Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Déchets nucléaires, faire vite et le moins cher possible, merci EDF et Areva.

a look

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/02/d%C3%A9chets-nucl%C3%A9aires-crise-entre-edf-landra-et-lasn.html

Extraits :

«Une crise», admet Marie-Claude Dupuis, la directrice générale de l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs).

Violente au point d’exiger une «médiation conduite par la Direction générale énergie climat (DGEC) du ministère de l’environnement», précise André-Claude Lacoste, le président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

Et même un «rappel à la loi» du 28 juin 2006, assènent de concert les deux députés Claude Birraux(UMP) et Christian Bataille (PS), spécialistes du nucléaire. Ce dernier regrettant «les effets délétères, sur le processus encore fragile de création du stockage des déclarations médiatiques de certains producteurs».

Un rappel à la loi ? Bigre. Mais à quels délinquants cette menace est-elle adressée? «Aux producteurs deM.C. DUPUISdéchets», répondent, sans plus de précisions députés et directeur de l’ASN. Mais en privé entre Areva, le CEA et EDF, c’est le producteur d’électricité qui est la cible, et avec un vocabulaire que le «off» des propos interdit de répéter mais qui laisse pantois.(photo à droite Marie-Claude Dupuis, Andra)(...)Comme le stockage des déchets vitrifiés pourrait «ne commencer qu’en 2080» (pour leur laisser le temps de refroidir afin de satisfaire aux exigences des scientifiques : pas plus de 100°C sur la paroi rocheuse), estime Marie-Claude Dupuis, pourquoi se précipiter ?

L’intérêt d’EDF est certes d’aller vite, tant pour creuser que pour avoir un prix fixé définitivement, le plus bas possible. L’avoir défendu de manière aussi virulente risque toutefois de fragiliser la démarche de l’Andra, de l’ASN et du Parlement, faite de prudence technique, mais qui vise aussi le renforcement progressif de l’acceptation, locale et nationale, de cette solution de gestion des déchets nucléaires. (à droite galerie expérimentale au laboratoire souterrain de Bure)(...)Or, si les 40 mètres de longueur sont en cours de démonstration - Jacques Delay fait visiter différentes expériences à ce sujet - et si tout le monde espère que les 100 m seront possibles, l’ASN autorisera t-elle une telle longueur avant démonstration ? Ce n’est pas évident... mais en voulant "forcer" le système à décider avant l'heure, à précipiter des décisions certes possibles mais dont il faut soigneusement vérifier qu'elles satisfont les exigences de sûreté et de sécurité, ce qui est la seule manière raisonnable d'aborder le sujet au plan technique, mais surtout d'obtenir le niveau d'acceptation par les populations comme par le Parlement nécessaire à la réussite du projet.

Dans toute cette affaire, il semble de plus en plus évident qu'EDF ou Areva négligent ce volet du dossier. C'est là une attitude dangereuse, dont on a vu les conséquences dans le passé, avec l'abandon de la piste du granit sans plus de recherche... même si a posteriori l'argile a été considérée comme la meilleure solution. La crise qui vient de se dérouler sera t-elle, aussi de ce point de vue, «salutaire», comme l'estimeMarie-Claude Dupuis au regard des discussions menées sous l'égide de la Direction générale énergie climat ?

Ce sont des déchets les plus dangereux dont on parle là, qui ne représentent qu'un tout petit pourcentage, de l'ensemble des déchets dont il va falloir se préoccuper.

Voyons ce que wikipédie a comme info à ce sujet :

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9chet_radioactif

On voit bien là que les solutions envisagées pour les déchets "ultimes" comme on les appele, s'orientent majoritairement vers des enfouissements en profondeur.

Ces déchets existent, ils vont s'additionner, s'amonceller dans un premiers temps, mais ensuite, ensuite il faut bien qu'une solution soit mise en oeuvre, est-ce que se sera la meilleure, qui peut le savoir, ce que personne ne peut savoir surtout, c'est ce qu'il va bien pouvoir advenir dans 20 ans, dans 100 ans, dans 500 ans, dans milles ans !

Donc là on a l'ébauche d'une tentative de solution, mais il reste ....le reste, c'est à dire la grande majoritée..des déchets, ceux dont les taux de radioactivité sont classés comme plus faible, voir très faible.

De ceux là, .......................que va-t'on faire ?

"20minutes.fr" a fait un dossier en 3 articles à ce sujet :

http://www.20minutes.fr/article/674621/planete-les-dechets-radioactifs-question-hautement-sensible-13

http://www.20minutes.fr/article/675419/planete-l-avenir-dechets-radioactifs-joue-centre-terre-23

http://www.20minutes.fr/article/676073/planete-le-centre-stockage-aube-accueillera-dechets-jusqu-2060



 


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article