Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Biomasse : les dangers de l'industrialisation, l'état trahit encore la nature.

societe-civile-fne[1]

Communiqué de presse-Lundi 2 août 2010

Sortie appel à projet CRE4 – ESI
Nouvel appel d’offres de la Commission de Régulation de l’Énergie : un gaspillage écologique au profit des industriels

Un nouvel appel d’offres (1)  national, lancé par la CRE le 28 juillet promeut le développement de projets industriels de production d’énergie à partir de la biomasse. Les projets retenus devront avoir une production strictement supérieur à 12MWe (les précédents appels retenaient des projets dès 5MWe). On ne peut ramasser à la louche une ressource dont la disponibilité implique une récolte à la petite cuillère !

Comme dans les appels précédents, une forte attente porte sur le bois énergie déjà largement sollicité de toute part. Pour François Lefèvre, responsable politique du Réseau Forêt « la ressource ligneuse est certes renouvelable, mais elle n’est pas inépuisable. Nous avons le devoir d’optimiser sa valorisation. L’inadéquation entre la ressource disponible éparpillée, à ramasser « à la petite cuiller », et des besoins industriels fera échouer les gros projets énergétiques sauf à admettre de sacrifier les écosystèmes forestiers en misant tout sur une artificialisation accrue et intensive ». L’exemple du projet « mille chaufferies en milieu rural » de la Fédération Nationale des Communes Forestières, concrètement appuyé sur des démarches territoriales est ainsi beaucoup plus réaliste, pérenne et grenellement compatible. Ce doit donc être une stratégie d’approche prioritaire.

Biomasse énergétique : nouveau miroir aux alouettes de l’industrie

Dans ce contexte, l’étude de SIA Conseil , parue le 22 juillet ajoute à la confusion générale en stigmatisant l’État afin qu’il remonte le prix de rachat de l’électricité produite avec du bois. Elle prône d’utiliser le bois pour faire de l’électricité, ce valorisation énergétique la moins performante au regard des chaufferies collectives. Mais cela ne semble pas être une préoccupation puisque SIA Conseil préconise aussi de développer un marché mondial du bois énergie, sans aborder l’impact du transport dans le bilan énergétique.

Une valorisation énergétique de la biomasse de moins en moins verte

La biomasse a certes une place importante dans le programme français sur les énergies renouvelables, mais ce qui devait être un moyen tend à se substituer à l’objectif de réduction des émissions de CO2. Il y a un énorme défaut de cadrage pour atteindre une efficacité énergétique à la hauteur des objectifs. Il est encore temps de réagir en mettant en place des états généraux pour l’adaptation de nos besoins à la ressource, en définissant des priorités sur la base de critères de performance énergétique. De plus, le nouvel appel d’offres de la CRE interroge puisque la majorité des projets retenus précédemment n’ont jamais vu le jour alors même que les dépenses publiques prévues sont importantes (3 milliards d’euros sur 20 ans pour 750 millions d’investissements privés lors du dernier appel). Quel intérêt de gaspiller ressources forestières et argent public et privé, dans un contexte de grande rigueur budgétaire ? « La logique de l’État en la matière est opaque, illogique sinon absurde » conclut François Lefèvre.

Document complémentaire : Note de position FNE sur le bois énergie

(1) Pour consulter l’appel d’offre CRE4 : http://www.cre.fr/fr/espace_operateurs/producteurs/appels_d_offres#a1
(2) Pour télécharger la synthèse de l’étude : http://energie.sia-conseil.com/20100722-etude-la-biomasse-parent-pauvre-des-energies-renouvelables/

Télécharger ce communiqué en format PDF.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article