Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Face au "diviser pour gagner", s'associer pour vaincre. À LA GRÈVE et qu'elle soit générale, sans quoi nos luttes sont vaines.

Ils ne nous dominent que parce que nous les laissons nous contraindre.

Vous aurez noté que je ne parle pas d'union, je m'en expliquerais plus avant, mais d'association, encore que je ne sois même pas sûr que ce soit non plus encore la bonne dénomination, peut être que juxtaposition serait encore plus conforme à la seule réalité atteignable, en tout cas dans un premier temps ! 

Nous et je veux inclure dans ce nous à peu près toutes les composantes des classes laborieuses dont s'excluent d'eux même celles et ceux qui de manière choisie et volontairement engagée s'allient par intérêts et assistent par choix les classes dominantes, nous, dis-je, les autres, sommes assujettis et pressés parce que nous n'osons pas tenir compte de l'histoire et de ce qu'elle a mainte fois démontré, exercer le seul pouvoir qu'il nous est possible de mettre en œuvre, celui du nombre.

Celles et ceux qui me connaissent savent que je défends avec opiniâtreté l'idée que je me fais de "la convergence des luttes", mais je comprends avec de plus en plus d'acuité que l'intention et le mouvement que j'en conçois n'est pas traduit ou compris pareillement par toutes et tous, qui de fait, soit n'en voient pas l'intérêt prioritaire ou majeur, soit la refuse. Dans la vision que j'en ai il s'agit de "point de rencontre" ou de zone de mise en commun des forces et des ressources. Je ne nie pas l'espoir d'une confluence et d'une union dans l'action, mais les expériences s'empilant et les réflexions s'imbriquant au fil des rencontres, des argumentations, de l'écoute que je m'efforce d'appliquer, il m'apparaît de plus en plus que la diversité n'est pas synonyme de division mais qu'elle est au contraire une vrai nécessité.

Ce n'est donc plus l'union des divers mouvements ou causes ou associations que j'appelle de mes vœux pour engendrer l'élan de rapprochement des uns vers les autres et réciproquement, mais bien une forme d'association/juxtaposition d'une sommes d'intérêt convergents à collaborer en vue d'objectifs communs.

Nous, qui voulons vraiment l'émergence d'une nouvelle histoire humaine, empreinte d'équité, de partage, d'humanité, d'accueil, de solidarité, dans le respect de la nature et des autres formes de vies qui partagent avec nous l'espace et les ressources, nous, ne pouvons avoir une chance d'infléchir à minima, ou d'inverser totalement l'ordre des choses qui si nous nous additionnons pour en faire une somme de forces vives, vivantes et agissantes.

Une oligarchie autoritaire à la volonté sans partage de domination et d'accaparement des pouvoirs et des richesses construit murs après murs l'enceinte d'emprisonnement dans laquelle ils veulent nous clore, allons nous continuer de tenter de les contrer en ordre dispersé ?

De nombreuses luttes tant dans leurs formes que dans leurs natures et leurs objectifs sont indispensables et inévitables, toutes sont importantes, voir vitales, je considère même pour ma part qu'elles sont connexes et interdépendantes, elles sont environnementales, sociétales et sociales, c'est par cette dernière entrée que je veux évoquer l'une des attaques qui me semble inévitable pour mettre à mal l'un des conditionnements dont nous sommes victimes.

La création/fabrication des biens et produits est le fruit du travail, souvent de l'exploitation quand ce n'est pas de l'esclavage d'une partie majoritaire des populations, alors qu'une minorité s'approprie l'essentiel de la valorisation qui en découle, alors que la richesse générée devrait être redistribuée équitablement et selon des critères bien différents selon moi, et je suis loin d'être seul à penser cela.

Nous sommes même de plus en plus nombreux·ses à concevoir cela et à vouloir y apporter un changement total, car pour être suffisant, ce changement devrait être absolu. Sur ce plan social, au point où nous en somme rendu, seule une action radicale serait de nature à exercer la pression suffisante pour faire plier celles et ceux qui veulent tout garder pour elles et eux ! La grève générale !

Sommes nous prêt ? j'en doute, mais c'est pourtant la seule solution pacifique à notre portée, j'en admets de plus en plus l'unicité. 

Deux formes de "témoignages" m'en ont ce jour encore plus étayé la compréhension et confirmé le chemin à prendre pour que le plus grand nombre en soit convaincu et y adhère. Le vecteur de la reconnaissance de l'état réel des choses passe par l'information et l'éducation populaire. L'une et l'autre m'ont conforté aujourd'hui, pour l'information le livre "Antisocial" de Thomas Guénolé tombe à pics, je lui ai ajouté pour ma part ce jour un regard sur une partie de l'histoire de l'Anarchie, mais ça j'ai encore vraiment besoin de le digérer avant de pouvoir vous dire où je me situe par rapport à cela. Pour l'éducation populaire c'était hier, mais cela à été la graine qui à fait germer en moi ce nouveau tournant dans ma vision de l'histoire.

Mais quelle journée !

Mais quelle journée !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article