Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comment établir une "éthique" des "Appropiations de terres agricoles"

Sujet précédemment abordé :

Il y a eu la ruée vers l'or, l'heure est à la ruée sur les terres agricoles

Tout s'achete tout se vend, même un pays !

 

Le phénomène prend donc de l'ampleur, rien d'étonnant, la sécurité alimentaire risque bien d'être l'un des enjeux les plus vitaux des prochaines décénies.

Si la démogaphie suis sa courbe ascendante, si l'on poursuit l'orientation faussement durable des agrocarburants (à moins de développer très rapidement ceux de 2em génération), les terres cultivables vont manquer !.

 

Alors la spéculation a déjà trouvé un nouveau "terrain de jeu", les prédateurs de la finaces sont prêt à tout, établir des règles, est-ce possible, ou est-ce utopique !?

voici un point de vue :

 http://www.actu-environnement.com/ae/news/accaparement-terres-10767.php4#xtor=EPR-1

Extrait :

"Face à ces dérives, les observateurs proposent d'encadrer ces pratiques, à défaut de pouvoir les interdire. Cependant, ''obtenir un accord international sur la question sera très long'', analyse Michel Clavé, directeur de l'agriculture et de l'agroalimentaire du groupe Crédit Agricole et président de la mission sur les cessions d'actifs agricoles. La mission propose donc d'établir un label ''agro investissement responsable'', qui engagerait les investisseurs et les pays hôtes. ''Il faut réussir à concilier l'agriculture industrielle et le développement de l'agriculture traditionnelle, explique Nathalie Kosciusko-Morizet. Quelques actions concrètes nous montrent l'exemple sur le terrain. La fondation Aga Khan a développé au Kenya l'agriculture contractuelle. 60.000 petits exploitants travaillent à prix garanti, avec une exigence : que 75 % de leurs terres soient vivrières''.
De leurs côtés, la FAO et la Banque mondiale planchent sur le sujet. La première a lancé une initiative sur la gouvernance foncière, principal problème dans les pays hôtes, tandis que la seconde promeut sept principes pour des investissements responsables dans l'agriculture. Mais difficile de croire que, sans cadre réglementaire strict, ces instances parviendront à moraliser ces pratiques."

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article