Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Diviser pour mieux régner disait un grand stratège !

Cette vérité a été bien intégrée par les "entreprises", qui s'en servent à travers de nombreux artifices dont l'un est nommé "benchmark", je ne connaissais pas ce terme, mais j'en connaissais déjà l'appproche, et j'en avais déjà vérifié les effets.

Ce qui est terrifiant, c'est que toutes ces ficelles pour faciliter la dominance sont tellement bien acceptées par une grande partie de nos congénères, qu'il devient alors possible de les mettrent en œuvre, à cet hameçonage là la pêche est bonne !

Ainsi toute une panoplie de techniques de manipulations et de dominances se mettent en place, ce n'est pas si compliqué, il suffit de tirer les bonnes ficelles, dans le sens rétrograde ça marche du premier coups, c'est effarant, les mêmes stratagèmes pour faire "évoluer" les mentalitées ont toutes les chances d'échouer, mais quand il s'agit de tirer les esprit vers la dominance, alors l'effet est garantie.

Ne nous laissons pas faire, ne laissons pas faire cela autour de nous, ce n'est pas acceptable, et c'est bien ce que reconnait un jugement, qui je l'espère fera jurisprudence, voyez vous même :

a look

http://www.terraeco.net/Le-benchmark-c-est-instaurer-la%2c45815.html

Extrait :

Un pas de plus vient d’être franchi dans le respect des salariés. Mardi, le tribunal de grande instance de Lyon a interdit à la Caisse d’Epargne Rhône - Alpes Sud de fonder son organisation du travail sur le « benchmark ».

Ce système consiste, comme le rappelle le juge dans l’extrait du jugement« en une évaluation permanente »des salariés de la Caisse d’Epargne, mis en constante concurrence les uns avec les autres. Un deuxième niveau de compétition était établi entre les agences de la région. C’est sur la base des résultats de ce benchmark que la part variable de la rémunération de chaque salarié était calculée.

Depuis que le système a été mis en place en 2007 « à l’initiative d’Olivier Klein (aujourd’hui membre du directoire de Banque Populaire - Caisse D’Epargne) », précise le syndicat SUD-BPCE dans uncommuniqué, plusieurs rapports de médecins et d’inspecteurs du travail, mais aussi d’assistantes sociales, d’un cabinet d’expertise, des instances représentatives du personnel et du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ont alerté sur l’émergence de risques psychosociaux liée à cette organisation du travail.

« Avec un tel système, le seul objectif qui existe est de faire mieux que les autres et tout est remis en question chaque jour, ce qui crée un stress permanent » et compromet « gravement » la santé des salariés, peut-on lire dans le jugement.

Le TGI interdit donc aux Caisses d’Epargne de la région Rhône-Alpes Sud de recourir à ce système, (sans toutefois fixer d’astreinte), et condamne la société à payer au syndicat Sud la somme de 10 000 euros de dommages et intérêts. La Caisse d’Epargne Rhône-Alpes a fait appel de cette décision.

Paul Bouaziz, avocat au barreau de Paris, spécialiste en droit social et ex-secrétaire général de l’Association française de droit du travail, salue cette décision de justice, dans un entretien qu’il nous a accordé

Terraeco : Cette décision de justice est-elle une bonne nouvelle pour les salariés ?

Paul Bouaziz : Oui. Elle est même très importante. Elle reconnaît que l’employeur a procédé à une modification substantielle et abusive des conditions de travail des employés. Le fait de mettre en concurrence les salariés n’est ni dans le code du travail ni dans le contrat de travail. Or, on ne peut pas modifier un contrat de travail comme cela, sans modifier la loi. Mais le plus intéressant dans cette décision, c’est que le juge ne se contente pas de dire à la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes « vous êtes un méchant ». Il lui dit aussi « je vous interdis de faire ». C’est une avancée supplémentaire dans l’évolution du droit du travail.

 

À classer dans les bonnes nouvelles, elles ne sont pas pléthore !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article