Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Défendre nos eaux, un enjeu majeur des prochaines décennies.

La peut-être trop grande facilité à obtenir notre eau pour tous les usages, nous à fait en partie oublier que cette ressource n'est pas infini, pas plus que n'importe quelle ressource naturelle.

Les réserves sont fluctuantes, en relation directe avec la météo, le climat oserais-je ajouter, or de grandes incertitudes se font sentir quand à l'évolution de celui ci et des répercutions qu'engendrerons ces changements, de plus longues sécheresses, de plus importantes précipitations, probablement !?

En parallèle de ces niveaux inconstant, un autre danger existe, et non des moindres, les diverses pollutions, elles sont déjà là, avérées, et on ne les a peut-être pas toutes découvertes encore, elles nous coûtent déjà très cher en terme d'assainissement et de santé publique, et malheureusement, les choix politiques actuels ne sont pas favorable vraiment à inverser cette tendance.

Je veux donc relayer et encourager les actions de "France Liberté", qui plus est que ce mouvement, élargie sont combat en portant un regard que je partage sur modèle énergétique :

http://www.france-libertes.org/Eau-energie-et-democratie.html?utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter+Fvrier+2012&utm_content=Newsletter+Fvrier+2012+CID_6334924a26bc21af94345e8ec1795d2e&utm_source=Campagnes+Emails&utm_term=Lire+la+suite

Extrait :

      France Libertés a décidé de se lancer dans une campagne de sensibilisation et de plaidoyer sur les questions énergétiques. France Libertés défend le droit des peuples à disposer de leurs richesses et prône le respect d’un bien commun de l’humanité, l’eau. Ce n’est donc pas par hasard si nous nous attaquons aujourd’hui aux méfaits de notre modèle énergétique.

 

Notre modèle énergétique montre ses limites de façon prégnante : changements climatiques, pollutions atmosphériques, malédiction des ressources dans certains pays du Sud, etc. Les impacts sur l’eau qu’ont la production d’énergie (méga-barrages, nucléaire) et l’extraction de ressources (pétrole off-shore, gaz de schistes, sables bitumineux, etc.) sont également réels et démontrés, tout comme la négation des principes démocratiques dès qu’il s’agit d’accéder à de nouvelles sources d’énergie.

Face à cet état de fait et aux tendances qui se profilent, nous souhaitons proposer une transition énergétique vers des modèles alternatifs, dont les solutions existent déjà (énergies renouvelables). Il nous semble essentiel de remettre la priorité sur la préservation de la qualité de l’eau et sa disponibilité pour l’ensemble des activités humaines et l’équilibre des écosystèmes. Aussi, la réappropriation de la question par les peuples du Nord et du Sud paraît nécessaire.

La vigilance citoyenne va être à ce sujet extrêmement importante, surtout quand on voit comment le gouvernement, nous bafoue encore, faisant fi de l'expression citoyenne, pourtant importante, et prend des décisions en totale contradiction, avec sa fausse volonté de façade, au sujet des permis d'exploration de gaz, nous ne sommes pas dupes, voyez plutôt :

http://www.reporterre.net/spip.php?article2557

Extrait :

Le gouvernement a demandé fin janvier l’accélération de l’instruction des demandes de permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux de Blyes, Gex Sud, Montfalcon et Lyon Annecy. Quoi qu’en disent les autorités, il s’agit bien là de nouveaux permis de pétrole et gaz non conventionnels qui vont être accordés sur notre territoire.

PLUS DE LA MOITIÉ DE LA RÉGION RHÔNE-ALPES MENACÉE

Les services de l’Etat ont reçu ordre de rouvrir l’instruction des permis qui avait été interrompue par la forte mobilisation citoyenne de l’année dernière. Ils disposent d’un délai d’à peu près un mois pour répondre. Après quoi, les permis pourront être signés par le Ministère, que l’avis des services soit favorable ou non.

La délivrance de ces nouveaux permis porterait à 8 le nombre de permis de recherche en Rhône-Alpes avec les permis accordés de Gex, Moussières, Lons le Saulnier et le permis en cours d’instruction de Montélimar Extension.

GISEMENTS CONVENTIONNELS… POUR COMMENCER

La loi du 13 juillet 2011 interdit la fracturation hydraulique et le gouvernement nous assure que ces nouveaux permis sont des gisements conventionnels.

Bien que ces demandes de permis ne mentionnent pas explicitement le caractère non conventionnel des hydrocarbures recherchés, la faible porosité des sols et l’échec des précédentes recherches en matière de gisements classiques ne laissent aucun doute sur celui-ci. Les compagnies pétrolières ne cachent plus leur projet d’utiliser, au moment voulu, la fracturation hydraulique dans le cadre de « recherches scientifiques », comme prévue par cette même loi. Elles seront d’ailleurs largement représentées dans la commission technique chargée d’encadrer et contrôler ces recherches.

Je crains malheureusement qu'on ne puisse éviter une nécessaire augmentation de la part du gaz dans le mix énergétique, mais pas n'importe comment, l'enjeu environnemental, comprenant la qualité de nos eaux, doit être prioritaire, et absolu.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article