Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il n'est pas possible de légiférer pour des sujets dont les causes sont multifactorielles, donc "l'épuisement invalidant organisé au travail" ou "burn-out" ne sera pas reconnu et encadré légalement !

Ce qui amène un voleur à voler n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène un fraudeur à frauder n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène un traître à exercer sa traîtrise n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène un violeur à violer n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène un tueur à tuer n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène un assassin à assassiner n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène un chauffard à attenter à la vie ou l'intégrité d'un tiers n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène un chef d'entreprise véreux à licencier abusivement n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène un citoyen ordinaire à contourner parfois certaines lois n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène à devoir légiférer n'est-il pas multifactoriel ?

Tout ce qui amène qui que ce soit à se mettre exceptionnellement ou systématiquement hors la loi n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène un juge à une décision plutôt qu'une autre n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène à être atteint d'un cancer n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène à subir une TMS n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène à contracter quelque maladie que ce soit n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène à se refuser à l'indignité n'est-il pas multifactoriel ?

Ce qui amène à ne pas s'en laisser conter d'une telle turpitude n'est-il pas multifactoriel ?

On nous dit : c'est multifactoriel. Aucune inscription dans le tableau des maladies professionnelles ne s'est faite sans lutte.

 

On nous dit : c'est multifactoriel. Aucune inscription dans le tableau des maladies professionnelles ne s'est faite sans lutte.

François Ruffin dans la lignée de nombre de prédécesseurs et moi même.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article