Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Débat sur la transition énergétique, les dés sont pipés ! Une concertation cloisonnée.

Dans six jours doit commencer un débat sur la "transition énergétique", souhaitée en apparence par tous, car reconnu nécessaire au vue des futurs enjeux économiques, climatiques, et sociaux, mais dont l'issu était déjà pré-encadrée, oserais-je dire, dans la mesure ou le Président de la République a déjà donné un chiffre qui à lui seul détermine un grand nombre de choix, si ce n'est l'ensemble des décisions qui peuvent être prisent.

En effet l'objectif final est déjà fixé, puisqu'avant même les élections il a été établie clairement : 50% de part d'énergie nucléaire dans la production d'électricité en Fance à l'horizon 2025, ce chiffre s'accompagnait d'une promesse faite en vue de l'accompagnement des écologistes "politiques", pour ne pas dire politiciens, celle de la fermeture de la centrale nucléaire de Fesseheim avant la fin du premier mandat.

Fermeture de Fessenheim, on sait déjà que techniquement et administrativement ça ne va déjà pas être possible, mais on peut considérer, si la procédure est bien lancée avant 2016, que c'est l'intention qui peut compter, avec clémence, il en faut !

Il y a quelques chiffres qu'il est peut-être bon de rappeler : En 2025, 33 réacteurs sur les 58 actuellement en activité auront plus de quarantes ans de fonctionnement. Un rappel le cahiers des charges de ces centrales établissait une durée de vie de 30 ans de fonctionnement. L'EPR actuellement en construction à Flamanvilles a une puissance prévue supérieure à celle d'un des réacteurs de Fessenhiem, mais il ne comblera pas l'arrêt des deux réacteurs. Il n'y a à l'heure qu'il est plus d'autres projets de construction de réacteurs en France, alors question :

Combien de temps vont devoirs fonctionner ces centrales pour que l'objectif de 50% soit possible en 2025, si tant est que cette décision soit bien maintenu jusque là, ce qui est très hypothétique ?

Maintenir en activité autant de réacteurs de cet age là va coûter une fortune colossale, et que dire des risques encourus, car il est bien évident que le potentiel risque va considérablement augmenter au fur et à mesure du viellissement de ces infrastructures.

Tous ces coûts de maintien en activité vont grever inévitablement les autres investissements possibles et nécessaires ailleurs, et que dire des coûts d'arrêt et de démantèlement qui seront encore à assumer après, c'est juste impensable ! 

Est-il alors étonnant de constater ce qui est en train de se produire au sujet du 'débat sur la transition énergétique', est-ce si surprenant, que la part belle soit faite aux défenseurs de l'énergie atomique au sein des nominations dans ce groupes des 5. Comment pourrait-il en être autrement, puisque la voie est déjà tracée :

Les réactions sont bien sur vives, mais probablement attendus et certainement vaines :

a look

 

http://www.enerzine.com/14/14756+le-debat-sur-la-transition-energetique-doit-etre-serein-pour-n-hulot+.html

 

http://www.rac-f.org/Les-ONG-ne-veulent-pas-d-un-debat

 

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20121112trib000730418/debat-sur-l-energie-la-fronde-contre-delphine-batho-s-amplifie.html

 

http://www.romandie.com/news/n/_Greenpeace_ne_participera_pas_au_debat_sur_l_energie_57121120122115.asp? 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article