Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La protection déjà insuffisante des ressources en eau et de la biodiversité par les agences du même nom, conjointement malmenée.

J'ai abordé la thématique de l'amputation des budgets des agences de l'eau il n'y a pas longtemps mais ce que j'en comprends maintenant m'oblige en quelque sorte à y revenir, parce que la situation qui s'annonce est plus grave encore que ce que j'en avais d'abord compris, à moins que les "Assises de l'eau" convoquées par le gouvernement, dont l'objectif est très incertain, puissent bien servir d'alerte aux décideurs des services de l'État pour changer d'optique, et rien n'est moins sûr, et c'est un euphémisme, car je ne crois pas un seul instant que qui que ce soit de ces décideurs là est la moindre intention d'y changer quoi que ce soit ! Si ce n'est donc pas le cas, cela augure de graves risques de dégradations de la gestion déjà lacunaire, non seulement de l'eau mais également de la biodiversité. Cette dernière conséquence, aussi peu évidente qu'elle paraisse à première vue, puisque ce qu'on retire aux agences de l'eau est présenté comme une source de financement pour l'AFB, Agence Française pour la Biodiversité, est pourtant bien réelle, et c'est en cela que ma compréhension de la situation est bouleversée. 

 

Ponctionner les agences de l'eau à ce point est une mise en danger des services d'assainissements, de production de l'eau potable et de gestion des points de captages d'eau pour l'alimentation en eau potable des populations, rien moins que cela. Quoi qu'en disent les acteurs de l'eau la situation actuelle est loin d'être "satisfaisante" et "suffisante" contrairement à la forme d’auto-satisfecit, dans la pure lignée du langage politique, quand Michel Dantin dans la vidéo ose, à l'instar des pontes en tout genre, tenter de faire croire qu'ils ont eu de bons résultats tout en confirmant qu'à peine la moitié des

étendues d'eau sont considérées en bon état, soit plus de la moitié qui ne le sont donc pas, et c'est un bilan pourtant défendu comme positif. Baisser drastiquement ces budgets n'avait qu'un aspect qui pouvait lui donner un semblant d'acceptabilité, celui de financer l'AFB, or il semble que même cet objectif la soit un leurre, une tromperie, non pas que l'argent de l'eau ne leur sera pas imputé, mais parce que celui ci ne sera qu'un palliatif insuffisant, ainsi dans cette équation les deux sont perdants.

Le bilan intermédiaire que FNE fait des actions gouvernementales évoque évidemment ces inquiétudes page 3 et 4, et bien plus encore, alors je ne peux que vous encourager à le consulter, l'ensemble n'est évidemment pas encourageant, mais c'est le constat !  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article