Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Conférence environnementale, que peut-il en sortir ?

14 et 15 Septembre 2012, ces dates resteront-elles dans nos mémoires commes celle d'une nouvelle dynamique, d'un nouvel élan, ou comme celles d'un nouveau fiasco, d'une nouvelle déconvenue, je suis évidement dubitatif comme toutes celles et ceux qui s'intéresse vraiment à la planète, les derniers signaux sont particulièrement inquiétants.

Il est certain que toutes les concertations vont être vue de la part du gouvernement largement représenté dans ces tables rondes au travers de trois prismes, les finances, l'emploi, et l'indépendence énergétiques, tous trois largement déformant, quand il s'agit de regarder la vérité environnementale et écologique. 

Ne condamnons pas avant tout de même, laissons leurs cette opportunité de nous prouver la véracité de leurs questionnements, mais si les engagements et les décisions prises ne sont vraiment pas à la hauteur des enjeux, alors il sera temps de leur démontrer qu'il faudra compter sur la société civile pour les remettre en cause, et les bousculer.

Voila ce qu'en a dit la Ministre de l'environnement il y a peu :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/conference-environnementale-energie-biodiversite-fiscalite-16466.php4

Extrait :

"Nous avons la même méthode de travail que pour la conférence sociale", avec "des échanges très réguliers" avec l'ensemble des parties prenantes, a indiqué Delphine Batho à l'AFP. Si sur certains sujets, la ministre estime que "des décisions très rapides" pourront être prises par le gouvernement, "sur d'autres sujets on enclenchera un processus avec un agenda très précis".

Le journal "Les Echos" s'y est intéressé :

Extrait :

La conférence ouvrira en outre la concertation sur la fiscalité écologique, mise en sommeil depuis la censure de la taxe carbone. François Hollande l'avait d'ailleurs évoquée dès janvier : « Pour baisser les prélèvements sur le travail [...], nous procéderons dès le début du quinquennat à un examen systématique de l'ensemble des dispositions fiscales défavorables à l'environnement », avait-il promis.

Fin juin, la Fondation Nicolas Hulot et le Réseau Action Climat-France (RAC) ont lancé un appel à « l'arrêt des subventions à la pollution », comme l'exonération de la taxe sur le kérosène pour l'aviation, le remboursement partiel des taxes aux transporteurs routiers et le soutien aux agrocarburants.

Le débat est porté depuis longtemps par les ONG, qui estiment que l'Etat pourrait économiser 6 milliards chaque année en cessant de subventionner poids lourds, avions, biocarburants, engrais et autres. Bercy juge le chiffre clairement surestimé, mais il reconnaît que de grosses économies peuvent être faites sur les niches fiscales les plus nuisibles.

« Parmi les modes du financement de la protection sociale, il y a la CSG mais il y a aussi la fiscalité écologique », a déclaré il y a quelques jours le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici. Des mesures seront prises dès la loi de Finances 2013, cet automne, avait par la suite précisé Delphine Batho devant les députés.


Le site "cdurable.info" à réuni plusieurs réactions récentes :

Extraits :

L’organisation prévue est celle qui avait été mise en place pour le Grenelle de l’Environnement. Elle n’est donc pas tout à fait nouvelle. Mais un rappel est toujours utile. Le dispositif, Grenelle comme conférence environnementale regroupe plusieurs “collèges” : l’État, représenté par le ministère du Développement durable, les collectivités, les employeurs, les organisations syndicales, les ONG environnementales. Notons qu’un collège de parlementaires a été ajouté au dispositif de la conférence environnementale.

Donc, dans cette conférence environnementale, sur six collèges, seul un collège a pour unique objet de défendre l’environnement (celui des ONG)… On peut donc s’interroger, au delà de la volonté de dialogue affichée, comment pourrait résulter de cette conférence des mesures volontaristes ? C’est le Gouvernement qui est en position d’arbitre. Qui tranche…(...)

France Nature Environnement s’inquiète de l’absence actuelle d’objectifs précis à quinze jours des débats. L’inconnue demeure également en ce qui concerne le nombre et l’identité des participants, ainsi que le périmètre des tables rondes. Pour sa part, France Nature Environnement attend de cette conférence, une mise en cohérence de l’action gouvernementale avec la transition écologique que le président de la République appelle de ses vœux. La politique fiscale doit faire la chasse aux niches fiscales néfastes pour l’environnement sans quoi, elle sera prise en flagrant délit d’incohérence.(...)

Par ailleurs, le Grenelle de l’environnement semble bien loin puisque l’on peut déjà noter une régression en terme de représentation des ONG. Alors qu’un représentant était accompagné de deux experts lors des tables rondes de 2007, le gouvernement propose aujourd’hui un seul représentant par association et par table ronde. Ce qui n’a pas manqué d’alimenter des discussions denses entre les parties pendant plus de deux heures, les ONG argumentant afin d’obtenir la présence d’un représentant accompagné d’un expert, les pouvoirs publics restant sur leur position pour l’instant. Serge Orru, Directeur général du WWF France, rappelle malgré tout que« de nos divergences évidentes doivent surgir des convergences indispensables ».

« La conférence environnementale doit provoquer la relance écologique » a ajouté Serge Orru, « Même si le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault a déclaré ce jour que « La transition énergétique ne doit pas se traduire pas une diminution de notre compétitivité », il n’en reste pas moins que nous devons repenser notre façon de consommer et produire de l’énergie, tout en continuant de préserver notre capital naturel qu’est la biodiversité.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel JAGLINE djexreveur 11/09/2012 23:24


Merci pour cet éclairage.

Gaspard 10/09/2012 21:49


Une table ronde est prévue pour préparer des discussions futures sur la "transition énergétique".


Qu'on ne nous resorte pas les habituels boniments sur le nucléaire et le CO2 ...


Voici de quoi faire le point avec sérieux :


http://energeia.voila.net/electri/electricite_co2.htm


Voir aussi le coût des nouveaux réacteurs nucléaires, en France comme ailleurs, et le coût qui en résulte pour la production d'électricité.