Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Partager les richesses avec celles et ceux qui la crée, personne n'est contre mais les uns et les autres divergent fondamentalement sur l'identification des créateurs.

Il y a quelque jours une pensée s'est imposée à moi, l'une de ces pensées qui n'est pas une énième résurgence ou réinterprétation d'un ancien savoir ou d'une connaissance enfouie qui referait surface, non, mais que je ne sais pas trop bien comment qualifier, prise de conscience, étincelle de lucidité, découverte, dans tous les cas c'est évidemment présomptueusement erroné, car cela n'est une révélation que pour moi, oui en effet je sais que d'autres avant moi ont dû mettre cela en évidence sans que je ne la sache voilà tout, mais pour moi cela ressemble tout de même à une trouvaille!

Tout ce que je vis depuis que j'ai pris la décision de me lancer dans l'écriture et l'alimentation presque quotidienne de ce blog me transforme complètement, bien qu'il serait faux de dire que je ne suis plus le même qu'avant et que j'ai changé de voie, non, mais tout ce que je ressentais seulement intuitivement se voit éclairé, étayé et conforté par les informations et lectures que je reçois et fait chaque jour, et là où je ne pouvais que prétendre auparavant, je peux parfois maintenant affirmer des convictions basées sur des éléments plus factuels et mieux argumentés.

Sur l'échiquier politique on peut me situer un peu plus à gauche encore et au dessus des dessous de ce qui occupe une bonne partie des énergies des encartés dont je me tiens à distance de crainte d'être happé par leurs endoctrinements, mais je partage tout de même une bonne part de leurs convictions. Parmi elle l'une me semblait irrévocable, les richesses sont produites par celles et ceux qui les créent, qui les fabriquent, qui les façonnent, et dans mon esprit comme dans celui de celles et ceux que je côtoie plus particulièrement il va de soit que celles et ceux dont on parle là sont les ouvriers, les employés, les productifs, et sur cette base de pensée s'articule une grande partie de nos argumentations contre la "capital" et le "capitalisme". Dans ce modèle là, caricaturalement, les improductifs profiteurs sont les cadres, les dirigeants, les rentiers et les investisseurs, et cette certitude semblait pouvoir servir de base de réflexion et de compréhension des règles du jeu en cours sur l'échiquier, et que ces règles étaient acquissent et admissent par tous les joueurs, y compris nos adversaires, mais est-ce bien le cas? Je crois maintenant que non.

Ce qui s'est insinué il y a quelque jours donc dans ce moteur de réflexion et d'observation de la vie qu'est mon cerveau met en défaut cette considérée certitude, en effet il me semble bien maintenant que cette base de persuasion ne soit finalement pas partagée, ou peut-être plus précisément ne soit plus partagée pour certains de nos adversaires.

Dans leur nouvel ordonnancement des choses, je crois comprendre qu'ils considèrent maintenant que celles et ceux qui créent les richesses sont les riches, les puissants et celles et ceux qui entreprennent. Partant de là si on ne parle plus le même langage on ne peut pas comprendre les règles du jeu de la même manière.

Dans cette nouvelle optique, il va de soit que lorsque l'on revendique que la richesses soient partagées avec celles et ceux qui la créent, (réclamation que je soutiens de toutes mes forces si tant est que l'on considère que nous restons sur la grille de lecture d'avant), ils considèrent selon leur logiciel, que c'est bien ce qu'ils font et ne comprennent vraiment plus ce que cela signifie pour nous.

Le fossé entre deux visions du monde s'est tellement creusé que même le langage est faussé. (j'en connais même qui expliquent que ce qui peut sembler dans cette phrase là un effet, serait en réalité agencé par les manipulateurs d'esprit pour être la cause de notre déclassement, voir Franck Lepage et sa définition du changement de compréhension des mots auxquels ont change le sens).

Cette sensation de révélation partagée en préambule de ce billet, me semble confirmée indirectement à la lecture d'un article diffusé ce jour sur un site que je ne prends pas comme référence d'ordinaire, mais que je diffuserais cette fois, car la réflexion partagée par les auteurs de l'article titré "Les think thanks s'installent au coeur de l'État" me semble correspondre à une analyse que je peux prendre en référence. Ce raisonnement me semble décrire une situation éclairante, à vous de voir et d'estimer si comme pour moi les récentes évolutions du langages et des définitions de ce que sont les créateurs de richesses, ne démontrent pas qu'on ne parle plus en réalité des mêmes strates de la société, pour celles et ceux qui ne reconnaissent que le pouvoir de l'argent, c'est l'argent, et surtout celles et ceux qui le possède, qui sont à récompenser, car à leurs yeux ce sont eux qui créent ces boites dans lesquels ils nous permettent de trouver de quoi nous nourrir en assemblant le puzzles matériel de leurs créations.

Inversion non seulement des rôles, mais "en même temps" des bénéficiaires!

Partager les richesses avec celles et ceux qui la crée, personne n'est contre mais les uns et les autres divergent fondamentalement sur l'identification des créateurs.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article