Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A jouer et tricher avec la démocratie on fini par la rendre illisible et contestable. Quid de la légitimité ?

Je n'oublie ni n'occulte Bouguenaises, Bouguenais et leurs voisin·e·s devant supporter des conditions d'existences que je ne supporterais peut-être pas moi-même si je devais avoir à les subir !

Ceci ne remet pas en cause mon choix conscient d'opposition à la construction d'un autre aéroport heureusement selon moi abandonné, car nuisant non seulement à ce que je crois être l'intérêt général, mais tout autant à ce que la lutte pour la sauvegarde des capacités à l'être humain de vivre sur cette planète à plus long terme impose.

Les deux choix possibles engendraient des nuisances pour certaines populations, soit en une aggravation de la continuité de l'aéroport actuel soit en un déplacement ailleurs vers d'autres sacrifiés, dans les deux cas certain·e·s allaient devoir supporter ces nuisances au nom d'un proclamé "intérêt général" dont l'affirmation ne fait pas la légitimité.

A force un malaise profond est en train de s'installer en moi, qui me fait osciller, ballotté d'incertitudes en incertitudes, questionné par l'application de ce qui est prétendue être une démocratie, en proie à des questionnements et des doutes hétérogènes à ce sujet, et si ce n'est pas la première fois que je l'évoque, je dois ajouter que plus j'observe, plus je réfléchi plus le malaise enfle.

La démocratie même si elle était pleinement appliquée, et pour qu'elle le soit il faudrait il me semble, soit un éveil politique unanime ou au moins quasi généralisé, soit une obligation non opposable à exprimer son avis en toutes circonstances, ce qui j'en conviens, pour ce second choix, contrevient à la liberté individuelle considérée comme un des fondements sociétaux des États qui justement se réclament ou visent la dite démocratie ! Ce deuxième choix introduit donc ce que serait, si elle était admise, un devoir fondamental à s'impliquer individuellement dans la vie "politique", au sens noble du terme, de la ou des communautés auxquelles ont participe. Serait-ce là si terrifiant et inadmissible ? Je ne le crois pas, pourtant je ne défendrais pas un tel choix, tant j'ose espérer encore que la première proposition du libre consentement et du libre investissement me semble être la seule voie qui permettrait à terme une liberté vraiment partagée et altruiste.

Le principe de la démocratie à été usurpé lorsque a été fait le choix de restreindre le périmètre de questionnement pour la consultation publique trompeusement qualifiée de référendum, cette falsification fausse toutes les données et les "légitimités", trompant donc celles et ceux qui se considèrent maintenant en effet trompés, non pas par la consultation biaisée, mais par le déni de son résultat, la faute extrêmement grave en incombe donc à celles et ceux qui ont perpétré cette haute trahison démocratique, dont l'effet pervers que certain·e·s avaient pressenti se révèle maintenant, mais qui en fera la bonne lecture ?

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article