurs, celles qui rencontrerons sur leur passage, et entrerons en contact avec ces poches de CO2 ?

Cette question, visiblement, certains se la sont posée, et je crains fort que l'annonce d'une nouvelle demande d'exception aux règles de rejets dans les eaux sous terraines, ne soient un premier coup portée à la qualité des eaux sous terraines, à ce sujet.

Si c'est ça la réponse apportée, alors mes craintes augmentent d'autant plus, alors que tout devrait être fait pour garder, voire améliorer la qualité de ces eaux que l'on sait déjà compromises dans certains cas, voilà que l'on se propose de faire l'inverse.

Je ne comprend décidemment rien à nos décideurs !  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clovis Simard 08/06/2012 13:25


 Blog(fermaton.over-blog.com),No-11, L'INVARIANCE EXAJOULE !   La qualité de l'air: Une réalité ?