Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alternatives aux pesticides, encore une exception Française négative !

Je passe progressivement d'une sentation positive, en regard de mon pays que je croyais souvent plus avancé dans de nombreux domaines, un peu tous azimut.

Mais progressivement, un sentiment incrédules émerge, au fil de mes tentatives d'informations à plein de sujets, au travers desquel je découvre un pays où finalement un grand nombres d'exceptions en font plutôt un pays très en retard et très rétrogrades dans la plupart des domaines auxquels je porte maintenant de l'intérêt.

Voilà donc un des ces sujets où l'exception Française en fait un pays ou il ne fait pas bon vivre, alors que ce pays devrait-être au contraire un exemple :

 

a look

 

http://www.bastamag.net/article2988.html

 

Extrait :

 

« Vous voyez cette préparation ? Elle est à base d’ortie et de luzerne et vise notamment à stimuler la croissance des végétaux, à renforcer les défenses et à repousser les pucerons. » Nous sommes près d’Estella en Navarre (Espagne), dans la ferme de Cruz García et de son fils Rubén. Ils ont créé une entreprise familiale qui élabore et vend des extraits de plantes, sans aucun type de conservateur ou d’additif. Ils combinent leurs préparations avec de la valériane, de la sauge, de la lavande, de la camomille, du mille-feuille ou de la consoude. Et n’hésitent pas à les goûter. « Il faut se rappeler que nous sommes faits d’eau et de plantes que nous mangeons », lance Cruz, un brin provocateur. Vous l’aurez compris : ici, point d’engrais chimiques et de cocktails de molécules toxiques allègrement produits par Monsanto, BASF, Bayer ou Syngenta.

La grande fierté de l’entreprise familiale est d’être parvenue à soigner par les plantes des vignes abîmées par la grêle, ou à épaissir et rendre plus vigoureux les sarments. Ce jour-là, ils s’apprêtent à expédier plusieurs dizaines de bidons à un grand viticulteur. « 90 % des produits que nous vendons sont à destination d’agriculteurs conventionnels, précise Rubén. Deux de leurs produits sont actuellement commercialisés en Espagne. Ils n’ont rencontré aucune difficulté avec l’administration pour mettre leurs produits sur le marché, assure Ruben. Ils ont simplement rempli un formulaire de demande, et fourni une étude sur l’efficacité de leurs préparations.

Espagne-France : 1-0

En France, la réglementation est beaucoup plus complexe et coûteuse : la commercialisation de ces préparations requiert l’inscription de leurs substances actives sur une liste communautaire, au même titre que les produits chimiques. 40 000 euros, c’est le coût moyen pour le dépôt d’un dossier. Résultat : aucune « préparation naturelle peu préoccupante », c’est-à-dire à base de composant naturel [1] n’est aujourd’hui reconnue et acceptée officiellement à la vente.« Hormis une recette officielle de purin d’ortie que nous qualifions, nous, de "piquette d’ortie" »souligne Jean-François Lyphout, « ortieculteur » et membre d’Aspro-PNPP, une association qui promeut ces préparations. « Au lieu de faciliter les procédures, les textes réglementaires français créent un blocage évident, qui va à l’encontre de la demande des français de réduire au plus vite l’usage des pesticides », explique-t-il.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article