Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avec 1/3 des terres impropres aux cultures alimentaires, +2° c'est un plafond à ne pas atteindre, pas un plancher. La biodiversité en perte de diversités !

Une pensée pour Claude et Lydia Bourguignon, dès que je pense aux sols, à leurs dégradations, aux impacts qui en découlent, car de la vie des sols dépendent tellement de conséquences, je pense à eux dont j'ai eu vent de leur existence et de leur travail il y a quelques années, que les sols étaient à ce point déjà atteint, ne m'avait pas effleuré l'esprit, ce fut une nouvelle source de prise de conscience et je la leur dois.

 

60% des sols sont dégradés, et dégradés pour des sols, ça veut dire que c'est le nutriment de 25% de la vie animal et végétale, toute la base de la biodiversité qui est malade, voir mourante dans de nombreux endroits quand elle n'est pas déjà sans vies.

 

 

La biodiversité n'est pas mise en danger que par la déforestation, l'acidification des terres, l'érosion, les pesticides, les plantes invasives, l'urbanisation, les incendies, la désertification, et je dois en oublier, non elle l'est aussi par le réchauffement climatique qui aggrave certaines de ces causes et leurs conséquences.

Entre 25 et 50% des espèces sont menacées à cause du réchauffement climatique qui va considérablement changer les conditions de vies, les écosystèmes, c'est toute la biodiversité qui est totalement déstabilisée. Je dois reconnaître qu'entre-autres le travail du WWF que je ne cautionne pas sous certains aspects par ailleurs est ici très important. Leur rapport titré : "La nature face au choc climatique" est repris et plébiscité par de nombreux acteurs de l'écologie et de l'environnement et une fois n'est pas coutume, je relaierais donc leur travail. 10 chiffres pour un résumé trop rapidement et succinctement la situation, deux nouvelles études du CNRS et du Muséum corrélant disparition des oiseaux et agriculture intensive, si tout cela n'était pas déjà suffisant, et pour résumer sous un autre angle cette situation je dirais que c'est tout notre écosystème sociétal humain qui va être déstabilisé aussi et que si nous voulons garder un minimum de capacité à nous adapter sans en subir totalement les effondrements possibles, la sagesse serait de l'anticiper MAINTENANT. Il est déjà trop tard pour sauver de nombreuses espèces et variétés, animales et végétales, c'est déjà abominable et sordide. De nombreuses régions sont déjà condamnées, les humains qui les habitent vont devoir être accueillis sur d'autres terres, cela est un devoir humanitaire. 

Nous n'avons plus d'autre choix pour être digne, pour être responsable, pour être humain, que de réduire drastiquement nos impacts environnementaux et écologiques, nous occidentaux qui avons massacré notre planète, parce que oui c'est nous qui portons la plus grande part de responsabilité, il en va de notre survie et de celle de celles et ceux que nos agissements ont mis en grand danger, avant même que cela nous impacte nous. Celles et ceux qui paient déjà et vont continuer de payer le plus lourd tribus, les humains des pays les moins "développés", les animaux, les végétaux subissent les affres des conséquences de nos actes.

Comment pourrions nous continuer ainsi ?

 

Mais c'est vraiment pas assez pour rétablir un bon équilibre d'existence en respect de la nature, des autres formes de vie et des humains. Combien nous reste-il de demain avant que tout nous échappe ? Si ce n'est pas déjà trop tard.

Mais c'est vraiment pas assez pour rétablir un bon équilibre d'existence en respect de la nature, des autres formes de vie et des humains. Combien nous reste-il de demain avant que tout nous échappe ? Si ce n'est pas déjà trop tard.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article