Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BP, ça ne leur à pas servi de leçon, que faudra-t'il donc ?.

Force est de constater, que malgré l'évidence avérée des risques majeurs inérant aux forages en mer, et malgré l'attitude de "Barack Obama", les tricheurs continus de tricher.

Pourtant, les intentions de facade sont sans équivoque, en ce qui concerne " l'offshore"

 http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201005/27/01-4284368-maree-noire-obama-stoppe-les-forages-en-mer.php

Extrait :

"Il a ajouté que seraient «suspendus les forages de 33 puits de prospection sous-marine actuellement en cours dans le golfe du Mexique». Il a annoncé la suspension d'un projet d'exploration de pétrole au large de l'Alaska qui devait être attribué au groupe anglo-néerlandais Shell et celle d'un autre projet moins avancé d'octroi de concessions pétrolières au large de la Virginie.

Ces mesures interviennent après que le président américain a pris connaissance mercredi soir d'un rapport de son secrétaire à l'Intérieur Ken Salazar, responsable des ressources naturelles, sur l'avenir des forages pétroliers en mer."

 

Et bien malgré cela, ou bien pour contrecarrer cela, ces "Pétroliers", contournent les dispositions restrictives, en trouvant le moyen de rendre inopérente la notion "d'offshore".

http://www.goodplanet.info/goodplanet/index.php/Contenu/Depeche/Nouveau-permis-de-forage-pour-BP?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Goodplanetinfo+%28Les+D%C3%A9p%C3%AAches+GoodPlanet.info+%29

"Nouveau permis de forage pour BP

BP a obtenu un permis de forer au large des côtes de l’Alaska, révèle la semaine dernière le New York Times. La localisation du site, à 5 km des côtes, ainsi que sa profondeur posent les mêmes risques que ceux du golfe du Mexique. Pourtant, l’exploitation de la poche de pétrole, d’un potentiel estimé à 100 millions de barils, a été autorisée, et ce malgré le moratoire, car la future plateforme n’est pas considérée off-shore. En effet, les autorités ont estimé que la présence d’une île artificielle de 12 hectares, construite par BP, attribuait un statut on-shore au gisement. Selon un des scientifiques gouvernementaux, « rien n’est clair dans le processus d’approbation de ce projet de forage".

 

C'est scandaleux !.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article