Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ça gaz pour accompagner la transition énergétique, palier inévitable ou fausse bonne idée ?

Rapide et très partiel un coup d'œil sur l'utilisation de l'ensemble des énergies fossiles, juste pour permettre une perspective équilibrée, je ne tente pas de hiérarchisation mais tout de même une certaine remise en ordre de grandeur, je pense nécessaire pour bien se situer.

Le pétrole considéré comme la 1ère source d'énergie dans le monde, servant moins à la production d'électricité que le charbon par exemple mais par contre prédominant pour tout ce qui touche aux transports et aux déplacements de tous types, base de tous les plastiques hormis les nouveaux plastiques dit biodégradables, etc. 

Le charbon, c'est la matière première d'origine fossile classé second bien que très proche en terme de tonnage, la plus facile et la moins coûteuse à produire, d'autant que grâce à une répartition géographique abondante et équilibrée, le charbon dont l'utilisation à augmenté de 30% environ ces dernière décennies, peut être importé à un prix compétitif partout dans le monde. 2ém ressource fossile en terme d'utilisation mondiale dont la Chine consomme à elle seule 50% de ce qui se brûle au monde. Ajoutons à cela une facilité de transport et de stockage et cela en fait un produit qui sauf choix politique radicaux a un avenir certain dans le mix énergétique mondial, sauf qu'en terme d'émanation de CO2 l'utilisation du charbon n'a pas de concurence si ce n'est peut-être l'exploitation et l'utilisation des sables bitumineux qui bien que "marginaux" sont une catastrophe sans nom.

Pour ne rapprocher que les chiffres fourni par "Planetoscope" que j'ai choisi arbitrairement afin de rester sur une approche analogue, chiffres qui sont par ailleurs parfois assez différent selon les sources, sans toutefois modifier radicalement les ordres de grandeur. Je les ai noté à l'instant T auquel j'écris ce billet nous avons donc respectivement moyennant un jonglage avec les compteurs  1076 470 999 999 de barils de pétrole pour 1106 038 999 999 Tonnes de gaz, les unités de mesures étant ce qu'elles sont ne permettent pas de faire de rapprochement simple, mais je ne fais apparaître ces chiffres que pour mettre en évidence comment se situe la consommation de gaz sujet du jour qui elle est en m³de 660 999 999 999 environ au même instant T. chiffres donc totalement incomparables. Le gaz dont plusieurs types coexistent, est considéré comme la troisième source d'énergie, parfois la deuxième !

Si le pétrole est en perte de vitesse le charbon lui continue d'être de plus en plus exploité et utilisé ainsi que le gaz avec l'apparition assez récente et s'accentuant des productions non-conventionnelles (gaz de schiste et de couches),  que d'aucun, les producteurs d'énergies fossiles, voudraient nous présenter comme beaucoup moins impactant et donc potentiellement acceptable pour accompagner la "transition énergétique"rendue impérativement nécessaire pour ralentir le réchauffement climatique. 

Il y a peut-être un menu détail qu'il faudrait bien prendre en compte, le gaz naturel qu'on exploite, qu'il le soit de manière conventionnelle ou non est principalement du méthane (95% même selon certaines sources) dont le pouvoir réchauffant pour le climat, s'il est d'assez courte durée (12 ans ), est par contre autour de 25 fois plus impactant que le CO2. 

Le gaz n'est pas autre chose qu'un produit fossile dont le potentiel d'émissions GES va grandissant, en effet présent en quantité incalculable dans les glaces arctiques et antarctiques, celles ci en fondant le relargue dans l’atmosphère, à ceci s'ajoute des remontées elles aussi insoupçonnées auparavant des fonds des océans, au point que certains chercheurs s'alarment de ces conséquences inattendues et surtout imprévisibles en terme de quantification. Dans un scénario extrême, dans un avenir plus ou moins proche, le méthane pourrait bien devenir le GES le plus important.

Et on voudrait en rajouter !

Quand les scientifiques du GIEC et pas qu'eux, insistent et réaffirment comme ils viennent de le faire dans leurs communications récentes que les pires scénaries étaient trop faibles alors qu'ils affirmaient déjà qu'il fallait laisser 80% des réserves déjà connues de matières fossiles dans le sous-sol le gaz faisait bien pleinement parti des éléments nommés, on est pourtant en train de faire l'exacte inverse !

Créer du gaz par méthanisation, pour pouvoir en brûler plus encore, si encore c'était pour vraiment laisser le méthane conventionnel dans sa totalité dans le sol alors l'hypothèse pourrait-être évaluée, mais dans les faits il ne s'agit en aucune manière de s'orienter de la sorte, mais de les ajouter les uns aux autres. 

La vision d'avenir incluant donc une pseudo transition énergétique que le gaz accompagnerait  pour faire la liaison contrevient fondamentalement avec les préconisations des chercheurs. C'est pourtant la nouvelle lubie du monde industriel et bancaire comme en témoigne le petit documentaire qui suit :

Il est donc tout aussi vital d'en finir avec le gaz qu'avec le charbon et le pétrole, c'est à dire "les" énergies fossiles, la seule options sociétale possible réside donc dans une diminution drastique de nos consommations énergétiques, réduire, réduire, et réduire encore. Les énergies renouvelables ne sont pas en mesure, à la vitesse nécessaire, de combler la baisse considérable qu'il faut enclencher maintenant, pas dans 10, 15 ou 20 ans, et de toute manière il ne le faut pas, car les énergies renouvelables, ce sont les exploitations minières qui explosent et avec elles des pollutions incommensurables.

Bien plus qu'une transition énergétique c'est bien d'une transformation sociétale dont nous avons besoins, mais qui pour défendre ce scénario là ?

 

Et avec tout cela ça ne gaz pas fort pour l'humanité.

Et avec tout cela ça ne gaz pas fort pour l'humanité.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article