Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chlordécone, comment ça l'état savait, tu décone !?. (je sais vraiment trop facile !)

Il est parfois possible de plaider l'ignorance, ou l'insuffisance d'information.

Je me demande même si ce n'est pas un argument devenu au fil du temps "fallacieusement gérer" : faire tout ce qu'il faut pour ne pas faire ce qu'il faudrait pour "savoir", ça demande beaucoup de tromperie, mais ça va, ça ils savent faire !.

C'est fou comme nos frontières Françaises rendent hermétiques aux pollutions diverses, ou a certaines vérités, pourtant bien connus ailleurs :

 les nuages radioactifs qui s'arrêtent aux frontières,

les OGM qui dopent l'utilisation de produits "phytosanitaires ",

une grippe H1N1 surévaluée

des dechets nucléaires classés "peu radioactif", qu'on sèment à tout vent, de manière délibérée

l'amiante

etc... etc...

Est'elle donc si étonnante cette dernière révélation :

"Chlordécone : un scandale sanitaire éclabousse le ministère de l’Agriculture" Titre "developpement-durable.com"

http://www.developpementdurable.com/environnement/2010/08/A5365/chlordecone-un-scandale-sanitaire-eclabousse-le-ministere-de-lagriculture.html

Extrait :

"Finalement, la commission des Toxiques optera pour une interdiction du pesticide en raison de sa « relative » toxicité et du caractère persistant de la pollution qu’il engendre. En 1990, le produit est prohibé en France métropolitaine. Il faudra attendre trois ans de plus pour qu’il le soit aux Antilles. Une bien étrange dérogation…"

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/06/22/aux-antilles-le-scandale-sanitaire-du-chlordecone_1376700_3244.html

Extrait :

"D'énormes erreurs ont été commises, qui rappellent furieusement les grands enjeux de sécurité sanitaires des années 1980 et 1990: hormone de croissance, vache folle, etc.", estime le professeur William Dab, président du Conseil scientifique du Plan chlordécone en Martinique et en Guadeloupe. Interdit en métropole en 1990, le pesticide a été utilisé par dérogation en Guadeloupe et en Martinique jusqu'en 1993, alors que les Etats-Unis l'avaient proscrit depuis 1976."

http://www.atout-guadeloupe.com/chlordecone-Guadeloupe_a820.html

Extrait :

"En 1989, la Commission d'étude de la toxicité des phytosanitaires préconise l'interdiction de l'insecticide, qu'elle juge "persistant, relativement toxique". Le ministère de l'Agriculture l'interdit en 1990. Mais les gros planteurs obtiennent deux dérogations : le produit sera utilisé jusqu'en 1993. La mission parlementaire émet les plus grandes réserves sur ces dérogations qui pourraient aujourd'hui engager la responsabilité pénale de l'État dans ce "Metaleurop agricole" (5). Aujourd'hui, la Guadeloupe tente d'évaluer l'ampleur des dégâts. L'eau tout d'abord. En 1999, la Direction de la santé et du développement social (DSDS) de Guadeloupe sonne l'alerte : les rivières sont polluées, certains des points de captage d'eau potable aussi. Problème d'autant plus grave que c'est de Basse Terre, région des bananeraies, que proviennent 80 % des ressources en eau potable de la Guadeloupe. En 2000, des mesures sont prises : captages fermés, stations de traitement d'eau potable équipées de filtres à charbon pour retenir les pesticides.
Selon l'Inspection générale de l'environnement, en 2005, les eaux destinées à la consommation sont exemptes de chlordécone à plus de 99 %. Reste que la population antillaise a ingéré durant des années une eau et des aliments pollués"

http://www.lesmotsontunsens.com/chlordecone-scandale-sanitaire-ecologique-7566

Extrait :

"Il aura donc fallu 40 ans pour que les pouvoirs publics commencent à se poser des questions. Car c'est en 1972 que la France a autorisé l'insecticide. Provisoirement, pour une durée d'un an. Autorisation qui sera renouvelée jusqu'en 1990, en métropole. Mais les Antillais ont pu, par dérogation, continuer de respirer les douces effluves de ce maudit pesticide jusqu'en 1993. Les chanceux...

Pourtant, dès 1968, la commission "d'étude de la toxicité des produits phytopharmaceutiques, des matières fertilisantes et des supports de culture" avait conseillé l'interdiction du produit en raison de ses dangers potentiels pour la santé humaine et animale. Mais les pouvoirs publics ont ignoré l'avertissement. Pourtant, en 1976, les Etats-Unis ont interdit le produit, en raison de sa toxicité. Mais les pouvoirs publics ont ignoré l'avertissement. Pourtant, en 1977 et 1980, deux rapports officiels démontrent les risques de pollution. Pourtant, en 1979, le Centre international contre le cancer l’avait classé comme potentiellement cancérigène pour l’homme. Mais les pouvoirs publics ont ignoré l'avertissement."

 

FNE, France nature environnement, a déjà prévenu qu'ils seraient très vigilants sur les suites, de cette contamination, et ils ne seront surement pas les seuls

 http://www.fne.asso.fr/fr/scandale-du-chlordecone--fne-nhesitera-pas-a-aller-en-justice.html?cmp_id=33&news_id=1769&vID=1

Extrait :

Pour Bruno Genty, président de la fédération France Nature Environnement : « FNE, avec ses associations ultramarines membres sera très vigilante. Si une prévalence forte de cancers apparaissait dans les Antilles françaises et qu’elle était imputée à l’usage prolongé du chlordécone, FNE et ses associations pourront agir en justice pour atteinte à la nature et en soutien des victimes éventuelles. »
societe-civile-fne[1]

 

 

.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chers touristes et vacanciers 10/04/2018 19:17

Chers touristes
Si un jour vous venez en Martinique
Ne mangez pas au restaurant LE FROMAGER qui se
situe sur la commune du Morne-Rouge.
Les légumes que l'on sert dans ce restaurant
sont bourrés de pesticide organochloré que
l'on appelle le chloredecone car cultivés par
des haïtiens sur terrain contaminés par la
molécule chloredecone
La molécule chloredecone prends 500 ans pour se
dégrader,et jusqu'à présent aucun scientifique
n'a trouvé de solution pour dégrader cette molécule
tant au niveau du sol , qu'au niveau de
l'organisme humain.
Ce pesticide est responsable du nombre de cancer
de la prostate et du sein qu'il y a en Martinique.

Donc ne mangez pas au restaurant LE FROMAGER qui
se situe au Morne-Rouge.
Ne mangez pas dans les restaurants non fast-food
des communes du Nord de la Martinique .


Chers touristes
Si un jour vous venez en Martinique
Ne mangez pas au restaurant LE FROMAGER qui se
situe sur la commune du Morne-Rouge.
Les légumes que l'on sert dans ce restaurant
sont bourrés de pesticide organochloré que
l'on appelle le chloredecone car cultivés par
des haïtiens sur terrain contaminés par la
molécule chloredecone
La molécule chloredecone prends 500 ans pour se
dégrader,et jusqu'à présent aucun scientifique
n'a trouvé de solution pour dégrader cette molécule
tant au niveau du sol , qu'au niveau de
l'organisme humain.
Ce pesticide est responsable du nombre de cancer
de la prostate et du sein qu'il y a en Martinique.

Donc ne mangez pas au restaurant LE FROMAGER qui
se situe au Morne-Rouge.
Ne mangez pas dans les restaurants non fast-food
des communes du Nord de la Martinique .



Chers touristes
Si un jour vous venez en Martinique
Ne mangez pas au restaurant LE FROMAGER qui se
situe sur la commune du Morne-Rouge.
Les légumes que l'on sert dans ce restaurant
sont bourrés de pesticide organochloré que
l'on appelle le chloredecone car cultivés par
des haïtiens sur terrain contaminés par la
molécule chloredecone
La molécule chloredecone prends 500 ans pour se
dégrader,et jusqu'à présent aucun scientifique
n'a trouvé de solution pour dégrader cette molécule
tant au niveau du sol , qu'au niveau de
l'organisme humain.
Ce pesticide est responsable du nombre de cancer
de la prostate et du sein qu'il y a en Martinique.

Donc ne mangez pas au restaurant LE FROMAGER qui
se situe au Morne-Rouge.
Ne mangez pas dans les restaurants non fast-food
des communes du Nord de la Martinique .



Chers touristes
Si un jour vous venez en Martinique
Ne mangez pas au restaurant LE FROMAGER qui se
situe sur la commune du Morne-Rouge.
Les légumes que l'on sert dans ce restaurant
sont bourrés de pesticide organochloré que
l'on appelle le chloredecone car cultivés par
des haïtiens sur terrain contaminés par la
molécule chloredecone
La molécule chloredecone prends 500 ans pour se
dégrader,et jusqu'à présent aucun scientifique
n'a trouvé de solution pour dégrader cette molécule
tant au niveau du sol , qu'au niveau de
l'organisme humain.
Ce pesticide est responsable du nombre de cancer
de la prostate et du sein qu'il y a en Martinique.

Donc ne mangez pas au restaurant LE FROMAGER qui
se situe au Morne-Rouge.
Ne mangez pas dans les restaurants non fast-food
des communes du Nord de la Martinique .

Daniel JAGLINE djexreveur 11/04/2018 23:29

Ce commentaire je ne vais pas le masquer ni le supprimer par principe de liberté d'expression, mais je ne le cautionne pas.
Toutefois malgré le fait qu'il dénonce nominativement l'utilisation malgré tout invérifiable de ma part du chloredecone par un restaurant "concurent" visiblement, je conseille à tou·te·s qui se sentirais concerné de vérifier cette info et demande à ce commentateur "anonyme" de ne pas renouveler ce type de commentaire, que je considère impropre et malvenu. D'autre part 1 fois aurait suffit cela ne fait que renforcer son caractère douteux.