Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au nom de la liberté ne risque-t'on pas de nous en priver ? Réguler ou priver de liberté d'expression ?

En Macronie que va-t-il rester d'autoriser à dire ?

Je ne conteste pas que les propos haineux, racistes, diffamatoires, sexistes, harcelants etc, et sans aucune hiérarchie dans leurs nominations, devraient être proscris, mais qu'est-ce qui compte réellement ? Qu'ils ne soient pas proférés ou qu'ils ne soient pas pensés ?

Museler le droit de parole ne supprime en rien l'état d'esprit qui la motive et l'alimente,  je pense même que cela ne peut que donner encore plus d'arguments à celleux qui s'expriment.

Il n'y aurait plus ces propos si tout notre système sociétal bannissait tous les clivages et les différences de tous types, si le partage, l'égalité, la fraternité, la complémentarité, et tout ce qui peut contribuer à grandir dans un sentiment de valorisation de toutes et tous étaient le fondement de nos rapports et relations.

Je ne défends pas la haine ou l'exercice de l’abaissement de l'autre, je défends l'humain qui en est la première victime, celle ou celui qui par de nombreux engrenages se trouve prisonnier d'un mode de pensée dont il ou elle est l'esclave.

Une société inégalitaire ne peut produire comme fruit que de la rancœur et de la haine, alors à quoi bon ne regarder que les symptômes si on ne s'attaque pas à la racine du mal ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article