Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Démantèlement des centrales nucléaire et gestion des "déchets" : les questions qu'il fallait se poser avant !

Afin que mes lecteurs comprennent bien la situation actuelle, et surtout puisse faire une projection un peu plus éclairée, sur ce que l'avenir réserve aux prochaines générations, voici déjà 5 chiffres, qui je pense aideront à mettre en perscpective l'ampleur de la tâche :

Brennilis = 1 réacteur puissance 70 MWe

Fessenhiem = 2 réacteurs de chacun 920 MWe

En France 58 réacteurs encore fonctionnels qui ont chacun une puissance supérieure à ceux de Feissenheim.

En France 12 réacteurs sont déjà définitivement arrêté.

En France 2 réacteurs sont en cours de démantèlement !

Afin de ne pas embrouiller les références tous ces chiffres sont vérifiables sur "wikipédia" sur les pages qui vont suivre, et qui vous permettrons d'en savoir plus si vous le souhaitez :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Site_nucl%C3%A9aire_de_Brennilis

http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_de_Fessenheim

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_r%C3%A9acteurs_nucl%C3%A9aires_en_France

http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_de_Chooz

De quoi frémir, quand on sait qu'après déjà plus de six ans de démantèlement de Brennilis, aucune solution pour certains déchets n'a encore été validée avec "certitude", au point que le démantèlement est à nouveau suspendu.

Je suis là devant mon écran et je reste bloqué, incrédule, ne trouvant plus les mots qui pourraient bien qualifier l'horreur de la situation.

a look

http://www.actu-environnement.com/ae/news/brennilis-iceda-stockage-dechets-FMA-16890.php4#xtor=ES-6

Extrait :

Lundi 22 octobre 2012, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) est revenue sur le motif justifiant son rejet du dossier de demande d'autorisation présenté par EDF pour le démantèlement complet de la centrale nucléaire de Brennilis (Finistère). Le stockage des déchets radioactifs de la centrale mise en service en 1965 et arrêtée en 1985 constitue le point noir du dossier. Actuellement, EDF dispose d'une autorisation de démantellement partielle concernant notamment les échangeurs de chaleur et les structures de la station de traitement des effluents.

Dossier incomplet

L'ASN, sollicitée par le Gouvernement pour se prononcer sur la recevabilité du dossier avant qu'il ne soit soumis à enquête publique, juge que "ce nouveau dossier ne permet pas d'appréhender tous les enjeux liés au projet de démantèlement : la construction de l'Installation de conditionnement et d'entreposage des déchets activés (Iceda), bien que largement engagée à Bugey dans l'Ain, est en effet désormais à l'arrêt".

Certes, "EDF a justifié la stratégie de démantèlement retenue", considère l'ASN, néanmoins elle"recommande au Gouvernement que ce dossier soit complété avant d'être à nouveau soumis à une enquête publique, afin qu'il prenne pleinement en compte l'avis de la commission d'enquête publique du 15 mars 2010".

Au chapitre déchets radioactifs, l'avis de la commission d'enquête pointe tout particulièrement que "la quasi-totalité des opposants au projet de démantèlement ont souligné l'absence de lieu d'entreposage et de stockage pour les déchets de faible et moyenne activité (FMA) à vie longue". Or, "la Commission locale d'information (CLI) exclut l'entreposage sur le site", indique l'avis, ajoutant que la CLI "sollicite des précisions sur la solution qui serait envisagée si « l'installation Iceda n'était pas opérationnelle à la dateindiquée »". Sans grande surprise, "ceux qui souhaitent la reprise des opérations de démantèlement ne font pas état des problèmes de stockage, ni d'entreposage des déchets radioactifs", rapporte la commission d'enquête. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article