Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est quoi une question d'humanité et d'efficacité ? Parce que contraindre et expulser, ça me semble inadapté !

« Je ne veux plus avoir, d’ici la fin de l’année, des femmes et des hommes qui vivent dans les bois, dans les rues, perdus. C’est une question de dignité, c’est une question d’humanité et d’efficacité ». (...) "Aujourd'hui, le défi de l'Europe, c'est de tout faire pour se protéger et savoir accueillir celles et ceux que nous devons accueillir parce que leur vie est en danger, parce que ce sont des combattants de la liberté."

Emmanuel Macron Orléans le 27 juillet 2017

Et en même temps !

 

 

«(…) l’ensemble de ce qu’on appelle affreusement les migrants aujourd’hui, ce ne sont pas tous des femmes et des hommes qui demandent l’asile, et qui viennent d’un pays où leur vie est menacée, il y en a beaucoup, et de plus en plus, qui viennent de pays sûrs et qui suivent les routes de migrations économiques, qui nourrissent les passeurs, le grand banditisme, parfois le terrorisme, et là, nous devons être rigoureux, et parfois intraitables, rigoureux avec celles et ceux qui viennent par ces voies, et qu'on ne peut pas tous et toutes accueillir, et intraitables avec les filières qui les font venir jusqu'à nous, parfois, la plupart du temps, au péril de leur vie». (...) «Pensez-vous que ce sont 800.000 et 1 million de réfugiés demandant l'asile politique? Non, beaucoup, beaucoup viennent de pays où les difficultés économiques, la manipulation, parfois, la crédulité les ont conduits à suivre des voies dangereuses. Mais ils viennent de pays qui ne risquent rien, ils traverseront la Méditerranée au péril de leur vie, une fois encore, et erreront de pays en pays en Europe pour se faire expliquer à chaque fois qu'ils n'ont pas le droit à l'asile, nous devons donc l'expliquer et prévenir cela.»

Emmanuel Macron Orléans le 27 juillet 2017

En ce temps là de nombreux observateurs, adulateurs pour les uns, interrogateurs pour d'autres, prétendaient pour les premiers, espéraient y voir pour les seconds le serment d'une politique d'accueil digne !

Ce temps là est définitivement, non pas révolu, parce qu'il n'avait pas vocation à exister en réalité, mais révélé, enfin en tout cas pour celle et ceux qui c'étaient laissés embrumer par l'enfumage.

Aujourd'hui le brouillard est retombé, les intentions s’éclaircissent, et la seule efficacité que cela révèle, c'est celle de l'immense fourberie cynique d'une supputée promesse qui n'était qu'un leurre.

Depuis sa prise de pouvoir Emmanuel Macron servi par son gouvernement n'a de cesse de dégrader la politique qui encadre les demandes d'asiles, et surtout les conduites à tenir vis à vis des réfugiés et migrants qui n'entrent pas dans les critères de plus en plus réducteurs d'accueil possible dans ce pays France. Ces représentants qui ruinent l'âme de la France mieux que ne sauraient le faire celles et ceux qu'on taxe de populisme et de racisme, défendent depuis quelques mandatures, par la voie de ces gestionnaires, l'idée d'une nation qui n'aurait pas vocation à accueillir toute la misère du monde, alors qu'on ne lui demande que de faire au moins sa part !

Seulement même ça c'est trop leur demander maintenant, de circulaires en circulaires, la mise en place du projet de loi démontre une vision répressive dont l'humanité ressemble à l'empathie d'un lingot d'or à l'égard du mineur qui l'a structuré once par once.  

Le constat est alarmant pour l'ensemble des français qui gardent de leur pays la vision d'une terre d'accueil, ce qu'elle est en réalité, car dans les faits, quand on leur permet de rester, s'établir et s'installer, les réfugiés y trouvent une place, souvent peu enviable, mais une place qu'on ne leurs dément pas, et que personne ne voudrait leur prendre.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Double-Six 23/01/2018 22:22

Sans compter qu'il y a de la place dans nos campagnes dépeuplées pour eux et leurs enfants. De la place dans nos villes. Et comme ça la France arrêtera de chialer sur le ralentissement démographique.

Daniel JAGLINE djexreveur 24/01/2018 00:43

En terme de place je pense que personne ne vous contredira, ce qui par contre est sujet de rejet c'est l'emploi, dont se servent les opposants à l'accueil pour prétendre qu'il n'y en a pas pour tous le monde, ce qui si on y regarde pas de près peut sembler justifié, sauf que les emplois occupés par les réfugiés ou demandeurs d'asiles, sont vacant car nous ne voulons plus les faire.