Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Combien faudra-t'il de catastrophes, de drames, d'exploitations, et d'extinctions !?.

imagesCA21VOIOAlors qu'on nous laisse déjà présager, qu'il ne faut pas s'attendre à un accord contraignant lors du prochain Sommet de Cancun, ou il sera question du "réchauffement climatique"

Alors qu'un constat d'échec est reconnu dans la lutte contre la perte irrémédiable de la biodiversité. 

Alors que le nombre d'enfants, de femmes et d'hommes affamés, malnutries, n'ayant pas accès à l'eau, continu de grimper.

Alors que les désert gagnent, que la mer monte, que l'érosion des sols poursuit son oeuvre appauvrissante.

Alors que l'expansion démographique, fait face à l'appauvrissement des ressources naturelles surexploitées.

Alors que la pauvreté s'accroît, quand la richesse d'une minorité explose exponentiellement.

Alors que la sécurité alimentaire globale est mise en danger, du fait de spéculations, de mono-cultures intensives, et de tentative de brevetage du vivant, et d'accaparement des terres.  

Alors qu'un peu partout, un surcroît de nationalisme, et de rejet d'acceuil des migrants s'insinue, quand les migrations climatiques, et liés à la pauvreté, vont s'amplifier.

Cette liste n'est malheureusement pas exhaustive !.

Il y a peut-être un domaine ou certaines décisions et orientations, semblent positives, c'est la lutte contre la déforestation, et puis récemment, un accord, dont on peu se réjouir, pour la sauvegarde de certains milieux marins :

http://www.enviro2b.com/2010/09/27/les-europeens-creent-6-aires-protegees-en-atlantique/

Extrait :

"Dans le même temps, les pays européens membres de l’OSPAR se sont accordés vendredi en Norvège sur la création de 6 aires marines protégées dans l'océan Atlantique au-delà des juridictions nationales. Les représentants des 15 pays européens riverains de l'Atlantique nord-est et de la Commission européenne ont défini en haute mer, 6 zones d'une superficie totale de 285.000 km2 où les activités humaines devraient être limitées.

Selon la commission Ospar, ces zones comportent « une variété d'habitats et d'espèces d'eaux profondes vulnérables ». « Le moment est historique, c'est une première mondiale» s’est réjouit Jean-Louis Borloo dans un communiqué. « Nous venons de montrer que nous sommes capables enfin de prendre en compte la protection de l'océan dans son entier» a affirmé le ministre français de l'Ecologie."

 

Seulement voilà, dans un même temps, et ce malgré la récente marée noire dans le golf du Mexique, ces même dirigeants politiques, n'ont pas été capable de décider d'un moratoire au sujet des forages en eaux profondes en haute mer :

Autre extrait :

"Pour Greenpeace, les pays européens ont fait preuve à Bergen, à l’ouest de la Norvège, d’« un manque de courage politique». L’Allemagne avait déposé une proposition de moratoire sur les forages, que Berlin a finalement préféré retiré sous la pression des pays pétroliers, regrette Greenpeace.

Les représentants des 15 pays de la commission Ospar et de l’Union européenne ont refusé de suivre la proposition de moratoire sur les forages déposée par l’Allemagne, qui a finalement choisir de retirer son texte face à l’hostilité des pays pétroliers. L’ONG milite activement pour un tel moratoire pour éviter une catastrophe comparable à la marée noire qui a souillé le golfe du Mexique. Des militants de l’association occupent ainsi depuis plusieurs jours la plateforme de forage Stena Carron dans les îles Shetland, appartenant au pétrolier américain Chevron."

 

D'un côté, les États, donc les deniers publiques, vont financer la sauvegarde de zones définis, et de l'autre des sociétés privés, vont forer non loin de là, pour continuer d'accaparer de la richesses, malgré les risques majeurs avérés.

Qu'adviendrait-il si un jour l'un de ces forages envisageables, venait à se rompre, comme ça a été le cas avec la plate-forme "deepwater" !?.

 

Nous ne tirons donc aucunes leçons !

 

Si des sommes équivalentes à celles qui sont investis pour les nouvelles prospections de pétrole, par le biais des forages en eaux profondes, des sables bitumineux, et que sais-je encore, étaient plutôt utilisées vers d'autres buts.

Nos connaissances et découvertes en matière de réductions de nos besoins énergétiques, pourraient certainement, nous apporter des solutions, s'il n'y en a pas déjà, au fond de certains tiroirs bien fermés à double tours, ou sont sequestrés des brevets, et des techniques innovantes.

 

Seulement voilà, leurs mannes financières, en souffriraient !. 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article