Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Copenhague / Durban : bis repetita !?

Ce n'est pourtant que le prélude, et déjà la mélodie sonne faux, la défiance est telle, entre certains protagonistes, que les débuts de négociations sont déjà tendu :

 

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/Les-vieux-demons-des-negociations-climat-de-retour-a-Bangkok?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%253A+Goodplanetinfo+%2528Les+D%25C3%25A9p%25C3%25AAches+GoodPlanet.info+%2529

 

Extrait :

 

BANGKOK (AFP) - Loin des accolades de l'accord de Cancun il y a quatre mois, les premières négociations de l'année sur le climat, qui s'achevaient vendredi à Bangkok, ont été laborieuses, avec le retour des vieux démons de la méfiance entre pays pauvres et riches.

Un "ordre du jour" des discussions de l'année, qui culmineront avec la conférence de l'ONU de Durban (Afrique du sud), a été péniblement adopté en fin de journée après des débats et consultations informelles qui ont occupé l'intégralité du round de discussions.

"Je dois vous confesser que je pensais que ça irait plus vite que ça", a déclaré à la presse la responsable climat de l'ONU, Christiana Figueres.

La situation est malheureusement simple, comment deux visions aussi opposés pourraient trouver consensus :

Autre extrait :

le débat a porté sur les sujets à aborder à Durban, de nombreux pays en développement accusant les plus riches, Etats-Unis en tête, de se dérober devant leurs responsabilités "historiques" en matière de lutte contre le changement climatique.

Cette ligne de fracture traditionnelle s'était quelque peu estompée à Cancun.

Mais elle a été de nouveau accentuée, selon un négociateur européen, par "le manque de confiance" envers le nouveau président d'un des deux principaux groupes de travail, l'Américain Daniel Reifsnyder, soupçonné par de nombreux pays en développement de soutenir la position de son pays.

Les Etats-Unis souhaitaient que les négociations portent essentiellement sur la mise en oeuvre des mécanismes décidés à Cancun, alors qu'une grande partie des pays en développement insistaient sur des négociations plus larges.

Ces derniers tiennent notamment à garder le cap d'un accord global et légalement contraignant qui serait, selon eux, la seule façon de contraindre les pays riches à relever le défi du changement climatique.

Face à ses dissensions déjà évidentes,  le négociateur en chef de l'Union européenne, Artur Runge-Metzge, a souligné l'importance de "rassurer" les pays en développement.

Ce n'est pas en prenant l'exemple sur ce qui se passe aux Etats-Unis, que la confiance va pouvoir s'établir, loin s'en faut :

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/Etats-Unis-adoption-d-un-texte-empechant-l-administration-de-reguler-le-CO2?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%253A+Goodplanetinfo+%2528Les+D%25C3%25A9p%25C3%25AAches+GoodPlanet.info+%2529

Extrait :

WASHINGTON (AFP) - La Chambre des représentants américaine a adopté jeudi un texte visant à empêcher l'agence américaine de l'environnement (EPA) de réguler les émissions de gaz à effet de serre, malgré le rejet d'une mesure similaire au Sénat et l'opposition du président Barack Obama.

Les élus de la chambre basse, dominée par les adversaires républicains du président américain, ont adopté le texte par 255 voix contre 172.

Dans ce vote à portée symbolique, qui ne sera validé ni par le Sénat à majorité démocrate, ni par le président Obama, les républicains entendaient affirmer leur position sur les réglementations de l'administration qu'ils jugent contraignantes pour le marché.

Les conservateurs ont conçu ce texte pour affirmer leur opposition aux "réglementations hors de contrôle de l'administration", a estimé dans un communiqué le numéro deux de la majorité à la Chambre Eric Cantor, assurant que l'action de l'EPA peut "coûter à l'économie des millions de dollars, détruire des emplois et contraindre les familles américaines, les chefs d'entreprises (...) à subir les prix en constante augmentation" de l'énergie.

Et puis quoi qu'il arrive, si la Chine ne participe pas pleinement à un accord aussi minime soit-il, ce sera un autre fiasco.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article