Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après le marché du CO2, le marché de la pollution des eaux ?

J'ai exprimé ici souvent mon incompréhension, et mon désappointement face à l'établissement du marché carbone, il ne tient pas les promesses que nous fait miroiter ceux qui l'on institué. Le beaucoup trop faible prix qui rend cette usine à gaz plus dangereux qu'utile est le résultat inverse de ce qu'aurait sois disant dû entraîner la régulation par les marchés, les marchés ne régulent rien d'autre que les profits toujours en hausse qu'ils peuvent tirer de toutes les formes possibles et imaginables de manipulations financières, souvent spéculatives, parfois même illégales.

Alors qu'en on nous prépare une possible action quasi identique au sujet de l'eau, je suis consterné, comment avec l'exemple du fiasco monumental pour l'environnement constaté déjà par la démonstration de l'augmentation constante globale des émissions de CO2, pourrait-on imaginer de faire la même colossale erreur avec l'eau.

Cette tentative en ce qui concerne le CO2, dans la mesure ou c'était une première expérience, peut être considérée comme une erreur, reproduire cette erreur avec l'eau serait une faute, que je qualifierais alors de criminelle.

a look

http://www.euractiv.com/fr/pac/les-ecologistes-opposes-un-syste-news-515828

Extrait :

Le succès de la réglementation européenne

Les mandats européens sur le dioxyde de soufre ont provoqué des réductions substantielles du niveau du SO2 depuis l'adoption de la directive européenne relative à la qualité de l'air en 1999. Dans le même temps, les États-Unis ont voulu réduire le taux du même gaz à l'aide d'un système fondé sur le marché qui s'est révélé moins efficace, a affirmé M. Edwards.

« Alors que les États-Unis ont atteint des réductions à hauteur de 29 % dans la première phase du programme de plafonnement et d'échange sur le SO2, l'Union européenne, qui utilisait des techniques de commande et de contrôle pour la gestion du SO2, a réussi à réduire les émissions de 80 %. Cela équivaut à un taux de réussite deux à trois fois supérieur », a expliqué M. Edwards lors d'un entretien téléphonique.

Il n'existe aucune politique européenne relative à l'eau comparable au système de plafonnement et d'échange du Chesapeake, même si la Finlande et la Suède envisagent d'appliquer de tels systèmes.

Le plan de sauvegarde des eaux européennes de la Commission, qui devrait être publié à la mi-novembre, n'inclura sûrement pas de propositions juridiques importantes, mais la Commission a déclaré qu'il comprendrait « un portefeuille des instruments économiques et de communication, [notamment] la création de modèles de distribution de l'eau, dont des permis négociables » concernant la pollution de l'eau et la consommation.

Les organisations écologistes telles que la filiale européenne de Food and Water Watch redoutent que la Commission européenne ne cherche à utiliser des approches fondées sur le marché pour la pollution de l'eau malgré les difficultés rencontrées avec le système de plafonnement et d'échange des émissions atmosphériques.

L'ETS européen est sur le point de s'effondrer en raison de la chute des prix du carbone et de la vive opposition internationale à un ETS pour le secteur aérien.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article