Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vers une économie peu émettrice de CO2, la préconisation d'une commission mondiale sur l'économie et le climat.

Après la banque mondiale, et si ma mémoire n'est pas fabulatrice, le FMI, voici donc un rapport d'une commission économique mondiale qui recommande un changement de stratégie industrielle et financière, en prônant des décisions pro-climat ambitieuses.

Si vous me lisez parfois sur cette thématique vous aurez sans doute subodoré que je n'ai pas l'intention de promouvoir ce changement là d'orientation parce qu'il n'est qu'une bifurcation technique, non pas un changement de modèle, juste un changement d'outil pour poursuivre les mêmes objectifs productivistes/consuméristes.

Toutefois, à choisir, entre ces deux versions de ces mêmes visées, de développement, fût-il prétendument et trompeusement durable, de croissance, fût-elle sois-disant verte et "écologique" ce qui est une mystification cynique, j'opterais pour cette nouvelle option parce qu'elle me semble tout de même moins pire que celle que l'on subit actuellement. Mais franchement, je pense vraiment que l'une ou l'autre recèlent des affres analogues, des conséquences identiques diverses.

Mais de toute façon on en est pas là, puisque les décideurs actuels sont englués dans un conservatisme aveuglé.

Ne resterait-il donc plus que les industriels des fossiles, leurs affiliés et les dirigeants politiques pour refuser l'avènement d'une nouvelle ère tant énergétique que sociétale?

J'étais dans la rue cette après midi au côté de celles et ceux de cette partie de la population qui veut rendre visible ses revendications, d'autres qui souhaitent aussi ces changements ne l'expriment pas ainsi, sinon nous aurions été bien plus nombreux encore, car toutes les enquêtes et les sondages démontrent qu'une majorité de la population souhaite des changements radicaux, pour vraiment protéger la nature, vraiment veiller à notre environnement, et vraiment lutter pour limiter le réchauffement climatique.

Cette population est abandonnée et bernée par celles et ceux à qui elle a confié la responsabilité de protéger les intérêts des citoyen·e·s.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article