Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'étude Agrimonde, l'agriculture de demain vue par l'INRA et le CIRAD.

"De nombreuses études ont souligné le fait que nos modèles actuels de consommation et de production agricoles n'étaient pas soutenables."

Partant de ce postulat, l'INRA :  http://www.inra.fr/ , et le CIRAD : http://www.cirad.fr/ , ont réfléchi ensemble, et éditent un livre "AGRIMONDE Scénarios et défis pour nourrir le monde en 2050"

Agrimonde. Scénarios et défis pour nourrir le monde en 2050. Coordination éditoriale de S. Paillard, S. Treyer et B. Dorin. Ed. Quae, 2010 (couverture)

Voici comment l'un et l'autre présente sur leurs sites respectifs l'étude "Agrimonde"

http://www.inra.fr/l_institut/prospective/quels_defis_faut_il_relever_pour_nourrir_le_monde_en_2050

http://www.cirad.fr/actualites/toutes-les-actualites/communiques-de-presse/2010/nourrir-le-monde-en-2050

Que l'on soit d'accord ou pas avec leurs préconisations, l'état des lieux est bien là, ensuite, là où les choses se compliquent, c'est dans les moyens que l'on va promouvoir pour rendre l'agriculture "plus productive", car c'est bien là qu'est le défis, or ces deux organisations promeuvent et soutiennent les OGM.

Et c'est là ou le beau discours achoppe !.

Voici comment le présente "actu-environnement" :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/agriculture-securite-alimentaire-11759.php4#xtor=ES-6

Extraits :

"En effet, le défi alimentaire n'est pas seulement quantitatif. Il est également qualitatif : ''permettre à tous d'accéder à une nourriture suffisante, sécurisée d'un point de vue sanitaire et équilibrée sur le plan nutritionnel''. Mais le rôle de l'agriculture ne se limite pas à la seule production alimentaire. Il est également social et environnemental. Agrimonde souligne ainsi trois enjeux majeurs à intégrer avant de dessiner les modèles agricoles de demain.(...)Selon les scénarios Agrimonde, en 2050, le monde sera divisé en deux ou trois zones excédentaires en production de calories alimentaires (l'OCDE, l'Amérique latine et l'Ex-Union soviétique) et de trois zones déficitaires (l'Asie, l'Afrique du Nord - Moyen-Orient et l'Afrique subsaharienne), où l'augmentation de la production agricole domestique ne permettra pas de satisfaire les besoins intérieurs. Dans ces zones, un recours accru aux importations sera nécessaire.

La question agricole devra donc nécessairement être posée à l'échelon international, intégrant ''la problématique des échanges mondiaux de produits agricoles et agroalimentaires, de leur sécurisation, de leur stabilité, et des relations avec les régulations internationales environnementales et sociales''.(...)S'opposent ainsi deux modèles. Le premier est ''ségrégationniste'' : il sépare les espaces cultivés de ceux qui ne le sont pas au titre de la protection de l'environnement. ''Ce premier modèle requiert de fortes innovations de façon à limiter les dommages environnementaux dans l'espace productif. Mais c'est principalement dans le cadre de l'espace non-productif que sont alors pensés les problèmes environnementaux globaux et leur résolution, conduisant, à l'extrême, à la sanctuarisation de ces espaces''.

A l'inverse, le second modèle est ''intégrationniste''. Il associe, sur un même territoire, ''différents types de systèmes productifs et fait du territoire une mosaïque d'écosystèmes simultanément source de biens marchands et de services écologiques tels que la préservation des sols, la gestion optimisée de l'eau, le stockage de carbone ou la protection de la biodiversité''. Ce modèle intègre également des ''exploitations agricoles, éventuellement peu performantes à l'aune des seules performances technico-économiques classiques, mais qui jouent néanmoins un rôle environnemental et social essentiel, donnant tout son sens à la notion de multifonctionnalité''.

Sophie Fabrégat"

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article