Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ah l'é(allez)olienne ! L'énergie qui a le vent en poupe, ou pas ! Et si l'armée servait les objectifs des opposants !

J'ai eu beaucoup de difficulté à décider comment j'allais ouvrir ce sujet épineux à plus d'un titre à mon sens !

Est-ce parce qu'il est de plus en plus industriel, même si certains projets citoyens se hissent, que l'éolien, à travers lequel l'opposition entre deux visions écologiques et sociétales de l'avenir s'affrontent, se heurte à tant d'oppositions ?

Si je ne doute plus de l'efficacité de la technologie, ni de sa prégnance en qualité de technique au bilan carbone vraiment favorable, puisqu'elle se classe seulement derrière l'hydraulique, mais devant les autres formes de productions d'énergie, d'autre interrogations restent permissent. (Je rappelle que pour ma part, je disqualifie le nucléaire présenté comme une production d'électricité décarboné,  ce qui est une manipulatoire tromperie digne du greewhasing ambiant, et qui surtout génère d'autres impacts intolérables et inacceptables, risques d'accidents et déchets ingérables).

La nouvelle présence assez récente (un an et demi environ) d'un petit parc éolien (6 mats) à quelques Kms de ma demeure n'a fait qu'aviver certains de mes questionnements. Une opportunité s'est présentée à moi hier de rencontrer chez eux un couple d'agriculteurs produisant du lait bio dans la commune voisine, dont la ferme est au pied d'une de ces éoliennes. Les circonstances ne m'ont pas permis de les assaillir de toutes les questions qui me taraudent, mais j'ai tout de même pu entretenir avec la femme de ce couple et recevoir son témoignage.   

La présence de ces éoliennes n'a rien perturbé ni pour eux ni pour leur troupeau de vaches qui paissent pourtant aux abords de ce champ d'éoliennes, ce qui était la crainte principale, à priori, qui avait animé ce couple de paysans. C'est donc un témoignage très rassurant qui m'a été fourni en direct du terrain, mais parce qu'il y a un mais, une confirmation d'un tout autre ordre m'a, à contrario, conforté au sujet d'un autre constat qui me laisse donc tout aussi dubitatif qu'avant cette rencontre. C'est en effet par cette réflexion révélatrice que notre conversation débuta : "Ah tient, en voilà une deuxième qui tourne ce matin !" s'exclama tout à coup la fermière. Moi d'embrayer : Pourquoi, sont-elles souvent à l'arrêt ?" (Cette question n'avait rien d'anodin, puisque justement mes propres observations m'avaient amené à suspecter de très récurent temps d'inactivités ? "Oh oui" me confirma-t'elle je suis vraiment surprises qu'elles soient si souvent à l'arrêt !"

Voilà donc un étonnement partagé restant au stade de l'énigme, que le dossier que Reporterre vient de consacrer à l'éolien, bien à propos pour moi, ne lève pas, malgré les 5 volets, (1), (2), (3), (4), (5) intéressants qu'il vient de diffuser à ce sujet, et que je vous invite à consulter pour faire un point argumenté et explicatif sur ce thème complexe.

Si de nombreux points restent sujets à oppositions et polémiques, ce que je veux rappeler ici, c'est que rien dans ce dossier n'évoque, ce qui est pourtant l'absolue nécessité qu'il y a à réduire nos besoins en terme d'énergie, et que ce qu'il y a donc le plus à redouter dans le "développement" de cette technologie comme des autres concurrentes et ou complémentaires, c'est de les voir tendre vers un aveugle et systémique vorace accroissement.

En effet, ce qui me semble vraiment redoutable c'est bien que si la transition énergétique a bien le vent en poupe et que c'est plutôt une nouvelle positive, la transition économique, elle, n'est pas du tout dans le vent !

Les même mécanismes en termes de finances et de concentrations ne peuvent pas laisser augurer autre chose  que les mêmes conséquences en terme d’hégémonie sur les marchés, et de soif insatiable de profits.

 

À moins que... ! À moins que, l'armée ne vienne mettre un frein définitif à tout développement extensif, car en effet, les restrictions actuelles soustrayant déjà, en théorie, 50% du territoire aux possibles implantations d'éoliennes, pourraient réduire à peau de chagrin les espaces autorisés en ponctionnant 90% de l'étendue géographique française, au zones accessibles. (Ce chiffrage me

semble suspect si la carte que j'ai trouvé sur un site que je ne connais pas suffisamment pour estimer s'il est sûr ou pas, voyez vous même ce que vous en pensez.) 

Raison de plus pour réduire, réduire, et réduire encore nos besoins et consommations !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article