Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La société sous contrôle au banc d'essai grandeur nature, nous en sommes les cobayes quand une distopie prend forme, mais que fait la police ?

Il n'y a pas si longtemps je vous aurai sans doute affirmé que "j'avais le sentiment que" ou que "l'on était en droit de penser que" mais on en est plus là, il ne s'agit plus seulement d'une "impression équivoque" plus encore q'une réelle "crainte hypothétique", les faits ne mentent pas il ne s'agit plus d'un possible scénario distopique, mais bien d'une réalité en marche, la société du contrôle qui s'annonçait naît

Elle ne germe pas là brusquement cette société, elle n'est ni le fruit du hasard ni accidentelle, mais bien le produit d'une orientation choisie, d'une volonté orchestrée, d'une nécessité. 

Cette exigence est le fruit d'une résolution, "There is no alternative" il ne peut, il ne doit, pas y avoir la moindre possibilité d'alternative, le monde sera marchand ou il ne sera pas ! Et s'il ne marche pas au pas alors il faudra l'y contraindre, par ce que c'est la (sa) loi du marché !

Tout n'est pas maîtrisé, loin s'en faut, mais le propre de l'humain n'est-il pas sa capacité d'adaptation !

Le système s'adapte, il assimile, il s’accommode, en cela il est en effet efficient, mais c'est là sa seule "qualité", car pour le reste il n'est que ruine et morbidité.

Au coeur de cette société qui prend forme une question me hante, qu'arrive-t-il aux humains qui s'engagent dans les forces de l'ordre ? Qu'est-ce qui fait que des individus congénères puissent à ce point perdre (pour une partie (majoritaire ?) d'entres-eux) leur sens de l'ordre des choses ? Leur rôle fondamental la protection de la population, Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789 : « La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée. » .

Qu'est-ce qui fait que revêtu d'un uniforme (parfois déguisé en civil par dessus l'uniforme incrusté dans le cerveau) un parent, un enfant, un frère, une sœur, un·e voisin·e , un·e ami·e, un·e copain·e, accepte de collaborer avec ce qui est devenu hostile à la population qu'il est sensé préserver du (des) danger et dont il est lui même membre à part entière ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article