Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La pauvreté n'est pas inéluctable, mais il faut le vouloir !

Ou en serions nous de nos privilèges, si nous ne tirions profit des ressources naturelles aux quatre coins de la planète, si nous ne tirions profit des hommes et de leur milieu de vie en de nombreuses occasions, dont certaines sont bien actuelles, et indéfendables.

Certes, de manière tout à fait naturelle la pauvreté existerait, mais les orientations "commerciales", de tout notre système en crée de nouvelles formes, le pillage des ressources qu'entraîne notre société de consommation, crée des richesses pour une minorité, en favorisant l'appauvrissement du plus grand nombre.

http://www.inegalites.fr/spip.php?article1320

Extrait :

"En l’an 2000, l’Organisation des Nations Unies (ONU) organisait un sommet autour de la lutte contre la pauvreté dans le monde, le Sommet du Millénaire. Durant ce sommet, huit objectifs visant à réduire la pauvreté dans le monde ont été fixés. Une décennie plus tard, l’objet du sommet du 20 au 22 septembre 2010 vise à établir un état des lieux des avancées contractées dans ces différents domaines.

Objectifs du millénaire pour le développement
 
1) Réduire l’extrême pauvreté et la faim
2) Assurer l’éducation primaire pour tous
3) Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
4) Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans
5) Améliorer la santé maternelle
6) Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies
7) Assurer un environnement durable
8) Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

En dix ans, la situation des plus pauvres du monde s’est améliorée. Le nombre de personnes évoluant sous le seuil d’extrême pauvreté - fixé par la banque mondiale à 1,25 $ par jour et par personne - a considérablement diminué, passant de 1,8 milliard en 1990 à 1,4 milliard en 2005 (dernière année pour laquelle des données existent). L’accès à l’éducation, à l’eau potable, etc., se sont également améliorés. Il convient de ne pas oublier ces progrès, même si les conséquences de la récession économique n’ont pas encore été mesurées.

Plusieurs points noirs, toutefois, doivent également être signalés. Tout d’abord, les niveaux des progrès enregistrés sont très disparates : l’amélioration importante des conditions de vie des plus pauvres enregistrée en Asie du Sud-est, notamment en Chine, ne doit pas cacher la progression plus lente intervenue en dix ans en Afrique subsaharienne. De même, dans la plupart des domaines, les objectifs internationaux sont loin d’être atteints : le premier d’entre eux impliquait plus précisément la réduction de moitié de la part de la population mondiale évoluant sous le seuil d’extrême pauvreté d’ici à 2015. A cinq ans de l’échéance, on peut d’ores et déjà affirmer que cet objectif ne sera pas atteint. Pire, le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde a augmenté : en 1990 - 1992, on en comptabilisait 845 millions, contre un milliard en 2009. De même, assurer l’éducation primaire pour tous d’ici à 2015 demandera plus de temps : en 2009, on comptabilisait près de 72 millions d’enfants non scolarisés dans le monde."

 

Comme le dit l'auteur de cet article : "La solidarité internationale reste largement à construire."

 

Mais le voulons nous vraiment !?.   

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article