Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Déchets nucléaires : Quoi et comment faire ?. Les fonds marins, ça c'est malin !

Cette question, est de la plus haute importance. 

L'un des aspects le plus dramatiquement inacceptable, lié à l'énergie nucléaire, est la gestion, ou plutôt la "non gestion" actuelle des déchets générés par cette source d'énergie, que certains osent qualifier de "propre".

Comment peut-on développer une technique avec un tel potentiel de dangerosité, à très très très long terme, pour laquelle on a pas les solutions de "mise hors d'état de nuire" !?.

Faut-il que l'on soit totalement insensé, durablement aveugle, profondement inconscient, criminelement égocentrique, pour agir de la sorte !.

 

Voyez donc ce qui se profile, sauf que là ça ne revient pas seulement à mettre la poussière sous le tapis ! 

 

http://energie.lexpansion.com/energie-nucleaire/dechets-nucleaires-l-enfouissement-sous-marin-refait-surface_a-32-4666.html

Extrait :

"Ce vaste programme Seabed, étudié de façon rigoureusement scientifique, a été abandonné en 1988. Les recherches s'orientant alors vers les enfouissements dans les formations géologiques continentales, comme on l'étudie actuellement en France, sur le site de Bure. A l'époque, l'image d'une mer vue comme un territoire sacré et inviolable avait largement contribué à rejeter cette technique.

Pourtant, les experts qui ont participé aux études ont reconnu la fiabilité de la technique, sans parler de son coût modéré. Sa logique repose sur la barrière que représentent plusieurs dizaines de mètres de sédiments, plusieurs milliers de mètres d'eau, le tout à plusieurs milliers de kilomètres de toutes zones habitées.

Les choix géologiques continentaux offrent certes toutes les garanties technologiques, mais la difficulté d'acceptation par les populations proches est un obstacle réel. On le voit autour du site de Bure actuellement testé dans l'est de la France.

L'option sous-marine pourrait alors refaire surface au moins dans les débat d'experts."

 

Cette option, n'est pas nouvelle :

http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=2707

Extrait :

"Pierre Germain, IRSN Cherbourg. Deux techniques de stockages sous-marins avaient été envisagées. Tout d'abord, plusieurs pays (Angleterre, France, États-Unis, Suisse, URSS, etc.) ont jeté par-dessus bord des fûts de déchets solides de faible radioactivité, surtout dans l'océan Atlantique, jusque dans les années 1980. Par ailleurs, vers la fin des années 1970, il a été envisagé d'enfouir les déchets de haute activité à vie longue (les mêmes que ceux dont l'enfouissement est aujourd'hui étudié dans le laboratoire de Bure dans la Meuse) à plusieurs dizaines de mètres sous les plaines abyssales, situées à près de 5 000 mètres de profondeur, notamment dans l'Atlantique Nord. Ce projet, baptisé « Sea Bed », a fait l'objet de recherches internationales (notamment des États-Unis, du Canada, du Japon et de plusieurs pays européens) sur les moyens d'enfouir ces déchets..............De plus, des conventions internationales réglementent les rejets ou dépôts de déchets en mer : la Convention de Londres, entrée en vigueur en 1975, réglemente l'immersion des déchets et contrôle les sources de pollution. La Convention Ospar, entrée en vigueur en 1998, oblige à réduire les rejets de tous les polluants, dont les substances radioactives, dans la mer. Pour toutes ces raisons, les dépôts et enfouissements de substances radioactives sous la mer sont aujourd'hui abandonnés".

 

Qui peut croire, que n'importe quel contenant, de quelque nature qu'il soit, pourra "emprisonner" sur de si longues échéances de tels déchets, qui peut croire ça vraiment ?.

Ah oui, c'est ça, : "après nous le déluge !!!".

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michelle Crépin 09/08/2010 22:47



Je pense comme tu le dis dans ton récent message ..


..Mes voisins aussi m'inquiétent. Je crois vraiment qu'ils me pensent  folle avec mes idées écolos ! Le problème, c'est que nous sommes dans une copro, et que nous devrions tous faire des
économies d'énergie, trier nos poubelles, etc...Déprimant...Ce ne sont pas eux qui vont peser sur le gouvernement.



Michelle Crépin 07/08/2010 20:26



Ce jour, on parle des dangers courus, à cause des graves incendies de forêt ,en Russie. ON PREVOIT TOUT  ? OUI MAIS PAS çà...


Vite, on fait construire un canal pour protéger des armes nucléaires...On craint aussi la réactivation des déchets de Tchernobyl par les fumées...


Tiens, on n'avait pas prévu cela ? A quoi pensent les dirigeants de notre monde ?


"L'improbable est toujours possible"disaient les ingénieurs dans l'un des documentaires  sur arte.


Ou/ "l'Impossible peut arriver !"


 Bref: les politiques n'ont ni yeux ni oreilles...



Daniel JAGLINE djexreveur 09/08/2010 12:28



Je crois que les gouvernements comme les industriels font en quelques sorte des choix en misant sur le moindre coût à court terme que procure l'acceptation de facteur risque "acceptable"


l'exemple récent de BP"deepwater" est parlant, plutôt que de supporter à court terme de prendre le temps (qui se traduit par un "coût" en industrie), et d'accepter d'avoir à dépenser plus pour
faire les travaux necessaires de mise en sécurité de l'instalation, qu'il savait fragilisée, ils ont dû estimer que le facteur risque était supportable, sans doute d'ailleurs que dans 9999 cas
sur 10000 (chiffres totalement fictifs et hasardeux, c'est une image !), il n'arrive rien.


Sauf que quand cela arrive !!!.


 



Daneel Olivaw 07/08/2010 15:07



A ce propos...


on peut voir mes interventions sur ce site :


http://effetsdeterre.fr/2010/07/08/changer-denseigne-ou-mourir/



Michelle Crépin 25/07/2010 14:41



12 % de déchets nucléaires recyclés, c'est bien de le dire ! Mais ils y en aura bientôt davantage, puisqu'on va en ajouter à nos routes, bétons, et autres
objets  de la vie quotidienne .


Certaines personnes de ma famille  (et pas qu'elles) travaillent   à Cadarache, et cherchent ce qu'on peut faire des déchets ...Mais çà
n'avance pas vite...


Au fait, vous avez appris que Cadarache était  contruite sur une zone susceptible de subir des secousses sismiques ...Mais, çà n'arrive pas en
France, ce genre de catastrophes



citoyenactif 24/07/2010 23:55



Merci d'avoir mit un lien a ma page d'accueil de mon blog.


Deux petites victoires remporté par Greenpeace Areva et EDF forcées
de reconnaître que le taux de recyclage du nucléaire n’est pas de 96 % mais de 12 % !


C’est aujourd’hui que le Haut comité sur la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN) remet son
rapport.
Ce Haut comité avait été saisi, en novembre 2009, par Jean-Louis Boorlo et par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, pour faire la lumière sur la gestion
des matières et des déchets Le rapport (consultable en ligne) présente (seulement !) deux avancées
majeures ….


Aujourd’hui, 9 juillet 2010, Areva arrête officiellement d’envoyer des déchets
nucléaires en Russie