Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mais qui donc a bien pu voir la moindre bienveillance dans la politique "macroniste" ? S'il veille bien, c'est juste sur certains chiffres !

Je ne sais pas bien comment commencer ce billet à travers lequel je vais confirmer une nouvelle fois mon aversion de la politique "Macron". Du monde du travail à l'accueil des réfugiés migrants ou demandeurs d'asile, en passant par la politique sociale, tout me semble dénué de la moindre empathie. Je ressens même pour ma part, qu'il s'agit d'une forme d'indifférence profonde décomplexée au sort de l'autre. Indifférence aussi ancrée, aux effets des incidences sur la vie réelle des orientations et choix comptables qui sont ceux qu'il entend appliquer pour répondre, sans aucune considération de ce que cela génère envers ses concitoyens, aux injonctions européennes et aux sommations des banquiers et industriels.

Le nouveau "dossier immigration" en est un témoigne exemplaire, les positions de Marianne et celles de Benoit Hamon que je ne partage pas totalement ni l'une ni l'autre, sont aussi des exemples qui illustrent tout de même à quel point l'indignation monte.

Et que dire alors, au delà de la colère des associations qui annoncent qu'elles ne collaboreront pas, de l'incompréhension et des inquiétudes de certain·e·s du "clan" même du Président "omnitout", de "l'équipe" parlementaire, alors au parlement vont-t'elles et ils encore se taire ? 

Le défenseurs du Droit en la personne de Jacques Toubon à été saisi, depuis le gouvernement n'a de cesse de "communiquer" pour tenter de désamorcer la bombe, la pression associative et citoyenne est heureusement venue à bout de la notion de "Pays tiers sûr", que j'avais dans un précédent billet dénoncée, pourra-t'elle aussi faire capoter cette indignité, je l'espère !

En cherchant les arguments des uns et des autres pour essayer de comprendre et préparer ce billet je suis arrivé à cette vidéo, qui en dit long sur le gouffre qu'il y a entre deux visions du monde et des humains, je n'ai pas besoin de vous rappeler de quel côté je me situe :

Et moi je suis dépité de constater qu'il y a de nombreux points au sujets desquels le déni est encore total !

Moi

Sans me lancer dans une analyse de ce qui est dit là dans son entièreté, je veux relever 3 aspects qui me glacent le sang. 

1 - Quand l'invitée (minute 5.00) Coralie Dubost précise "l'obligation" de la France à se conformer aux règles européennes, j'ai envie de vomir, la France qui devrait être le pays qui impulse le mieux disant et le mieux faisant admet ne même pas appliquer les directives européennes dont on devrait être le meilleur exemple !

2 - Plus loin, un immense doute s'installe à l'évocation de futurs nouveaux principes accordés aux réfugiés économiques (minute 5.30) dont il est prétendu ici qu'ils seront une avancée en terme de droit. Les réfugiés climatiques seront-ils ou pas intégrés dans ces critères de réfugiés économiques, parce que sinon, ce que je redoute au plus haut point, un constat fort inquiétant s'impose, celui de ne les voir aucunement encore pris en compte ! Plus de la moitié des migrants, et ce pourcentage va augmenter, quittent leurs terres natales en conséquences de causes pouvant être directement liées au réchauffement climatique, or les réfugiés climatiques n'ont encore aucun statut international, une lacune qui devient criminelle, ni plus ni moins !

3 - La remarque du présentateur Olivier Truchot qui suit alors, en dit long sur la manipulation des esprits qui s'exerce, je cite : "donc là on est sur une immigration "CHOISIE" en fait !" !!!! Les conditions économiques, sociales, climatiques, qui toutes sont intrinsèquement liées, de certains pays ou certaines régions, ne laissent aucun autre CHOIX que de s'exiler. L'immense majorité ne se déplace que de quelques encablures, passant au pire la première frontière venue, seule une minorité va bien au delà, mais pas parce que la migration à été au départ un choix, seule la destination, oui, peut-être, elle parfois choisie, ou plutôt espérée, ça ne fait pas de la migration un choix délibéré, une immigration choisie !

Et quand bien même, si pour certain·e·s, le départ relevait effectivement du choix ou de l'envie de trouver mieux ailleurs, la liberté de circulation et d'installation est un droit universel fondamental, ou alors comment allons nous nous interroger sur les arguments de toutes les françaises et de tous les français, par exemple, qui choisissent d'aller trouver ailleurs, hors de nos frontières, des conditions ou de vie, ou fiscales qui leurs conviennent mieux, pour des raisons parfois inadmissibles ? Qu'on nous les renvoie donc alors sans plus de ménagement,  de discernement et de bienveillance, ce ne serait que la même injustice ignominieuse !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article