Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Biomasse forestière, Greenpeace Canada "casse" le bois !

L'annonce va en surprendre plus d'un, moi le premier, qui je dois l'avouer, pensait que l'impact environnementale des projets biomasses, devaient être bien moins négatifs, que ceux des produits pétroliers, ou du charbon, si tant est bien sur qu'elle soit l'objet d'une activité bien régulée, et c'est bien là qu'il y a un noeud !

C'était sans compter sur l'étroitesse de vue des gouvernements, et des industriels.

En tout cas "les marchés" eux ce qu'ils y voient, c'est : "un marché porteur", ben voyons, encore du fric à se faire, et ça rigole !

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/La-premiere-bourse-de-biomasse-au-monde-a-ouvert-ses-portes-a-Amsterdam?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%253A+Goodplanetinfo+%2528Les+D%25C3%25A9p%25C3%25AAches+GoodPlanet.info+%2529

Extrait :

LA HAYE - (AFP) - Une plateforme d'échange, spécialisée dans la biomasse et plus particulièrement dans les granulés de bois, a ouvert ses portes jeudi à Amsterdam, a annoncé son opérateur, qui affirme qu'il s'agit de la première bourse de ce type au monde.

"La première bourse de biomasse au monde est maintenant officiellement ouverte", a déclaré à l'AFP Eric-Jan Hadderingh, porte-parole de l'opérateur de la bourse, la société APX-Endex.

La plateforme sera en fait gérée par APX-Endex en coopération avec le port de Rotterdam, où seront acheminés et stockés les granulés de bois et autres matériaux en attente de leur transport vers les usines de transformation.

Fonctionnant comme une bourse ordinaire, mais ouverte seulement le lundi et le jeudi après-midi, la plateforme espère, d'ici la fin de sa première année d'existence, réunir une dizaine de compagnies, dont "de grosses sociétés énergétiques", qui utiliseront ses services pour effectuer des transactions.

Déjà présents en Belgique, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, APX-Endex gère des plateformes de commerce spécialisées dans le secteur de l'énergie, dont le gaz et l'électricité.

"Nous avions déjà lançé en 2008 un indice sur les granulés de bois, mais il existait une forte demande pour un lieu de commerce réel", a expliqué Jan-Eric Hadderingh, estimant que la biomasse est "un marché porteur", sans pour autant fournir des chiffres de croissance précis.

Seulement voilà comme je disais en titre, Greenpeace Canada à mis les pieds dans le plat, en sortant un rapport, dont les résultats, bousculent mes convictions, le titre en lui même, dévoile la tonalité des propos : De biomasse à ... biomascarade:

http://www.greenpeace.org/canada/fr/actualites/rapport-biomasse/

thumbnail[6]

Extraits :

Dans un nouveau rapport scientifique percutant publié aujourd’hui, Greenpeace fait la lumière sur les dangers de l’utilisation à grande échelle de la biomasse forestière et de la coupe d’arbres pour la production d’électricité, de biocarburants et de chaleur. Intitulé De biomasse ... à biomascarade, le rapport conclut que brûler des arbres à des fins énergétiques menace le climat, les forêts et les communautés au Québec comme dans le reste du Canada.

(...)

L’augmentation de la demande en bois, liée au boom des bioénergies, préoccupe grandement Greenpeace qui voit cette tendance comme une augmentation drastique de la pression sur nos forêts et une compétition directe avec le secteur forestier traditionnel et les emplois en forêt.

Notons qu’à ce jour, les émissions de CO2 provenant de la bioénergie forestière ne sont pas comptabilisées par les gouvernements parce que considérées « carboneutres ». En réalité, ces émissions – environ 40 mégatonnes de CO2 annuellement au Canada – dépassent celles du parc automobile canadien pour 2009, et contribuent aux changements climatiques pendant des décennies, voire des siècles, jusqu’à ce que les arbres en régénération recaptent le carbone émis.

« Brûler à des fins énergétiques ce qui était jusqu’alors épargné par les coupes forestières risque de créer un nouveau fiasco environnemental et éloigner le secteur forestier d’un développement réellement durable », a ajouté M. Mainville. « Greenpeace appelle à une suspension des projets en cours, à la tenue d’audiences publiques et à une comptabilisation annuelle complète des émissions de GES provenant de l’ensemble du cycle de vie de la biomasse ».

Pour ceux qui veulent en savoir plus, le rapport peut-être téléchargé ici.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article