Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce qu'il faut recycler c'est notre mode de pensée et notre mode de vie, seul cela pourrait-être durable !

J'aimerais tant trouver des arguments et des mots pour les défendre mieux, comment y parviendrais-je quand d'autres plus compétents, plus spécialistes, plus réputés, plus reconnus n'y parviennent pas non plus, ou tout au moins ne parviennent pas non plus à convaincre le plus grand nombre.

Je ne partage pas mes réflexions, mes recherches, mes questionnements, mes doutes et mes convictions pour toujours convaincre du bien fondé de ce que je pense, je le fais d'abord et avant tout pour relayer ce qui me semble le plus proche de l'analyse que je fais moi même de ce que je comprends de l'existence. 

L'une de ces persuasions n'est pas récente pour moi et tient au fait qu'on tente de nous embobiner, et que même des gens qui pensent vous vouloir du bien se font tromper et tentent de vous embarquer dans leurs erreurs de jugements, je l'ai déjà évoqué, mais il faudrait sans doute le dire sans cesse pour avoir une toute petite chance de se faire entendre, nous ne nous sauverons pas des cataclysmes qui s'enclenchent en croyant à des sornettes !

Non les gestes individuels, fussent-ils radicaux ne permettront pas d'inverser les surexploitations ni les pollutions ni d'endiguer le réchauffement ou les pertes de biodiversités, ni aucunes des menaces que nous avons engendré, à moins que ces gestes individuels soient commis par tou·te·s en tout lieux, immédiatement et à tout jamais ce qui vous en conviendrez est juste l'utopie la plus invraisemblable à laquelle on pourrait croire, et pourtant il y en a pour prétendre qu'on pourrait y parvenir sauf qu'il oublient de préciser que pour cela il faudrait au bas mot plusieurs générations, or il nous reste au mieux une génération pour changer de paradigme.

Parmi les leurres qu'on essai de nous faire miroiter, celui du recyclage, que je vise en particulier à travers ce billet, masque une impossibilité essentielle, rien ne se recycle durablement, alors qu'on veut nous bercer d'illusions en prétendant que nous serions en mesure de subvenir à nos besoins en réutilisant à vitam eternam des ressources que nous trouverions dans nos objets et outils en fin de vie ou en les recombinant pour qu'ils puissent à nouveau nous être utile.

Le recyclage n'a rien de durable !

L'économie circulaire est un cercle vicieux et vicié, la grande majorité adhère à cette lubie et en considère même l'implémentation dans nos habitudes comme un outils de transformation de nos sociétés disons occidentales, il nous faut repenser fondamentalement le "développement", oublier et proscrire le prétendu "progrès" qui n'est qu'une fuite en avant scientiste et techniciste qui nous opprime et nous aliène, plus qu'elle ne nous libère, et l'accentuation de sa pression civilisationnelle réduit d'autant plus nos liberté que n'augmentent l'uniformisation des pensées qui en résultent. Il nous faut démasquer et bannir la notion maintenant totalement altérée et dévoyée de "la croissance" qui n'est qu'une expansion aveugle suicidaire et mortifère, qui soutire aux uns pour faire croître et enrichir les autres.

Oui il va falloir recycler bien sûr, mais pas comme un moyen de poursuivre avec la même vision du monde et de l'humanité, car cette vision du recyclage que veut nous proposer la machine économique actuelle s'entend rester au service de l'économie de marché, mais parce ce que c'est ce qu'il aurait fallu continuer de faire de tout temps, il va falloir retrouver le sens de la sobriété et du partage, c'est là non pas dans nos cerveaux si vous me permettez une image et une notion simpliste, mais dans nos cœurs, qu'est la seule voie qu'il nous faut prendre.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DOLIA 01/08/2019 16:32

Je comprends, le problème c'est que beaucoup alertent sur quelque chose qui pour la majorité est encore du domaine du subjectif .... En effet, les gens sont cartésiens et même si certaines infos devraient sérieusement nous alerter, beaucoup estiment que tant que rien de grave nous arrive, la situation n'est pas si grave et est encore sauvable... Il y a un grand écran de fumée et même si force est de constater que les canicules sont de plus en plus fréquentes, les feux comme en Sibérie ou bien d'autres évènements devraient nous faire comprendre l'urgence de la situation, je pense que beaucoup le vivent de façon très peu concrète... A côté de cela, les grands lobbies n'aident pas beaucoup avec les faux décryptages de la réalité, Enfin, notre futur, la génération future est dépendante de la planète... donc si la planète va mal, les gens iront de plus en plus mal.. Mais je garde malgré tout bon espoir....

DOLIA 30/07/2019 20:14

Je ne me suis pas relue, donc je corrige:
mais même si je suis foncièrement d'accord avec ce que vous avancez, je n'aime pas la tonalité apocalyptique et surtout je pense en fait qu'effectivement, il faudrait un CHANGEMENT RADICAL que, soyons honnêtes, peu de gens et certainement moi y compris sont incapables d'effectuer, habitués à leur confort personnel. Ce n'est pas glorieux mais c'est une réalité. Ces petites habitudes sont le marche-pieds pour de plus grandes réformes.... Et comme je l'ai dit plus tôt, peut-être qu'au moment où nous serons enfin prêts pour ces mesures, il sera trop tard? Mais là encore, soyons honnête, qui se targuerait de vouloir changer sa vie, ses habitudes du tout au tout? Maintenant le dernier point positif est l'arrivée des jeunes dans ce mouvement, beaucoup plus conscients de cet état de fait et plus motivés pour se coller aux nouveaux paradigmes... la frugalité les dérange moins ou leur jeunesse leur permet de s'adapter

DOLIA 30/07/2019 20:08

Je trouve cet article très juste. Par contre, je pense que c'est omettre quelques petites précisions. le changement fait partie intégrante de la société. Il est donc normal qu'en fonction des enjeux les changements s'orientent vers tel ou tel chemin. La deuxième chose qui est importante et qui a été souligné dans l'article précédent de votre blog que je viens de lire est qu'effectivement l'information est tronquée. Je m'explique... J'oeuvre pour un projet préservation et sensibilisation biodiversité, surtout sur les plantes et essences ligneuses. je fais pas mal de veille et de recherche et je tombe sur une "association" semi association dont par pudeur, je tairais le nom qui propose d'acheter des arbres et donc d'investir . Sur ce, très contente, je me rapproche d'eux et obtiens tout un tas d'informations dont celle qui m'intrigue, à savoir que nous achetons un arbre et qu'au bout de quelques années, l'arbre est coupé et que nous récupérons notre investissement. Cette association s'est présentée comme une entité dont le but est de sauvegarder nos forêts , forêts soi disant abandonnées etc... Dans l'idée, je voulais acheter un arbre justement pour m'assurer qu'il grandirait sans être coupé. Cela m'intrigue parce que c'est aux antipodes de ce auquel j'aspire. L'appât est donc de sauver les forêts.... Curieuse, je contacte des associations de défense de la forêt, et là tout ce qui a été écrit dans ton précédent article m'est confirmé, à savoir que le but est d'éliminer la forêt primaire et de la transformer en forêt industrielle, avec pesticides et compagnie sachant que les résineux poussent plus vite et sont utilisés comme matériau de construction... donc en fait, sous couvert de sauver la forêt, en fait, nous alimentons l'industrie du bois au détriment de la biodiversité... Si vous avez trouvé ce commentaire long, c'est justement pour illustrer que pour avoir LES VRAIES INFOS, LES VICES CACHES, il faut vraiment y aller en sous-marin et aller chercher le pourquoi du comment et les vraies situations. et c'est là ou le bât blesse, beaucoup de gens par manque de temps, parce qu'aussi, même s'ils s'y intéressent, ce n'est pas leur priorité, n'iront pas faire tout ce travail de recherche qui prend du temps. DONC LA ENCORE OUI, BEAUCOUP DES NOS INFORMATIONS SONT TRONQUEES et c'est très difficile de démêmer le vrai du faux.Enfin, pour finir, je dirais donc que n'ayant pas une vision globale ou panoramique des choses, l'urgence est forcément minimisée. Il y a deux courants qui sont visibles dans cette situation. : ceux et celles qi veulent radicalement changer ou pour reprendre votre expression recycler notre mode de pensée, d'agir et de consommer et ceux qui veulent minimiser les effets négatifs de notre consommation/ rentrent dans cette catégorie, ceux qui appellent au recyclage individuel même si (l'avenir nous le dira) cela n'aura finalement que peu d'impact sur la dégradation de notre environnement. Cependant j'ajouterais et terminerais en disant que là aussi, cla peut-être une "mise en bouche des réels effeorts à faire et que peut-être au moment critique, il sera trop tard... mais même si je suis foncièrement d'accord avec ce que vous avancez, je n'aime pas la tonalité apocalyptique et surtout je pense en fait qu'effectivement, il faudrait un CHANGEMENT RADICAL que, soyons honnêtes, peu de gens et certainement moi y compris sont capables d'effectuer, habituer à leur confort personnel. Ces petites habitudes sont le marche-pieds pour de plus grandes réformes.... Et comme je l'ai dit plus tôt, peut-être qu'au moment où nous serons enfin prêts pour ces mesures, il sera trop tard? Mais là encore, soyons honnête, qui se traguerai de vouloir changer sa vie, ses habitudes du tout au tout? Maintenant le dernier point positif est l'arrivée des jeunes dans ce mouvement, beaucoup plus consciente de cet état de fait et plus motivé pour se coller aux nouveaux paradigmes... la frugalité les dérange moins ou leur jeunesse leur permet de s'adapter.... Voila Désolé pour la longueur de la réponse

Daniel JAGLINE djexreveur 30/07/2019 22:31

Il ne faut surtout pas s'excuser de la longueur d'une réponse, c'est l'un de mes objectifs, susciter des échanges, et provoquer l'expression, qu'elle soit de soutien ou de controverse, les deux (me) font avancer.
Tout comme vous je ne suis pas en mesure d'assumer totalement les changements radicaux que je préconise pourtant, mais il me parait nécessaire de regarder la situation en face, si ces changements ne se mettent pas en place (et ils ne pourraient advenir que si une volonté politique mondiale forte naissait et l'orientait) nous pouvons craindre des effondrements.
Il faut en effet beaucoup de temps pour aller chercher, évaluer et recouper des informations qui ne peuvent nous être transmissent que par des voies hors des grands médias, ce temps je ne l'ai plus ce qui explique pourquoi j'écris et partage si peu depuis quelques mois.
Nos changements quotidiens permettront-ils d'être mieux préparé pour les grands changements à venir, je crains que non, car ce qui risque d'arriver est sans commune mesure avec ce que nous acceptons d'envisager et là c'est moi qui suis désolé pour la "tonalité apocalyptique" qui est la seule à mon sens qui ne cherche pas à cacher ce que je crois être la vérité de ce qui advient.
Je suis d'accord avec vous, le changement fait effectivement partie intégrante de la société, je ne pense pas avoir dit quoi que ce soit qui contredise cela, raison de plus pour appeler à ces changements que j'appel de mes vœux, et qui me semblent vitalement nécessaire.
Pour finir afin de ne pas en faire des tonnes, ce n'est pas tant pour la planète que je suis inquiet que pour la survie des humains, il m'arrive de penser qu'il serait peut-être mieux que l'humanité s'effondre mais au fond je sais que ce serait une injustice pour la majeur partie des populations qui ne sont en rien responsable de la situation dans laquelle une minorité nous a entraîné.
Une partie des jeunes est en effet une source d'espoir, tout comme une partie des jeunes de ma génération en était un, insuffisant toutefois, il y a cinquante ans comme maintenant ce ne sont que des minorités qui se lèvent prennent d'autres chemins et agissent, je sais je ne suis vraiment pas réjouissant, ce n'est pas mon propos, mon but est d'alerter en fonction de ce que je crois être les dangers qui nous menacent.