Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Raréfaction par spoliation, dégradation, pollution de l'eau douce quels sont les mesures (d)entreprises ?

L'eau douce faut-il le rappeler, c'est environ 2,5 % des eaux qui nous entourent, 2,5% !

L'eau douce, sujet que je traite épisodiquement, comme bien d'autres, parce qu'évincé par nos actualités socio/politiques, sujet pourtant majeur, avec chez nous en France le nucléaire qui revêt pour moi une importance capitale, et au plan mondial le réchauffement climatique, les 3 thèmes qui me semblent premiers dans l'ordre des essentielles préoccupations, ou qui devraient être pour le commun des mortels prédominant dans l'intérêt qu'on devrait y porter.

Bien à mon sens le plus précieux, bien au delà de l'or, bien au delà de n'importe quelle valeur monétaire ou quelque autre ressource naturelle, sans eau c'est la fin de la vie, le système financier pourrait s'écrouler que la survie serait possible, certes ce serait une véritable calamité, mais si sans argent on peut encore se nourrir, sans eau !

Cette ressource est pourtant mal défendue, et surtout comme les autres laissée à l'appétit glouton des industries qui, après les cultures et les chaines d'approvisionnement agricole, sont les plus voraces en eau, au point qu'elle assoiffent et dévitalisent sans vergogne des régions entières sur la planète.

A mon sens, la gestion des eaux douces devrait être mondialement encadrée de manière radicale, on en est loin, un laxisme mortel par endroit, très dangereux dans de nombreux autres, et qui pourraient bien le devenir pour le reste de la planète à plus ou moins long terme, et qu'est-il fait à ce sujet ? Comme contre le réchauffement climatique qui va aggraver plus encore tout ce que je viens de dépeindre de la raréfaction de l'eau douce et potable, à peu près rien, si ce n'est des effets d'annonces, pourtant, sans protection et gestion véritable de cette ressource tout le reste pourrait bien tomber à l'eau.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article