Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BP et les autres bafouent la sécurité.

Je dois d'abord avouer, que je pensais, tant j'espérais vraiment, que la tentative de colmatage allait enfin circonscrire cette abominable fuite.

Mais il n'en a rien été !.

Depuis La Floride est à quelques vagues de recevoir les premières pollutions.

Le pétrole fuit toujours, combien en réalité ?, à peu près plus personne ne se risque à donner de chiffres, les chiffres dont on commence à parler de plus en plus, se sont ceux des premiers coûts, certains déjà bien réels, d'autres encore estimatifs, et d'autres qui sont des projections de dédommagements espérés, avec déjà quantité de plaintes déposées.

Et dire que c'était évitable !, maintenant, c'est une certitude, sauf que c'est trop tard.

Alors qu'adviendra-t'il dans quelques mois.......... ou quelques années, devant les tribunaux ?.

    

Le New York Times a dévoilé des documents internes à BP. Des révélations embarrassantes pour l'entreprise.

http://www.metrofrance.com/info/des-revelations-embarrassantes/pjeD!qCcelNWT1RHxwcQZUNvi2w/

Extrait :

"Le journal dévoile, documents internes à l’entreprise à l’appui, que les dirigeants de BP ont, quelques jours avant la catastrophe et par souci d’économie, opté pour un type de tubage dans le puits de pétrole dont ils savaient qu’il pouvait laisser fuir du gaz."

 

L'organisme de controle sur la sellette :

http://www.novethic.fr/novethic/planete/environnement/pollution/usa_agence_controle_forage_petrolier_sellette/129598.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

Extrait :

Il y a pourtant eu plusieurs alertes en 2004 et 2009. Certains spécialistes ont émis des doutes sur le système secondaire, sur lequel se reposait la plateforme Deepwater Horizon. Les véhicules submersibles, censés activer le plan B, étaient jugés trop lents, pas assez puissants, peu sûrs. Et les incidents off shore se sont multipliés. De 2001 a 2007, le gouvernement a décompté 1443 accidents graves, qui ont entrainé la mort de 41 personnes, 302 accidents et 356 fuites de pétrole. Mais MMS n'a pas bougé. Les enquêteurs ont continué à se reposer sur l'industrie qui a juré d'améliorer et de sécuriser ses modes de forage. Du coup les contrôles des systèmes secondaires off shore ont même été réduits, ils sont passés d'une visite par semaine à une visite tous les 14 jours.

 

http://by147w.bay147.mail.live.com/default.aspx?&ip=10.25.146.8&d=d6518&mf=0&rru=inbox

Extrait :

"Les responsables de BP ont également indiqué que la mise en place du nouveau dispositif destiné à contenir la fuite pourrait prendre une semaine.

Au contraire de l'opération de cimentation, baptisée "top kill", qui a échoué samedi, le nouveau procédé ne vise pas à arrêter la fuite de brut, mais à la contenir.

Les ingénieurs prévoient de sectionner les pipelines endommagés et dy ajuster une sorte de chapeau en métal permettant de capturer le pétrole puis de le siphonner jusquà un navire en surface.

Mais, a prévenu Mme Browner, le risque est réel que cette technique augmente, du moins temporairement, de 20% le volume de brut qui se déverse dans la mer."

 

http://srv07.admin.over-blog.com/index.php?deletedMsg=1&module=admin&action=publicationArticles:listDrafts&ref_site=1&nlc__=591275574165

Extrait :

"Et pour Carol Browner, conseillère de M. Obama pour les questions environnementales, qui s'exprimait dimanche sur NBC, la marée noire est "probablement la pire catastrophe écologique" qu'aient dû affronter les Etats-Unis.

"C'est sans aucun doute la pire marée noire" de l'histoire du pays, a ajouté Mme Browner.

C'est avec cette nervosité en toile de fond que BP, le groupe pétrolier qui exploitait la plateforme Deepwater Horizon, a annoncé qu'il travaillait à une nouvelle approche pour stopper la fuite. Tous les espoirs se portent désormais sur l'installation d'un dispositif prévoyant de sectionner les pipelines endommagés et d'y ajuster une structure permettant de capturer le pétrole puis de le siphonner jusqu'à un navire en surface.

"Ce dispositif n'est pas sans risque et n'a jamais été expérimenté auparavant à cette profondeur" de 1.500 mètres, a rappelé Barack Obama".

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article