Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans tous les domaines, les grosses sociétés essaient d'avoir la main mise.

Les grosses sociétés sont tentaculaires et vampirisantes, j'en ai de plus en plus la certitude, quels que soient les sujets, quels que soient les domaines, les mêmes noms appaissent, les mêmes sociétés, sont là, ou tentent d'y être, ainsi, certain établissent de telles chaînes de sociétés et d'investissement, qu'il générent à leurs propre profit le pire d'un côté, et les moyens pour y remédier de l'autre, je m'explique :

Par exemple prenons le cas de BP, Deepwater Horizon, ais-je besoins de vous rappeler de quoi il s'agit, non bien sur, et bien qu'a fait depuis BP, il a rachetté des sociétés, et des brevets liés aux moyens de lutter contre des marée noires, et si l'on y regarde de près, on pourra établir ainsi des liens des regroupement, des recoupement, tissant des toiles tentaculaires, et démontrant que les mêmes se font d'abord de l'argent en polluant, puis en font d'autre ensuite en dépolluant.

Si au moins cela profitait à tous le monde, on pourrait se dire que c'est bien comme cela, qu'il est necessaire souvent que ces grosses entreprises soient là, car elles sont souvent les seules qui ont les reins assez solides pour investir les sommes nécessaires.

Permettez moi d'en douter, j'y vois souvent la seule volonté de faire du profit, on constate même parfois qu'elles empêchent ainsi certaines solutions "autres" d'emmerger, combien de brevets, ont été rangés dans des placards, bien à l'abri, combien de meilleures solutions, sont ainsi écartées, car elles remettraient en cause les sources actuelles de profit.

Voici donc un avis, au sujet d'un autre exemple, qui me conforte dans cette sentation qui me fait dire, qu'il faudrait intedire ces toiles d'araignées, qui se tissent, et captent tout à leur profit, car je vois dans cette situation, un risque terrible, qui consiste à perdurer dans des attitudes polluantes, puisque celà permet "en plus", d'en tirer également profit en dépolluant, comme un cercle vicieux, qui ne serait pas subit, mais plutôt orchestré :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/secteur-photovoltaique-emploi-industrie-13865.php4#xtor=EPR-1

Extraits :

Comment va le secteur photovoltaïque aujourd'hui ?

Marc Jedliczka : Il n'y a pas de suivi fiable des données, ni d'observatoire du marché, donc on ne peut que se fier à des impressions... Mais la situation n'est pas au beau fixe pour les professionnels. La situation est même dramatique pour certains. De nombreux projets ont été annulés et on estime les licenciements à 10.000 voire 15.000 personnes. Ce phénomène passe inaperçu parce qu'il touche de petites entreprises, qui n'intéressent pas les centrales syndicales.

AE : Certains pointent du doigt la concurrence asiatique…

La raison ? On assiste à un effet de concentration, avec un gros poisson, EDF EN, qui s'apprête à racheter les projets des plus petits et qui veut accaparer le marché. Le système tend vers une situation quasi-monopolistique. Tout est fait pour ça ! Les coûts de transaction augmentent artificiellement (raccordement au réseau, lourdeur des procédures, assurances avec l'intégration au bâti…) et les projets ne sont plus sécurisés par un dispositif de soutien fiable. Les petites entreprises ne peuvent pas supporter les risques pour les appels d'offres et même les tarifs d'achat deviennent incertains. Du coup, le banquier ne suit plus, et s'il n'est pas là, la petite entreprise ne peut pas y aller toute seule. En injectant du risque, le gouvernement a sacrifié les petits pour laisser la place aux plus gros. Il y a une volonté farouche de bloquer le photovoltaïque parce que c'est une énergie démocratique : tout le monde peut en produire. Les tenants du système actuel veulent avoir un monopole sur le soleil !(...)

AE : Tous les projets n'ayant pas accepté la proposition technique et financière (PTF) de raccordement au réseau des gestionnaires de réseau avant le 2 décembre 2010 sont tombés sous le coup du moratoire. Vous avez annoncé récemment que 16,1 MWc de projets avaient donc été bloqués. Qu'en est-il de leur situation ?

MJ : La concurrence asiatique a été plus qu'exagérée ! On a entendu dire que 80 % de panneaux utilisés en France provenaient d'Asie, ce qui était complètement faux : d'après les douanes, les importations asiatiques ne couvriraient que 20 % du marché français. Mais cela pourrait devenir vrai si on continue à s'acharner à tuer l'industrie française. En fait, on grossit une problématique afin de cacher le fonds du problème…(...)

MJ : Certaines personnes sont au bord de la ruine, elles vont devoir vendre leur maison. Dans le milieu agricole notamment, la situation est catastrophique. Mais sur cette question, il n'y a aucune flexibilité de la part du gouvernement, même si Nathalie Kosciusko-Morizet avait laissé entendre dans un premier temps qu'elle était prête à étudier les dossiers au cas par cas. Pourtant, dans la plupart des cas, les porteurs de projets n'ont pas reçu leur PTF et c'est ErDF qui n'a pas respecté le délai imparti de trois mois. Mais ce retard n'est pas attaquable car ce délai de trois mois n'est pas réglementaire, c'est juste un engagement vague. Il n'y a que le politique qui peut assouplir le décret et donner de l'oxygène au secteur…

AE : Qu'attendez-vous des candidats aux élections présidentielles ?

MJ : Les prochaines élections sont notre seul vrai espoir pour le moyen terme. Toutes nos idées ont été présentées lors de la concertation post moratoire, mais aucune n'a été retenue. Le seul côté positif de la concertation, c'est qu'elle a permis aux acteurs de se rencontrer. Aujourd'hui, tout le monde se parle : agriculteurs, industriels, installateurs… Nous allons organiser fin octobre les Etats généraux du solaire où nous allons faire des propositions communes. Si l'on veut construire une filière en France, il faut un volume de marché suffisant. Il est urgent de repartir sur une vraie concertation et d'agir vite. Les acteurs sont en train de survivre.

Propos recueillis par Sophie Fabrégat

''Ils veulent le monopole sur le soleil !''

Marc Jedliczka
Directeur général de Hespul : 
association pour le développement de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

Le titre de cet article d'"Actu-environnement", évoque à lui seul le fond du problème, et quand on ouvre les yeux, c'est partout pareil, et dans tous les domaines, il faudraient briser, tuer ces pieuvres tentaculaires qui broient tout de leur empreintes monopolisantes, assujetisantes et qui souvent censures d'autres voix, en immobilisant toutes autres formes de projets de société.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article